Florange : ArcelorMittal dit ne pas avoir connaissance des offres évoquées par Montebourg

Arnaud Montebourg a annoncé avoir reçu deux offres de reprises à dix jours de la date butoir fixée par ArcelorMittal pour la reprise des hauts fourneaux de Florange. Le gant de l'acier a démenti avoir connaissance de ces deux offres.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Arnaud Montebourg était monté au créneau mercredi, à dix jours de la date butoir imposée par Mittal pour présenter des offres de reprise de la filière liquide de Florange. Lors de la séance des questions au gouvernement du 21 novembre, le ministre du Redressement productif a évoqué deux «offres et marques d'intérêts», sur un périmètre plus vaste que prévu.  

ArcelorMittal dit ne "pas en avoir connaissance"

Mais la réponse du géant de l'acier sème le doute. Jeudi, ArcelorMittal a affirmé  n'avoir "pas connaissance" des deux offres de reprise de son site de Florange évoquées la veille. "Nous considérons que le moment est venu de demander à Mittal de faire bouger sa position pour qu'enfin nous puissions sauver ensemble l'acier français et son meilleur symbole, les hauts fourneaux de Florange", avait avait pourtant exigé le ministre du Redressement productif devant l'Assemblée nationale, en réponse à une question du député communiste du Puy-de-Dôme, André Chassaigne.

Deux noms circulent pour la reprise

Le nom de ces deux mystérieux repreneurs potentiels n'a pas été évoqué. Deux noms ont toutefois circulé. Selon France Inter, seraient en lice le Russe Severstal et une société française non-identifiée. Le Monde confirmait de son côté la piste du Russe tout en évoquant Ascometal en ce qui concerne la piste française.

>> Qui est le russe Severstal, cette «étoile du Nord» qu'on dit intéressée par Florange?

628 emplois en jeu pour la filière liquide

Il y a près de deux mois, AreclorMittal avait annoncé la fermeture des hauts fourneaux de l'usine, mais avait toutefois "accepté la demande du gouvernement français pour que celui-ci recherche un repreneur pour la phase liquide de Florange au cours des 60 prochains jours". Si la filière liquide était reprise, ce sont jusqu'à 628 emplois qui pourraient être sauvés sur les 2.500 emplois que compte Florange.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 22/11/2012 à 17:14
Signaler
Bref, le changement c'est maintenant au pays de la belle au bois dormant, attention au réveil imminent, onva se rendre compte qu'on a mal aux fesses !!

le 22/11/2012 à 18:53
Signaler
sa belle est partie , il fait des réves la nuit

à écrit le 22/11/2012 à 16:25
Signaler
Il est encore ministre celui la ?? pourquoi faire ??? Toujours Zayrault résultat !!!

à écrit le 22/11/2012 à 14:27
Signaler
La fin des aciéries en France, malgré les difficultés de ces salariés, est une bonne nouvelle, ça signifie que nous recyclons bien notre vieille ferraille qui parfois a été recyclée depuis plus 2000 ans, et comme il faut importer coke et minerai c'es...

le 22/11/2012 à 15:08
Signaler
Ce n'est pas la fin des aciéries, puisqu'il reste en France 2 aciéries minerai/coke et 25 aciéries à four électriques alimentées par le recyclage des ferrailles avec une répartition de 60/40% entre minerai/électrique. Le symbole du gaz carbonique est...

à écrit le 22/11/2012 à 13:28
Signaler
"...comme toujours, en temps de bouleversements, les plus bruyants ne sont ni les plus honnêtes, ni les meilleurs." Stefan Zweig "Marie-Antoinette"

à écrit le 22/11/2012 à 12:55
Signaler
Bon, passons au prochain numero?

le 22/11/2012 à 17:13
Signaler
Après le brushing productif et la marinière tendance un numéro de jaquette flottante?

à écrit le 22/11/2012 à 11:46
Signaler
Montebourg est en train de finir de se décrédibiliser avec ses annonces de reprises d'entreprises en liquidation qui n'aboutissent jamais. Petroplus devait, d'après lui se lancer dans la distribution de carburants, franchement du grand n'importe quo...

à écrit le 22/11/2012 à 10:25
Signaler
les ouvrierss actuels preferont sans doute un licenciement economique evec des dédommagents et aides serieuses plutot qu'un hypothetique repreneur qui fermera à son tour dans un an

à écrit le 22/11/2012 à 10:12
Signaler
il a 2 offres si mittal cede en meme temps ce qu'il ne veut pas ceder depuis le debut; en clair il a zero

le 22/11/2012 à 11:39
Signaler
Bwahaha une fois de plus le ministre de l'éolienne et de la ventilation productive nous a gratifié d'effets de manches de haute tenue.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.