Royaume-Uni : une intelligence artificielle pour mieux détecter les maladies cardiaques

 |   |  568  mots
Le logiciel permet de créer des coeurs virtuels en trois dimensions pour anticiper les risques de décès.
Le logiciel permet de créer des coeurs virtuels en trois dimensions pour anticiper les risques de décès. (Crédits : MRC London Institute of Medical Sciences LMS)
Des chercheurs britanniques ont mis au point un logiciel capable de mieux détecter les risques de décès chez des patients atteints d'hypertension artérielle pulmonaire. Cette technologie pourrait ainsi améliorer l'espérance de vie de milliers de patients.

Une équipe de scientifiques du conseil de recherche médicale au Royaume-Uni (UK's Medical Research Council) et de l'Imperial College London a mis au point une technologie qui pourrait permettre de sauver des vies. D'après leurs travaux académiques, leur logiciel serait bien plus efficace que les méthodes actuelles pour prévenir les conséquences des maladies artérielles pulmonaires. Les résultats des travaux des chercheurs viennent d'être publiés dans un article de la revue scientifique Radiology.

>> Lire aussi : L'intelligence artificielle remplace-t-elle votre médecin ?

Un échantillon de 256 patients

D'après un communiqué de l'établissement universitaire, le nouveau logiciel développé par les scientifiques permet "de créer des cœurs virtuels en trois dimensions qui reproduisent la façon dont l'organe se contracte à chaque battement". Les radiographies ont été réalisées sur 256 patients grâce à l'imagerie par résonance magnétique (*). Le logiciel a permis de mesurer les mouvements sur plus de 30.000 points sur la structure de l'organe durant chaque battement de cœur. La modélisation en trois dimensions est illustrée dans la vidéo ci-dessous.

Les données sont ensuite combinées avec les dossiers médicaux de patients. L'intelligence artificielle peut ainsi apprendre quelles sont les anomalies qui peuvent entraîner la mort des personnes. D'après la BBC, le logiciel pourrait faire des prévisions relatives aux maladies artérielles pulmonaires sur les cinq prochaines années. La technologie a été testée avec des patients victimes d'hypertension pulmonaire.

Le docteur Declan O'regan, l'un des principaux auteurs de l'étude a ainsi déclaré que "c'est la première fois que des ordinateurs ont interprété des scanners du coeur pour déterminer avec précisions, combien de temps les patients vont vivre. Cela pourrait transformer la manière dont les médecins traitent les maladies du coeur."  Les chercheurs ont ajouté que "c'est la première étude qui utilise l'intelligence artificielle pour prédire les résultats des maladies cardiaques. Bien que l'intelligence artificielle aide déjà la recherche sur les cancers et sur les maladies du cerveau, l'analyse des images animées du coeur est bien plus difficile".

"Le but est d'aider les gens à vivre plus longtemps"

Le docteur Tim Dawes qui a participé au développement de l'algorithme a indiqué que "l'ordinateur effectue des analyses en quelques secondes et interprète en simultané les données provenant des scanners, des tests sanguins et d'autres tests sans aucune intervention humaine. Cela pourrait aider les docteurs à donner les bons traitements, aux bons patients, aux bons moments."

La technologie pourrait même être utilisée pour détecter d'autres résultats que ceux des maladies cardiaques. Le docteur Dawes conclut ainsi que "le but est de voir de si  de meilleures prévisions peuvent améliorer les traitements et aider les gens à vivre plus longtemps."

L'équipe de recherche prévoit actuellement d'utiliser ce logiciel sur des données provenant d'autres hôpitaux que celui pour lequel il a été développé. Cela permettrait de vérifier la concordance des résultats et de renforcer la fiabilité de l'outil.

(*) Cette technique d'imagerie médicale permet d'avoir des vues en deux ou trois dimensions de l'intérieur du corps.

L'article scientifique : ""Machine Learning of Three-dimensional Right Ventricular Motion Enables Outcome Prediction in Pulmonary Hypertension: A Cardiac MR Imaging Study." publié dans la revue Radiology.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :