Total cherche 15 milliards de dollars auprès d'investisseurs chinois

 |   |  330  mots
Les sanctions américaines limitant le financement en dollars des entreprises russes, le financement se fera à la fois en euros et en yuans, a précisé Patrick Pouyanné, admettant que l'opération induira des risques de devises.
Les sanctions américaines limitant le financement en dollars des entreprises russes, le financement se fera à la fois en euros et en yuans, a précisé Patrick Pouyanné, admettant que l'opération induira "des risques de devises". (Crédits : © Glenn Duda / Reuters)
Le directeur général de Total a annoncé au Wall Street Journal qu'il espère conclure un accord mi-2015 avec des investisseurs institutionnels. La levée de fonds permettrait au groupe de financer la construction d'une usine géante de liquéfaction de gaz naturel en Sibérie.

Les regards de Total se tournent vers la Chine. Le géant pétrolier français cherche à lever l'équivalent de 10 à 15 milliards de dollars auprès d'investisseurs chinois pour financer le gigantesque projet gazier de Yamal, en Russie, a déclaré son directeur général Patrick Pouyanné dans un entretien publié lundi 23 mars par le Wall Street Journal.

Un projet à 27 milliards de dollars

Le directeur général de Total espère conclure un accord mi-2015 avec des investisseurs institutionnels chinois, dont il n'a pas révélé l'identité. Les sanctions américaines limitant le financement en dollars des entreprises russes, le financement se fera à la fois en euros et en yuans, a précisé Patrick Pouyanné, admettant que l'opération induira "des risques de devises".

     | Lire Un tandem Desmarest/Pouyanné pour reprendre les rênes de Total

Le projet Yamal LNG prévoit la construction à l'horizon 2017 d'une usine géante de liquéfaction de gaz naturel en Sibérie par Total (20%) et ses partenaires russe Novatek (60%) et chinois CNPC (20%). Son coût est évalué à 27 milliards de dollars (24,9 milliards d'euros), selon le quotidien américain.

Fin des explorations en Sibérie

Le directeur général de Total a par ailleurs annoncé la suspension de l'exploration des immenses réserves de pétrole de schiste du gisement de Bazhenov, en Sibérie occidentale. Ce projet conduit avec le russe Lukoïl avait été retardé par des sanctions européennes.

Le dirigeant a en outre confirmé que Total cherche à vendre son gazoduc du champ de Frigg, en mer du Nord britannique. Le montant de cette transaction avoisinerait 1 milliard de dollars, estimait vendredi l'agence Bloomberg.

Confronté à la chute du cours du pétrole, Total a annoncé un programme de cessions d'actifs de 10 milliards de dollars entre 2015 et 2017, dont 5 milliards cette année. Le groupe français a également prévu de geler ses embauches afin de réduire ses effectifs de 2.000 personnes en 2015, pour une économie attendue d'environ 200 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2015 à 19:14 :
15 milliards pour une valeur boursière d'environ 150 milliards. Ben mon colon on est mal parti avec ces Chinois.
a écrit le 23/03/2015 à 17:56 :
Et pendant ce temps, la guerre entre les oligarques ukrainiens bat son plein…. en utilisant "sa propre armée" un oligarque a encerclé le bâtiment d'une compagnie pétrolière ukie contre l'avis de Poroshenko…. celui-ci lui a donné l'ordre pour évacuer mais il ne cède pas…. le torchon brûle à la junte…. Poutine doit rigoler….
Réponse de le 23/03/2015 à 20:33 :
Il s'agit d'une guerre entre Kolomoisky et Poroshenko. Voilà une situation qui n'arrange pas les US en Ukraine, du tout.
a écrit le 23/03/2015 à 15:02 :
Pourquoi avez-vous caché ce papier du grand public ? c'était la CIA, euh pardon, l'AFP qui l'a interdit ?
a écrit le 23/03/2015 à 13:24 :
Voilà, on pourrait même dire que les sanctions américaines contre la Russie vont accélérer la fin de l’hégémonie du dollar. Poutine doit se frotter les mains, le futé, tandis que d'autres McCain, Obama et Nuland doivent écumer d'une colère noire... hehe
a écrit le 23/03/2015 à 12:06 :
Selon ce journal américain, Total mise sur la Russie malgré les sanctions américaines qui visent à couper les compagnies russes du système financier américain car elle veut profiter de la situation. Et il pointe Total du doigt en disant que la société française mène des investissements dans des "zones risquées politiquement". Pour Total, cela veut dire que si elle sera forcée à n'exploiter que dans des zones "non-risquées politiquement" alors où va-t-elle faire ses puits ? sous la tour Eiffel ? en Antartide ? sous la Maison-Blanche ? pauv' France….
a écrit le 23/03/2015 à 11:49 :
Je ne comprends toujours pas maintenant que l'Euro a trouvé son régime de croisière pour quoi le marché pétrolier est toujours en US Dollars. Si j'en crois les dernières prises de position chinoises; ceux ci sont irrités au plus au point.
Réponse de le 23/03/2015 à 13:26 :
@ gerardc27 : peut-être pas, la Chine se défait de ses réserves de dollars, dans un moment tout se fera en monnaies nationales, plus en US dollar.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :