Quand la Nasa ne veut plus faire de "stop spatial" avec les Russes

 |   |  326  mots
Les Etats-Unis ont mis fin au programme de navettes spatiales en 2011. Le secteur privé s'emploie à construire des engins spatiaux pour transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) d'ici à 2017.
Les Etats-Unis ont mis fin au programme de navettes spatiales en 2011. Le secteur privé s'emploie à construire des engins spatiaux pour transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) d'ici à 2017. (Crédits : reuters.com)
Charles Bolden, le patron de l'agence spatiale américaine, fait du forcing auprès du Congrès pour avoir plus de financements. Et ne plus dépendre des lanceurs russes pour envoyer des hommes dans l'espace.

"Ne nous forcez pas à faire du stop spatial avec la Russie. Bien à vous, Nasa."

Voici ce qu'a écrit Charles Bolden, ancien astronaute et actuel administrateur de la Nasa, dans une lettre ouverte aux parlementaires américains ce vendredi. Dans cette missive au Congrès, le patron de la Nasa, l'agence spatiale américaine, appelle à une hausse des financements afin de permettre aux Etats-Unis de pouvoir envoyer des hommes dans l'espace sans dépendre des lanceurs russes.

Pour lui, les Etats-Unis financent Moscou au lieu d'investir dans sa propre industrie aérospatiale.

"Chaque dollar que nous investissons à Moscou est un dollar que nous n'investissons pas dans les entreprises américaines" du secteur, poursuit Charles Bolden.

De nouveaux engins spatiaux

Les Etats-Unis ont mis fin au programme de navettes spatiales en 2011, et le secteur privé - avec l'aide de fonds de la Nasa - s'emploie à construire des engins spatiaux pour transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) d'ici à 2017.

"Depuis 2010, le président [Barack Obama] a reçu environ 1 milliard de dollars de moins que ce qu'il avait demandé [au Congrès] pour le programme commercial avec équipages de la Nasa. Dans le même temps, nous avons envoyé 1 milliard de dollars vers la Russie", souligne Charles Bolden.

Faute d'engin américain pour envoyer des humains dans l'espace, le monde entier dépend des capsules Soyouz de la Russie. Selon Charles Bolden, cela coûte environ 81 millions de dollars par siège pour envoyer un Américain vers l'ISS avec Soyouz, mais cela ne coûterait que 58 millions avec les engins développés par Boeing et SpaceX lorsqu'ils seront certifiés.

Un chèque de 490 millions aux Russes

Or, la Nasa, a-t-il déploré, "a fait un chèque de 490 millions de dollars" récemment aux Russes pour envoyer ses astronautes dans l'espace. "Ça ne devrait pas se passer comme ça", a-t-il estimé, appelant le Congrès à investir dans le programme commercial américain.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2015 à 12:51 :
Pour faire monter des gens sur une fusée, il faut une fiabilité reconnue, due à une certain age de l'engin et des vols réussis. Sinon c'est la loterie. Une nouveauté pure USA à mettre au point, ça retarde l'usage réel.
Tout ça pour réclamer de l'argent en quantité... Des arguments au ras du sol (pas terrible pour des gens ayant la tête dans l'espace).
a écrit le 29/08/2015 à 18:04 :
Même quand on est la plus grande nation du monde, on ne peut pas à la fois détaxer les riches, faire deux guerres extérieures en même temps, et envoyer des hommes dans l'espace. Le fait que les américains soient obligés d'utiliser des fusées russes est une des conséquences intéressantes des années Georges W Bush. Quelle ironie !
a écrit le 29/08/2015 à 15:25 :
Pour l'instant les programme pour remplacer la navette américaine sont en cours, donc pas le choix.
C'est une annonce qui n'engage pas grand chose étant donné que les programmes sont lancés. De toute façon US et UE auront leur engin pour remplacer les pingouins dans l'ISS, qui est une station internationale. Et jusqu'à preuve du contraire la coopération continue, aussi avec les japonais qui viennent de livrer des biscuits à l'ISS.
La capsule ORION est un programme EU-US.
Deux autres capsules privées en développement avec Boeing et SpaceX.
Réponse de le 29/08/2015 à 17:55 :
Biensur qu'ils ont le choix, ils peuvent annuler de façon extraordinaire les contrats et programmes, surtout si le congrès et le président en décident. En quoi que la Nasa collabore avec l'UE et pas avec la Russie est mieux pour les USA ? Ils ne devraient collaborer avec aucun pays en toute logique...Quant à votre expression "lancer des pingouins" c'est insultant et vulgaire.
a écrit le 29/08/2015 à 13:18 :
Sûr qu'on est jamais si bien servi que par soi-même, mais encore faut-il en avoir la capacité. Je pense tout de même que si on s'adresse aux Russes, c'est qu'ils ont les compétences et un rapport qualité/prix correct :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :