Le Printemps sous pavillon qatari : histoire d’une vente mouvementée

Le tribunal de grande instance de Paris a validé la cession du Printemps à groupe d’investisseurs originaires du Qatar. Les représentants des salariés – qui dénoncent un montage financier flou – avaient déposé plainte pour défaut d’information. Cette étape judiciaire conclue une période de plusieurs mois d’incertitude. Retour sur une transaction riche en épisodes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La justice n'y voit rien à redire.  Les 16 magasins du groupe en France, dont le vaisseau amiral des Grands boulevards parisiens passent donc bien dans le giron Qatari après la vente du groupe à Disa, une société luxembourgeoise détenue par des investisseurs du Qatar.

Les représentants syndicaux avaient déposé une plainte pour "défaut d'information". En dépit des "quatre réunions du comité d'entreprise extraordinaire et en l'absence d'Assemblée générale comme le Jean-Jacques Liebert, représentant de la CGT pour le Printemps, les délégués syndicaux ont le sentiment d'avoir été mis devant le fait accompli. Ils doivent se réunir le 9 août pour décider des suites à donner à cette décision.

Avant même cette plainte, le projet de vente du Printemps faisait déjà du bruit, notamment lors du rejet du projet présenté par les Galeries Lafayette.

  • 2006 : PPR cède le Printemps

Depuis sept ans, le groupe, n'appartenait déjà plus à un propriétaire français. Début août 2006, le groupe Pinault-Printemps-La Redoute - depuis rebaptisée Kering -  se défait du Printemps. Le fonds de pension RREEF, géré par la Deutsche Bank et l'homme d'affaire italien Maurizio Borletto, propriétaire des grands magasins italiens Rinascente, s'en portent acquéreurs. Montant de l'opération : 1,075 milliard d'euros.

  • Les Galeries Lafayette intéressés ?

Fin décembre 2012, après des rumeurs selon lesquelles le groupe chinois Wanda lorgnait le Printemps, c?est au tour des Galeries Lafayette d?êtres citées dans la presse. Le prix évoqué par le magazine Challenges : 1,6 milliard d'euros. Le groupe familial venait de céder sa participation dans Monoprix affirme alors disposer "d'une capacité d'investissement importante" et étudier ?toutes les opportunités permettant le réemploi de ce cash".

  • Mais Borletti rejette les Galeries Lafayettes

Maurizio Borletti qui dispose de 30% du capital, ne souhaite pas vendre ses parts. La proposition des Galeries Lafayette tombe à l'eau.

  • Des investisseurs Qatari remportent la mise

Finalement, c'est Divine investments SA (Disa), la société d'investissements luxembourgeoise détenue par des intérêts privés du Qatar, qui emporte la mise. Elle compte racheter les 70% de participation de la Deutsche Bank dans Groupe Printemps, et les 30% restants que détenait la société italienne Borletti.  Le prix de vente évoqué par Mediapart est de 1,8 milliard d'euros.

  • Le futur visage du Printemps

En avril 2013, un document contenant les projets de transformation du magasin est publié, toujours par Mediapart. Il révèle que quelque 226 emplois sur 3.400 seraient menacés. Quant au magasin du boulevard Haussman, il changerait radicalement de visage.

  • La polémique

Inquiets, les syndicats saisissent le procureur de la République de Paris pour dénoncer l?opacité du montage financier. Ils se plaignent en outre du manque d'information fourni par la direction et portent plainte pour délit d?entrave. Une enquête préliminaire est menée par la brigade financière. 

  • Cinquième changement de main

Le 3 août, après l'approbation de l?autorité de la concurrence, obtenue à la fin du mois de juillet, la cession du Printemps est officiellement signée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 10/08/2013 à 13:49
Signaler
Les syndicats sont dans leur droit. Un reporting doit en effet leur être fait sur les transactions touchant la société, ce qui les concerne. Les réponses ici sont floues car l'opération est importante. leur réaction préalable est donc légitime. Elle ...

à écrit le 10/08/2013 à 0:59
Signaler
cool!

à écrit le 09/08/2013 à 13:39
Signaler
Que fait le front national ? Il ne monte pas au créneau pour empêcher la vente d'un fleuron de l'économie française aux étrangers ???

le 09/08/2013 à 16:59
Signaler
quand, ils l'ouvrent", on dit qu'ils ne sont pas crédibles, n'ont pas de programme, etc... Mais quand il faut "monter au créneau pour braver les Qataris , là, on se demande pourquoi ils n'empêchent pas la vente d'un fleuron de l'économie du pays, fau...

le 10/08/2013 à 10:21
Signaler
a @et-hop je crois juste que le commentateur s interroge sur les raisons de l'intervention ou non du FN dans tel ou tel dossier.... Ca n enleve en rien l incompetence de ce parti qui je le rappelle chaque fois qu il a eu le pouvoir "local" a fini dev...

à écrit le 09/08/2013 à 11:17
Signaler
Le comble c'est que c'est avec notre argent

à écrit le 09/08/2013 à 11:09
Signaler
Ce qui est inquiétant dans ce gouvernement, c' est la dénonciation permanente des riches en France par les édiles de gauche. Et de la part croissante des impôts et des taxes sur les pme tpe. Les riches français vont être de plus en plus taxés. Pour m...

à écrit le 09/08/2013 à 8:02
Signaler
Le Qatar a une stratégie Luxe avec sa marque QELA et ses nombreuses participations dans des sociétés Luxe. Le CCE du Printemps devrait maintenant travailler la partie économique au lieu de faire de la politique anti évasion fiscale

à écrit le 08/08/2013 à 23:02
Signaler
Opacité pas tant que ça , le fond est basé au luxembourg , s'appelle Divine Investments SA et on trouve toutes les informations sur le registre du commerce du Luxembourg. Le but de ce montage est de ne pas payer des impôts sur les plus-values lorsque...

le 09/08/2013 à 1:32
Signaler
Effectivement, c'est aussi clair que celà. La C.G.T Communiste a détruit des millions d'emplois en France depuis 45 ans, et coute des milliers de milliards d'euros cumulés avec ses dégats. Qu'elle cesse enfin, ses activités de terrorisme économique e...

le 09/08/2013 à 8:13
Signaler
d'un coté il y a les "méchants communistes" de la CGT qui détruisent les emplois... et de l'autre coté les gentils investisseurs qui s'installent dans des paradis fiscaux pour ne pas payer d'impots sur les plus values ni d'impots sur les bénéfices...

le 09/08/2013 à 9:25
Signaler
Les 2 mon général....

le 09/08/2013 à 10:08
Signaler
bravo, je bosse et vis à Luxembourg depuis 7 ans ... et ce commentaire est ultra pertinent.. il n'y a rien d?opaque..tout est disponible .. Le Lux offre des possibilités bien plus larges que notre vieille France ( regardez le nombre d'actifs sous ge...

le 09/08/2013 à 10:48
Signaler
BRAVO à Prolux et à Moselle57 - Point 1 : Le Luxembourg est un pays normal mais intelligent qui comme les Pays Bas pratique une fiscalité modérée favorable aux intérêts économiques et attire les investisseurs, même si ce n'est pas un paradis fiscal (...

le 09/08/2013 à 21:32
Signaler
Tous ces gens qui commentent sans connaitre le fond du dossier, un pdg qui va toucher 23 millions, des chèques en veux tu en voila pour faire passer la vente le mieux possible, un relèvement du taux d?intérêt de la dette...lisez donc médiapart et int...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.