Le sauvetage d’Areva par l’Etat est engagé

 |   |  529  mots
L'Etat a enclenché le 12 juillet l'augmentation de capital de 5 milliards d'euros qui doit sauver Areva
L'Etat a enclenché le 12 juillet l'augmentation de capital de 5 milliards d'euros qui doit sauver Areva (Crédits : Jacky Naegelen)
L’Etat a souscrit une première augmentation de capital de 2 milliards d’euros d’Areva SA. mercredi 12 juillet, qui sera suivie d'une seconde souscription de 2,5 milliards supplémentaires d’ici au 31 juillet.

Ce n'est rien de dire que la recapitalisation d'Areva par l'Etat, quelques semaines après l'injection de 3 milliards d'euros dans EDF, passe mal en cette période de disette budgétaire.

« (...) il est inacceptable dans le cas d'Areva que de tels débordements aient pu avoir lieu, une gestion aussi indigente des deniers publics est absolument inacceptable", a déclaré mercredi 12 juillet le ministre de l'Economie et des Finances devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonçant "la manière dont cette entreprise publique a été gérée et le coût que ça représente pour les finances publiques".

Bruno Lemaire a précisé à cette occasion que les besoins d'Areva étaient "supérieurs à l'intégralité des économies que le ministre des Comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3% (de déficit public par rapport au PIB)".

Levée des conditions suspensives

Ce même 12 juillet, suite à la levée de plusieurs conditions suspensives lors de conseils d'administration d'Edf et d'Areva, l'Etat souscrivait à une première augmentation de capital de 2 milliards d'euros d'Areva SA ; Cette structure abrite les actifs à risque, notamment l'EPR finlandais OL3 dont l'entrée en service, maintes fois retardée, doit se faire en 2018, et ses contentieux ainsi que les risques liés aux anomalies détectées dans l'usine du Creusot où ont été fabriqués la cuve et le couvercle des EPR de Flamanville et de Taishan.

D'autres conditions suspensives imposées en février dernier par les actionnaires d'Areva ont été levées depuis, qu'il s'agisse de l'accord de Bruxelles pour la reprise d'Areva NP par EDF ou de l'avis favorable de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur la cuve et le couvercle de l'EPR de Flamanville, accordé le 28 juin dernier.

Dans le cadre de cette opération, 1 milliard d'euros prêtés par l'Etat à l'entreprise depuis début 2016 seront transformés en fonds propres.

Entrée d'investisseurs japonais au capital

D'ici au 31 juillet, l'Etat souscrira également  l'augmentation de capital de 2,5 milliards d'euros du nouvel Areva baptisé NewCo, dont les activités sont recentrées sur le cycle du combustible (mines et traitement de l'uranium).

A ces 4,5 milliards apportés par l'Etat viendront s'ajouter - après cession de New NP, l'activité réacteurs abritée dans l'ex. Areva NP - 500 millions d'euros. Ce montant correspond aux prises de participation de 5% chacun des Japonais Mistubishy Heavy Industry (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL).

« La réalisation de ces augmentations de capital qui représente une mobilisation financière exceptionnelle de l'État, est un élément majeur et la dernière étape du plan de refondation de la filière nucléaire française engagé en 2015, avant la réalisation définitive de la cession du contrôle exclusif de New Areva NP à EDF », a souligné Bruno Le Maire dans un communiqué.

A l'issue de cette augmentation de capital effectuée au prix de 4,5 euros par action, l'Etat détiendra 92,22% d'Areva SA et 91,69% des droites de vote.

Bruno Le Maire a précisé à cette occasion que l'Etat « renouvelle sa confiance aux dirigeants et salariés d'Areva pour mener à bien cette ultime étape ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2018 à 18:18 :
C'est Anne qu'il faut mettre en prison !!!!! elle a tué areva
a écrit le 15/07/2017 à 22:28 :
Et les poursuites contre les responsables de ce fiasco , elles sont en marche ? C'est comme Dexia , y a jamais de coupable que des deniers publics
a écrit le 15/07/2017 à 17:48 :
areva a aussi servi a arroser les partis politiques en place...notement en detournant les fonds structurel europeens(feder)au travers d'etudes bidons d'areva renouvelable lourdement facturee offshore (cogeneration biomasse de pierrelatte)en 2010
a écrit le 15/07/2017 à 14:41 :
Pour quel avenir ? puisque d’après l’état des lieux actuel des chantiers, on ne maitrise pas vraiment la mise en œuvre de la technologie.
Quel est l’intérêt d’en fabriquer d’autres ?
Je ne voudrais pas être à la place du gouvernement d’avoir à ratraper les années passées de mauvaises décisions et de manque de gestion. Mieux vaudrait qu’ils n’ouvrent plus aucun placard ? Reste à prendre la bonne décision, j’ai l’impression que quel que soit le choix, cela revient à jouer à quitte ou double.
Il reste en priorité à réussir la sécurisation des vieux réacteurs ou leur démontage et à résoudre le problème des déchets. Si cela intéresse Areva ?
a écrit le 15/07/2017 à 13:30 :
Question bete à moins qu'elle soit intelligente et pertinente :
Pourquoi ne pas laisser couler toute seule cette boite , qui ne servira de plus à rien avec la réduction du nombre de récateurs nucléaires ?? Et ses employés se reconvertiront dans les éoliennes .
a écrit le 15/07/2017 à 12:53 :
Est.ce qu'EdF rachète aussi UraMin ? Une mine d'Oranium, pardon d'Uranium, selon M.Fric, le mari de Dame Lauvergeon !
a écrit le 15/07/2017 à 11:32 :
Tout à fait d'accord avec JUV , intrigante Anne Lauvergeon c'est peu dire ,le résultat est une catastrophe pour les contribuables
a écrit le 15/07/2017 à 10:54 :
Nommer une intrigante courtisane du palais à la tête d'une entreprise industrielle de technologie et l'on ne s'étonne pas du résultat.
a écrit le 15/07/2017 à 0:36 :
Merci à l exemplarité du pilotage de Ma dame Lauvergeon... L incompétence semble être un trait de caractère des hauts fonctionnaires de L état
a écrit le 14/07/2017 à 18:12 :
et anne lauvergeon est au chaud, toujours sous les dorures de la republique, pas inquietee pour sa gestion catastrophique ... c'est la population qui paie l'incompetence de cette personne
a écrit le 14/07/2017 à 18:06 :
OU comment porter à bouts de bras un secteur en train de mourir et qui n'est deja plus competitif avec les EnR, affligeant de nullité et nous laissons faire.
a écrit le 14/07/2017 à 11:58 :
Bruno LEMAIRE oublie que la majeure partie des décisions qui ont conduit AREVA à sa perte ont été prises par LR, à savoir :

- Réacteur EPR FINLANDAIS

- Réacteur EPR de FLAMANTVILLE

- Achat de mines à prix trop élevées

- Et il ne faut pas oublier qu'AREVA a été utilisé pour supporter de nombreuses restructurations industrielles effectués chez ALSTOM ou Schneider

Ce sont les résultats du travail des valeurs compétences et travail chez LR. (Evidemment, tout ceci n'aurait jamais eu leiu si le code du travail avait été simplifié...)

Quant au prochain désastre en GB, il sera l'oeuvre de MACRON.

Pour mémoire : CA 2016 d'AREVA = 4.2 milliards d'euros (on est loin des 1 millions d'emplois clamés par SARKOZY et FILLON).
CA 2016 de la fusion GAMESA -SIEMENS ==9 milliards d'euros.
Où comment par idéologie, incompétence et copinage nous passons à côté d'une énorme opportunité industrielle
a écrit le 14/07/2017 à 11:53 :
TCETTE ENTRPRISSE N A PLUS D AVENIR POURQUOI L ETAT S ENTETTE A LA SAUVE? LE NUCLAIERE FAIT DEJA PARTIE DU PASSE???
Réponse de le 17/07/2017 à 10:53 :
Merci Madame Lauvergeon pour cet héritage
a écrit le 14/07/2017 à 2:44 :
Et voila, "l'etat"c'est a dire l'ensemble du peuple de France condamne a mettre la main au portefeuille pour cause d'errements. Affligeant de mediocrite.
a écrit le 13/07/2017 à 18:55 :
Les responsables ne sont absolument pas inquiétés, aucune coercition de l'état, bref c'est la gestion de public dans toute sa splendeur !!!!!!
Heureusement le contribuable est là pour réparer ces dérives....
Réponse de le 14/07/2017 à 17:29 :
Je suis pour qu'une partie des biens personnels de tels responsables soient repris par l'Etat pour "dommages publics". Il faut juste faire une loi pour cela. et il faut aussi arrêter cet élitisme débile français qui met des énarques ou des Lauvergeon à tous les postes de direction publique ou industrielle. Le résultat de ces gens est clair : depuis 40 ans, le domaine public est rendu inefficace mais explose en coûts, l'industrie française a été détruite de moitié ! Il est urgent de relancer la machine et pour cela de changer les dirigeants industriels où l'Etat a de grosses parts. Il faut de vrais patrons industriels, pas des pseudos de salon.
a écrit le 13/07/2017 à 18:31 :
Voila une bonne escroquerie du niveau des diamants de Bokassa ou des excellents avions renifleurs. Et toc...
Réponse de le 13/07/2017 à 22:30 :
Bravo pour l'arnaque aux salaries de AREVA a qui on a encouragé l'achat d'actions a 11.77 l'unité, en vantant les perspectives et les comptes de la société. Que leur propose t'on aujourd'hui, un rachat obligatoire a 4.5 euro par action? y a t'il quelque chose de prévu dans ce cas particulier? le syndicat CGC a porté plainte contre AREVA.
a écrit le 13/07/2017 à 18:28 :
L'oeuvre d'atomic Anne....merci Madame Lauvergeon.....ce n'est pas grave l'Etat intervient......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :