Pour les commerces dits "non essentiels", l'heure de la réouverture et de l'appréhension

 |  | 677 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
Les clients seront-ils au rendez-vous? Partout en France, magasins de jouets, de prêt-à-porter ou de maroquinerie, libraires ou coiffeurs, vont pouvoir rouvrir leurs portes samedi, attaquant avec fébrilité la dernière ligne droite jusqu'aux fêtes de fin d'année.

Restaurants ou salles de sports doivent rester fermés mais, des grands magasins Printemps aux petites librairies, des disquaires au géant suédois Ikea, c'est l'effervescence pour ceux autorisés à rouvrir dans le cadre de l'allègement du confinement. "Je sais combien l'attente est grande et combien cela participe à notre quotidien, à la vie de nos centres-villes, de nos centres-bourgs", avait observé Emmanuel Macron mardi. Samedi, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire se rendront à Reims pour aller à la rencontre de commerçants et d'artisans.

Les collectivités sont bien conscientes de l'importance des commerces dans la vie locale, et la métropole de Lyon, via une campagne de communication sur les réseaux sociaux, a par exemple invité les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2020 à 12:38 :
il faut redéfinir ce qui est essentiel
et ne pas le laisser ne serai ce qu' a un ministre la possibilité de nuire a l'économie
il y vas de la liberté de chacun
ce jour c'est la pandémie mais demain on peut refaire de meme avec tout autre
difficulté ou obstacle provisoire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :