LTDE

Énergies renouvelables : combien d’emplois à la clé  ?

 |   |  300  mots
(Crédits : Pixabay)
Si le nucléaire et les industries fossiles représentent toujours les principaux employeurs en France, les postes à pourvoir dans le secteur des énergies renouvelables sont de plus en plus nombreux. Avec uniquement 11 % de la consommation d’énergie des Français, la biomasse, l’hydraulique, l’éolien ou encore le solaire grignotent néanmoins du terrain. L’objectif de 23 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020 devrait aider à créer de nouveaux emplois.

Le secteur de l'éolien a le vent en poupe

En France, c'est l'énergie hydroélectrique qui demeure la première source d'énergie renouvelable : 12 000 personnes sont employées par ce secteur, notamment au sein des 433 centrales hydrauliques.

À l'horizon 2040, la loi de transition énergétique fixe un objectif de 40 % d'énergies renouvelables dans la production d'électricité. On estime ainsi que 240 000 emplois devraient être créés dans la filière d'ici 2020, 246 000 en 2023 et 825 000 d'ici 2050. L'Ademe estime également que 100 000 emplois devraient être créés rien qu'en Île-de-France d'ici 2025.

Depuis plusieurs années, l'éolien connaît une croissance constante en France, avec la création de 1 600 emplois en 2017 et pas moins de 2 600 postes en 2018. Une tendance qui tend à s'accélérer, avec la création d'environ quatre emplois par jour en France dans le secteur.

Parmi les postes à pourvoir, on trouve des chefs de projet éolien, des chefs de chantier ainsi que de plus en plus de techniciens de maintenance. La raison ? Les parcs éoliens sont en plein développement dans l'Hexagone, sur terre, mais aussi en mer, avec la naissance de nouvelles structures à Saint-Nazaire ou encore Saint-Brieuc.

Lire aussi : Photovoltaïque : en 2018, le marché européen a redressé la barre

Des postes à pourvoir dans tous les secteurs des énergies renouvelables

L'Ademe estime que les emplois directs liés aux énergies renouvelables représentent à l'heure actuelle 79 000 postes, la France étant au troisième rang des employeurs européens du secteur. À l'avenir, les emplois seront avant tout concentrés sur des secteurs tels que les énergies marines, le solaire photovoltaïque et thermodynamique ainsi que la production d'unités de biogaz.

Les emplois induits concerneront notamment la maintenance-exploitation (35 à 40 %), l'installation (25 à 30 %) ainsi que la fabrication et l'assemblage des équipements (15 %).

Le solaire thermique devrait quant à lui comptabiliser 15 à 30 000 emplois d'ici 2023, particulièrement dans la maintenance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :