Nucléaire : l'ASN donne à EDF jusqu'à fin 2018 pour vérifier les composants du Creusot

 |   |  375  mots
Dans un projet de décision publié sur son site internet, l'ASN ne précise pas si EDF devra arrêter ses réacteurs pour la revue, mais précise que les revues devront avoir lieu pendant que les réacteurs sont arrêtés pour être réapprovisionnés.
Dans un projet de décision publié sur son site internet, l'ASN ne précise pas si EDF devra arrêter ses réacteurs pour la revue, mais précise que les revues devront avoir lieu pendant que les réacteurs sont arrêtés pour être réapprovisionnés. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
L'Autorité de sûreté nucléaire précise qu'EDF devra lui transmettre au plus tard le 31 octobre 2017 son programme de revue. La production de l'usine Creusot Forge a été arrêtée l'année dernière à la suite de la découverte d'irrégularités de production ainsi que la falsification de documentations.

| Article publié à 16h53, mis à jour à 17h17.

Potentiellement à l'origine des défauts de construction sur les cuves de l'EPR de Flamanville, l'usine Creusot Forge (Areva) va devoir être inspectée d'ici la fin de l'année prochaine. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé mercredi avoir donné à EDF jusqu'au 31 décembre 2018 pour passer en revue d'ici l'ensemble des composants d'équipements nucléaires fabriqués sur le site.

Dans un projet de décision publié sur son site internet, l'ASN ne précise pas si EDF devra arrêter ses réacteurs pour la revue, mais précise que les revues devront avoir lieu pendant que les réacteurs sont arrêtés pour être réapprovisionnés. L'ASN précise qu'EDF devra lui transmettre au plus tard le 31 octobre 2017 son programme de revue.

EDF a indiqué à Reuters que cette demande de revue n'aurait pas d'impact sur la production nucléaire. "C'est intégré dans notre échéancier d'arrêt de tranches", a déclaré une porte-parole du groupe français.

Une première pièce "test" produite

La production de l'usine Creusot Forge a été arrêtée l'année dernière à la suite de la découverte d'irrégularités de production ainsi que la falsification de documentations.

Fin julllet, à l'issue de la réalisation par NewCo, sa nouvelle entité centrée sur le cycle du combustible nucléaire, d'une augmentation de capital de 2,5 milliards d'euros réservée à l'Etat français, Areva a dit que l'usine du Creusot venait de forger un composant qui doit faire l'objet d'analyses et d'essais avant que le site puisse relancer sa production commerciale. Un porte-parole avait précisé que cette relance - qui nécessite un feu vert de l'Autorité de sûreté nucléaire - était envisagée pour l'automne.

Selon Patrick Merliaud, secrétaire CFDT du comité d'établissement de Creusot Forge, la pièce produite est destinée "au programme Hinkley Point", deux réacteurs nucléaires EPR construits par EDF, dont le coût a été réévalué à la hausse de plus de 1,8 milliard d'euros. L'électricien a également évoqué un "risque" de retard de 15 mois pour le premier réacteur et de 9 mois pour le second.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2017 à 9:15 :
Y a-t-il des précisions dans quelles conditions les pièces doivent être remplacées? Dans de tels cas on ne voit pas comment cela ne dérangerait la production éléctrique.
a écrit le 16/08/2017 à 23:01 :
Le nucléaire c'est l'avenir!
Réponse de le 18/08/2017 à 18:52 :
Les verts ne sont pas des faiseurs de miracles,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :