Nucléaire : "une nouvelle vague de construction de réacteurs est indispensable en France", dit le PDG d'EDF

EDF doit accélérer ses projets dans le nucléaire et les énergies renouvelables face au défi climatique, aux besoins de ses clients en énergie décarbonée et à la concurrence, a déclaré son PDG Jean-Bernard Lévy au Journal du Dimanche, tout en plaidant une nouvelle fois pour une réforme "indispensable" de l'organisation du groupe, pour assurer l'avenir d'EDF. Jean-Bernard Levy a pointé également "l'ambiguïté" de Bruxelles entre l'objectif de neutralité carbone affiché et les moyens pour y parvenir.

3 mn

Jean-Bernard Lévy : le groupe sera-t-il un acteur de second rang, ou restera-t-il l'un des plus grands énergéticiens mondiaux ? Tout l'enjeu est là.
Jean-Bernard Lévy : "le groupe sera-t-il un acteur de second rang, ou restera-t-il l'un des plus grands énergéticiens mondiaux ? Tout l'enjeu est là." (Crédits : CHARLES PLATIAU)

EDF doit accélérer ses projets dans le nucléaire et les énergies renouvelables face au défi climatique, aux besoins de ses clients en énergie décarbonée et à la concurrence, a déclaré son PDG, Jean-Bernard Lévy, dans une interview au Journal du Dimanche, tout en plaidant une nouvelle fois pour une réforme "indispensable" de l'organisation du groupe, pour assurer l'avenir d'EDF.

"Il faut accélérer la transition énergétique", a-t-il dit en pointant "l'ambiguïté de la Commission européenne entre l'objectif affiché de neutralité climatique en 2050 et les moyens qu'elle se donne pour y parvenir."

"Au cœur de cette ambiguïté, les parts de marché d'EDF irritent Bruxelles, alors que le choix du nucléaire français engagé dès l'après-guerre nous fait bénéficier d'un système électrique autonome, exportateur, décarboné à plus de 90% et moins cher que ceux de nos voisins européens Les rapports du Giec et de l'Agence internationale de l'énergie disent très clairement que le nucléaire fait partie des réponses à l'urgence climatique et qu'il faudra produire beaucoup plus à base de nucléaire dans le monde entier", a indiqué Jean-Bernard Lévy.

 Et d'ajouter :

"Une nouvelle vague de construction de réacteurs est indispensable en France (...). Au printemps, nous avons formulé nos propositions détaillées au gouvernement : lancer au plus tôt la construction de six EPR pour les mettre en service à partir de 2035, car les procédures et la construction prennent du temps. Là aussi, l'accélération est un mot-clé."

Lire aussi Six nouveaux EPR en France : EDF dévoile son jeu

Tripler la production d'énergies renouvelables d'ici à 2030

 S'agissant des énergies renouvelables, Jean-Bernard Lévy dit vouloir doubler le rythme actuel de construction d'installations.

"Partant de 34  gigawatts, notre objectif serait d'atteindre 100  gigawatts en  2030. Mais il faudrait que nous disposions des moyens nécessaires à ce changement de rythme pour pouvoir réaliser les investissements correspondants", plaide-t-il.

Concernant le report du "plan Hercule" qui prévoyait une vaste réorganisation du groupe, Jean-Bernard Lévy a rappelé les enjeux.

 "Notre avenir est assuré à court terme. A moyen et long terme, une réforme en profondeur demeure indispensable. Sinon, EDF ne pourra pas rester un acteur de premier plan. Le groupe risquerait d'être relégué (...) La question qui se pose est celle du futur d'EDF ; le groupe sera-t-il un acteur de second rang, ou restera-t-il l'un des plus grands énergéticiens mondiaux ? Tout l'enjeu est là."

Le PDG d'EDF n'a pas dit mot sur une éventuelle reprise des discussions avec la Commission européenne sur la réforme, qui se heurtent à de tels désaccords qu'une source gouvernementale a déclaré fin juillet qu'un projet de loi en France sur la réorganisation n'était pas "envisageable" actuellement en raison de ces blocages.

Lire aussi 5 mnReport d'«Hercule»: le PDG d'EDF craint que le groupe ne puisse se maintenir en «première division»

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 07/09/2021 à 14:15
Signaler
Perso, je ne voterai QUE pour un candidat réclamant la construction de 3 paires d'EPR. En avoir ou pas, c'est le critère pour 2022

à écrit le 06/09/2021 à 21:43
Signaler
Il serait intéressant de construire les nouveaux réacteurs sur les même sites que les anciens réacteurs pour éviter de multiplier les sites à risques et les zones SEVESO de démantèlement nucléaire.

à écrit le 06/09/2021 à 17:30
Signaler
Vu les exploits réalisés à l'étranger mieux vaut éviter de lancer la construction de nouveaux gouffres financiers nucléaires en France. Il serait plus judicieux de construire des centrales à gaz pour brûler de l'hydrogène "propre" (cf. hydrolyse...

à écrit le 06/09/2021 à 17:11
Signaler
Le plus extraordinaire est que ce sont des nouveaux acteurs privés, qui vont venir avec des petits réacteurs, et bouter hors du marché nos grands acteurs français: en France, on aime casser ce qui marche!

à écrit le 06/09/2021 à 14:27
Signaler
EDF avec 80 milliards de dettes......aucun EPR qui fonctionne....surcouts et retards......120 euros le MWH nucleaire nouveau produit (source; cour des comptes 2020 ) (contre 40 euros le MWH eolien offshore pose( dunkerque))........130 000 projets d e...

à écrit le 06/09/2021 à 9:17
Signaler
Pourquoi vouloir a tout prix (humour lapin) des EPR, ce serait pas plus simple et sur d'acheter des réacteurs sud coréens? En plus eux savent les fabriquer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.