Sodexo et le syndicat américain SEIU mettent fin à des années de conflit

 |   |  357  mots
Copyright Reuters
Le groupe français avait décidé en mars d'engager des poursuites contre l'organisation syndicale en invoquant une loi initialement conçue pour s'attaquer aux activités de la Mafia.

Le groupe français de restauration collective Sodexo est parvenu à un accord avec le syndicat américain SEIU, avec lequel il était en conflit ouvert depuis des années aux Etats-Unis, a annoncé le syndicat sur son site internet. Les termes de l'accord ne sont pas rendus publics mais le SEIU indique qu'en vertu de cet arrangement, les deux parties mettent un terme aux poursuites engagées mutuellement l'une contre l'autre ainsi qu'à la campagne d'opinion menée par le syndicat contre le groupe de restauration.

Recours à un loi conçue contre la Mafia

Sodexo s'engage également à respecter le libre-choix de ses salariés en matière syndicale, précise ce dernier. Le groupe français avait décidé en mars d'engager des poursuites contre l'organisation syndicale en invoquant une loi initialement conçue pour s'attaquer aux activités de la Mafia.
Sodexo entendait ainsi "mettre un terme à la campagne illégale d'extorsion que le SEIU mène aux Etats-Unis depuis plus d'un an" et obtenir une décision à l'encontre du syndicat et de ses principaux dirigeants ainsi qu'une compensation financière.

Tactique d'intimidation

Il avait invoqué la loi, dite RICO, "contre les organisations corrompues et influencées par le racket" mise en place en 1970 pour lutter contre les activités de la Mafia, mais qui a été largement utilisée depuis dans des affaires dépassant ce seul cadre. Sodexo reprochait également au syndicat sa tactique d'intimidation, qui a notamment pris la forme, selon lui, de jets de cafards en plastique sur la nourriture servie lors d'une soirée, ou de campagnes de rumeurs affirmant que les aliments servis par Sodexo contenait des crottes de rats, des moisissures ou des mouches.

Le soutien de Danny Glover

De son côté, SEIU reprochait au groupe français d'empêcher ses salariés américains de se syndicaliser et menait à son encontre une virulente campagne d'opinion, en mobilisant des personnalités comme l'acteur Danny Glover. Sodexo faisait de son côté remarquer que plus de 15% de ses effectifs américains étaient syndiqués, ce qui représente plus du double de la moyenne nationale pour le secteur privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2011 à 7:59 :
Lien vers le communiqué de presse sur le <a href="http://www.seiu.fr/">site de SEIU</a>

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :