Fusion avec Tata : début des négociations entre la direction et les syndicats de Thyssenkrupp

 |   |  245  mots
En septembre, Thyssenkrupp et Tata Steel ont signé un protocole d'accord en vue d'une fusion de leurs opérations en Europe dans une coentreprise à parité, qui deviendrait le numéro deux de la sidérurgie du Vieux Continent derrière ArcelorMittal.
En septembre, Thyssenkrupp et Tata Steel ont signé un protocole d'accord en vue d'une fusion de leurs opérations en Europe dans une coentreprise à parité, qui deviendrait le numéro deux de la sidérurgie du Vieux Continent derrière ArcelorMittal. (Crédits : MICHAELA REHLE)
Dans le cadre de l'accord entre Thyssenkrupp et Tata Steel, le protocole prévoit entre 400 et 600 millions d'euros par an de synergies et jusqu'à 4.000 suppressions de postes. Ce qui inquiète les sidérurgistes, qui ont manifesté jeudi dernier.

La direction de Thyssenkrupp et les représentants des syndicats ont entamé leurs discussions sur les réductions de postes dans le pôle acier que le groupe industriel allemand tente de fusionner avec les activités européennes du groupe indien Tata Steel.

Quelque 8.000 sidérurgistes ont manifesté jeudi, demandant des garanties en matière d'emplois, alors que le groupe a annoncé un bénéfice d'exploitation annuel meilleur que prévu et sa plus forte prise de commandes depuis cinq ans.

"Les négociations ont débuté dans une atmosphère pragmatique", a déclaré vendredi soir un porte-parole de l'entreprise.

Un porte-parole du syndicat IG Metall a précisé que les deux parties s'étaient accordées sur deux de ses revendications, un examen indépendant de l'accord et une étude des risques liés aux retraites des salariés britanniques de Tata Steel.

4.000 suppressions de postes

En septembre, Thyssenkrupp et Tata Steel ont signé un protocole d'accord en vue d'une fusion de leurs opérations en Europe dans une coentreprise à parité, qui deviendrait le numéro deux de la sidérurgie du Vieux Continent derrière ArcelorMittal.

Ce protocole prévoit des synergies de 400 à 600 millions d'euros par an et jusqu'à 4.000 suppressions de postes, soit 8% environ de l'ensemble des effectifs.

La division sidérurgie de Thyssenkrupp emploie 27.000 personnes et le groupe cherche à se diversifier dans des activités à plus forte croissance comme les composants pour l'industrie automobile et les ascenseurs.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :