La BRI et la menace des "taux d'intérêt ultra-faibles"

 |   |  363  mots
Les rendements négatifs, sans précédent, qu'on observe sur certains marchés de la dette souveraine repoussent les frontières de l'impensable, a jugé Claudio Borio, un responsable de la BRI.
"Les rendements négatifs, sans précédent, qu'on observe sur certains marchés de la dette souveraine repoussent les frontières de l'impensable", a jugé Claudio Borio, un responsable de la BRI. (Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Pour "la banque centrale des banques centrales", les taux bas alimentent un endettement excessif, qui fait planer de gros risques sur l'économie.

La mise en garde est sérieuse. Dans son rapport annuel publié dimanche, la Banque des règlements internationaux (BRI) s'inquiète de la spirale des taux d'intérêt trop bas, qui alimente un endettement excessif et une croissance insuffisante.

Au cours de l'année écoulée, la chute des prix du pétrole a stimulé la croissance mondiale mais la charge de la dette et les risques financiers demeurent trop élevés et la croissance de la productivité trop modeste, pointent les économistes de l'institution suisse, considérée comme la banque centrale des banques centrales et dont le siège est à Bâle.

Plusieurs pays se financent à des taux négatifs

Pour le chef du département monétaire et économique de la BRI, Claudio Borio, "le symptôme le plus visible de ces difficultés est la persistance de taux d'intérêt ultra-faibles". "De plus, les rendements négatifs, sans précédent, qu'on observe sur certains marchés de la dette souveraine repoussent les frontières de l'impensable", a-t-il insisté lors d'une téléconférence de presse.

Plusieurs pays - dont la Suisse, l'Allemagne, la France et même l'Espagne et le Portugal - ont annoncé ces derniers mois se financer à des taux négatifs, ce qui signifie que l'investisseur paie pour prêter à ces Etats, qui du coup gagnent de l'argent en empruntant sur les marchés.

Des taux directeurs plus faibles qu'au pic de la crise de 2007

Selon la BRI, en moyenne, entre décembre 2014 et fin mai 2015, quelque 2.000 milliards de dollars de titres de dette souveraine à long terme - pour la plupart émis par des Etats de la zone euro - se sont échangés dans le monde à des taux négatifs.

Les taux directeurs, nominaux et réels, sont encore plus faibles qu'au pic de la crise financière de 2007. Qui plus est, en termes réels, ils sont négatifs depuis plus longtemps qu'ils ne l'étaient restés durant la période de grande inflation des années 1970. La BRI ne cache pas son inquiétude: "une situation qui était auparavant inimaginable menace de devenir la nouvelle norme".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2015 à 10:32 :
Jusqu'à quand,nos " décideurs économiques" vont-ils prendre les gens pour des imbéciles ? Les banques peinent à "stocker"les liquidités que leur octroient généreusement les banques centrales,vu leur peu d'empressement à les réinjecter dans l'économie via des prets aux entreprises,aux particuliers,etc.....
a écrit le 29/06/2015 à 9:38 :
Ce sont effectivement les taus trop bas sur l'€ qui ont poussé la Grèce au surendettement.
a écrit le 28/06/2015 à 22:53 :
La bonne nouvelle, avec ces taux bas qui se prolongent, c'est qu'on a -en théorie- plus de temps pour préparer l'inévitable krach -obligataire- à venir. L'histoire récente, et moins récente, nous dit que tout atterrissage en douceur, sans violents à-coups, est extrêmement improbable.
D'un autre côté, l'histoire ne prédit pas le futur. Il reste de l'espoir, d'une certaine façon.
On peut compter sur espoir et ne rien faire ou anticiper pour en limiter les effets sur les entreprises, les collectivités et les citoyens lorsqu'il se produira.
a écrit le 28/06/2015 à 19:05 :
L’article ne détaille pas quels sont les "risques pour l'économie" et en quoi cela "alimente une croissance insuffisante". En effet, il s'agit certes d'une situation atypique mais on pourrait penser que cela permet aux entreprises et aux états de mieux financer leurs projets voire de réduire leurs dettes (mais peut-etre ça fait des revenus en moins pour les banques). Donc, il serait intéressant de savoir précisément quelles sont les difficultés qu'identifie la BRI.
Réponse de le 28/06/2015 à 22:11 :
Tout à fait d'accord. On ne sait pas du tout ce que sont ces risques. Pas d'hypothèses et encore moins de faits.
a écrit le 28/06/2015 à 17:32 :
Si la BRI n'est pas content, qu'elle se taille en Grèce!!
a écrit le 28/06/2015 à 16:03 :
On a peur pour son système..?? C'est vrai que ça rapporte...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :