E-commerce : Casino et Bolloré lancent un site en Afrique

 |   |  325  mots
Casino sera en charge de l'implantation des filiales locales, de la création des sites internet, et de toute l'activité opérationnelle en e-commerce. (Photo: Reuters)
Casino sera en charge de l'implantation des filiales locales, de la création des sites internet, et de toute l'activité opérationnelle en e-commerce. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
Les deux groupes français ont annoncé mettre en place, via deux filiales, une société commune de vente en ligne sur le continent. Un premier site, développé sous la marque CDiscount, sera ouvert dès cet été en Côte d'Ivoire.

Casino et Bolloré s'allient afin de conquérir le marché africain. Les deux groupes français ont annoncé mercredi le lancement d'une société commune de vente en ligne sur le continent. Dès cet été, l'ouverture d'un premier site est prévue en Côte d'Ivoire.

Celui-ci sera développé sous la marque CDiscount, appartenant à Casino, alors que la société commune sera lancée par des filiales des deux groupes, CDiscount Afrique et Bolloré Africa Logistics. Elle "s'appuiera sur les atouts respectifs, l'expertise du leader du e-commerce en France et les compétences du leader de la logistique en Afrique", ont indiqué Casino et Bolloré.

Majorité du capital à Casino?

La participation respective des deux groupes dans cette nouvelle structure n'a en revanche pas été précisée. Selon une source citée par l'AFP, toutefois, Casino disposera de la "majorité du capital", même si Bolloré détiendra une "participation significative" et assurera toute la gestion des flux logistiques.

De son côté, Casino sera en charge de l'implantation des filiales locales, de la création des sites internet, et de toute l'activité opérationnelle en e-commerce. Le groupe est déjà implanté dans plusieurs pays d'Afrique comme la Tunisie (via notamment Monoprix), le Sénégal (7 magasins), le Gabon (3 magasins), le Cameroun (3), le Congo (2), la Cote d'Ivoire (2) et Djibouti (1).

Pas de produits alimentaires

Le premier site ouvert cet été proposera une offre de 80.000 références en high tech, décoration, éléctroménager... Comme dans le CDiscount français, il n'y aura en revanche pas de produits alimentaires. Et, après cette première étape en Côte d'Ivoire, plusieurs sites pourraient être ouverts dans toute la zone de l'Afrique sub-saharienne, avec des offres "prenant en compte les spécificités de chaque pays", selon une source citée par l'AFP.

Selon cette dernière, "une ou plusieurs marketplaces" (espace de vente ouvert à des entreprises tierces") pourraient également être ouvertes "à terme".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2014 à 17:10 :
Cette question est à traiter de façon prioritaire par la Presse. L'on constate une affligeante inertie dans notre pays pour ce domaine de la IT, bien obligés de constater que ce n'est pas une élite "officielle" qui lance les projets (aussi bien avec les ex Pages Jaunes qu'il pourrait bien reprendre). Il faudra une forte volonté pour contrer le processus américain déjà en place et pour tout dire il me semble que le résultat encore possible ne sera plus désormais que marginal. France Télécom-Orange et son président amorphe portent une lourde responsabilité. Cette entreprise pétrifiée par un personnel pléthorique devrait disparaître pour laisser agir les acteurs volontaires et tenter de sauver ce qui peut l'être. Pourtant, totalement aveugle à la réalité, le triste sire qui est à sa tête demande celle des autres et se voudrait le patron de la communication française et pourquoi pas européenne! Le gouvernement dort, tout va bien.
Réponse de le 04/06/2014 à 20:29 :
lol... vive le made in france, lol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :