LTDE

Illuminations de Noël : quelle politique pour les villes ?

 |   |  409  mots
Illuminations de Noël : quelle politique pour les villes ?
Illuminations de Noël : quelle politique pour les villes ? (Crédits : #viajandoconchalau)
Noël approche et la plupart des communes de France ont déjà paré leurs rues de leurs plus belles décorations. Des villes qui tentent de réduire l’impact écologique d’une telle débauche de lumières.

Les chiffres ne sont pas faciles à trouver. Ceux qui détaillent la dépense énergétique engagée par les communes dans les illuminations de Noël. Ces dizaines de milliers de guirlandes et autres sujets lumineux qui scintillent depuis maintenant plusieurs jours dans la plupart des villes de France.

A Paris, ce sont ainsi plus d'un million d'ampoules LED qui clignoteront le long de l'avenue des Champs-Elysées jusqu'à début janvier. L'an dernier, la consommation totale d'électricité générée était estimée à 11 000kWh sur l'ensemble de la période où les illuminations étaient installées (du 21 novembre 2016 au 8 janvier 2017).

Les ampoules LED, d'ailleurs, ont contribué à faire faire de belles économies d'éclairage aux communes le temps des fêtes. Elles consomment plus de fois moins que leurs aînées. En ces temps de transitions écologique et énergétique, il est ainsi de bon ton que la fête soit belle dans nos rues... sans pour autant faire exploser la note d'électricité.

Des factures énergétiques ultra-réduites

A Bordeaux, cette année, comme le rapportait dernièrement le site web de France 3 Nouvelle-Aquitaine, l'heure est à la raison. La ville installe en effet ses premières illuminations 100% LED dans son centre. Pas moins de 700 000 diodes LED éclaireront la capitale girondine, pour un coût dix fois moindre comparé aux anciens « modèles » incandescents. Le responsable du service éclairage public de la ville, dont les propos sont rapportés par France 3, parle ainsi d'une belle économie : « On en a pour 1 700 euros de consommation, il y a dix ans, c'était dix fois plus. »

Les exemples de bénéfices tirés des LED sont nombreux. Ainsi à Nantes, l'an dernier, le responsable « éclairage public » de la Métropole expliquait à France Bleu que, quatorze ans en arrière, « nous étions à 322.000 kWh de puissance pour 250 décors. Actuellement nous avons 404 décors pour 10.500 kWh ».

Même constat enfin à Metz, rapporte le Républicain Lorrain, où la facture énergétique liée aux illuminations de Noël a chuté de 95% en onze ans, grâce à l'utilisation de LED et à la diminution des plages horaires d'allumage des décorations.

Selon l'Association française de l'éclairage, « pour alimenter les illuminations de Noël, la puissance électrique nécessaire s'élève à 1 300 MégaWatts (MW). 75 % de cette surconsommation est due aux éclairages chez les particuliers. Celle-ci représente l'équivalent de la consommation annuelle de 600 000 réfrigérateurs récents ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :