Météo : les Tops et les Flops de la conso

 |   |  598  mots
Reuters
Reuters (Crédits : AFP)
Les températures automnales du printemps 2012 ont gelé la consommation. La mode se vend très mal. Les ventes de glaces sont gelées. Mais soupes et fromages à raclette font un tabac.

Fin mars, Miko croyait avoir lancé la saison des glaces. Pour la première fois, la marque du groupe Unilever avait invité les Parisiens à un grand bain dans la Seine pour fêter le passage à l'heure d'été en France. Bien mal lui en a pris. Depuis, le soleil a fait défaut. La France a été balayée par des averses pendant plus de six semaines. Et, depuis, quasiment partout en France, les ventes de glaces sont en berne. "En avril, mai et maintenant juin, la météo n'a pas été avec nous", reconnait la chef de groupe marketing en France de Unilever (Magnum, Miko, Cornetto et Ben & Jerry's), Valérie Osmont.

Le flop des cônes glacés : - 26 %

Dans les grandes surfaces, les ventes de glaces ont reculé de 22 % en volume et de 16,6 % en valeur. Les cônes à déguster en pique-nique ont vu leurs ventes chuter de plus d'un quart (- 26 %). Et à la maison, les bacs de litres de glace à partager n'ont pas trouvé preneurs (- 18 %). Les bières et panachés font aussi un grand flop : leurs ventes ont plongé de 8,2 %, au mois de mai selon le baromètre du cabinet Climpact spécialisé dans les prévisions de vente. Les Français se sont, en revanche, rués sur les plats hivernaux : la raclette (+ 30 %) et les soupes et potages (+ 19,4 %).

Recul de 15 % des ventes de mode en avril

Les magasins d'habillement, dont, depuis janvier, l'offre est consacrée aux collections d'été, ont fait chou blanc. En avril, les ventes ont dévissé de 15 % environ au mois d'avril en France, selon les chiffres de l'Institut Français de la mode (IFM). Et la météo du mois de mai n'a guère relancé les ventes. Selon les statistiques provisoires de l'IFM, le chiffre d'affaires a chuté de 5,3 % dans les hypermarchés et de 4,5 % dans les chaînes de grande diffusion, type H&M, Kiabi et la Halle au mois de mai par rapport à mai 2011. "Depuis le début de l'année, les ventes ont reculé de 6,5 % dans les chaînes de grande diffusion, de 4,8 % dans les boutiques sous enseigne et de 3,7 % dans les grandes surfaces alimentaires", estime le service d'études économiques de l'IFM. Le marché de la chaussure est aussi en pleine déprime (- 6,3 % au mois de mai). Depuis janvier, les ventes sont en recul de 6,4 %, selon le baromètre de la Syndicat National du commerce de la chaussure succursaliste.

55 % des ventes de glaces se font en deux mois de temps

L'arrivée de l'été relancera-t-elle la consommation ? Unilever veut y croire. Le leader du marché des glaces, devant Nestlé, a maintenu tout son dispositif de communication et de marketing pour faire connaître ses nouveaux sorbets fraise et glaces caramel. "Rien n'est fichu. Tout se joue entre la mi-juin et la fin août : ces deux mois et demi représentent 55 % des volumes de vente de glace", rappelle Valérie Osmont. Et, malgré le marasme, la part de marché d'Unilever a progressé de 1,4 point depuis début 2012, pour s'établir à 27,8 %, devant Nestlé (16 %).

Les soldes, c'est le 27 juin

Le petit monde de la mode a, lui aussi, les yeux rivés sur la météo. Mais un retour du soleil - il est attendu en fin de semaine, en région parisienne - ne devrait pas ramener les clients en magasin dès ce week-end. Car, les soldes d'été débuteront le mercredi 27 juin. Et, comme d'habitude, les Français devraient patienter jusqu'à cette date pour boucler leurs achats de vêtements d'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2012 à 18:06 :
En même temps une veste à 60 ou 80 euros, des pompes à 49 euros une chemise mode à 29 et 35 euros, c'est quand même du délire chez les Leclerc, Auchan et Cie.
pareil pour le T-Shirt à 10 euros chez C&A. Je ne parle même pas des autres magasins. Au rayon alimentaire la rondelle de saucisson de plus en plus fine sur emballage gonflette pour pigeon de la dernière pluie est à un prix de luxe. Le moindre biscuit coûte une fortune. La bouteille de piquette étrangère est à 2 euros, le croissant à 0.5 au mieux et la pomme idem et une bd pour les enfants se paie 11 euros. C'est l'arnaque.
Réponse de le 14/06/2012 à 11:53 :
vous vous sentez mieux maintenant?
a écrit le 13/06/2012 à 16:25 :
un oublie dans les TOPs : les anti-dépresseurs
Réponse de le 13/06/2012 à 17:03 :
+1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :