Tesco pourrait supprimer 10.000 postes

Le groupe de distribution britannique pourrait supprimer 10.000 emplois dans le cadre d'un plan visant notamment à fermer 43 magasins non rentables, a rapporté dimanche The Sunday Telegraph.
(Crédits : © Stefan Wermuth / Reuters)

Le groupe britannique de distribution Tesco, confronté à un déclin de ses ventes, pourrait supprimer 10.000 emplois dans le cadre d'un plan visant notamment à fermer 43 magasins non rentables, a rapporté dimanche The Sunday Telegraph. 6.000 emplois sur les 10.000 supprimés concerneraient le siège de Tesco et les 43 fermetures de points de vente, le restant s'inscrivant dans une réorganisation globale du fonctionnement du groupe.

Baisser les prix

Tesco avait déjà indiqué le mois dernier que 2.000 postes étaient menacés, et présenté une série de mesures d'économie et de restructuration pour financer des baisses de prix sur des centaines de produits, afin de tenter de reconquérir ses clients.

Ces mesures incluent la fermeture des 43 magasins non rentables, l'annulation de l'ouverture d'autres nouveaux supermarchés, le déménagement de son siège et la décision de ne pas payer de dividende final au titre de l'exercice 2014/15.

L'enseigne, en difficulté chronique, va aussi réduire ses investissements et vendre ses activités dans l'internet.

L'objectif est de réaliser à terme des économies de près de 250 millions de livres (319 millions d'euros) par an.

Fin janvier, le numéro un britannique du secteur a détaillé mercredi la liste des hypermarchés, supermarchés et supérettes concernés par ce plan, dont le principe avait été dévoilé début janvier. Les magasins touchés sont répartis dans l'ensemble du pays, de Londres à Belfast, en passant par les cités du nord de l'Angleterre et d'Ecosse.

"Notre priorité est d'expliquer à nos collègues ce que cela signifie et, quand c'est possible

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 16/02/2015 à 14:15
Signaler
Le principal épicier d' Angleterre s' écroule pendant que les vendeurs de ceintures font du business .Après black friday , c' est plutôt noir.Mais ça on le savait, excepté les talentueux économistes .

à écrit le 16/02/2015 à 11:10
Signaler
mmmmh il manque à la fin de l'article le passage habituel sur la hausse du cours de l'action suite aux milliers de licenciement. "Notre priorité est d'expliquer à nos collègues ce que cela signifie et, quand c'est possible ...il manque un bout ...

à écrit le 16/02/2015 à 7:38
Signaler
' asda... the price'... forcement ca cogne

à écrit le 15/02/2015 à 20:26
Signaler
Non, les gars, là, je ne plaisante pas. VOUS avez osé reprendre la propagande anglo-saxonne sur la GB qui se portait mieux que son ombre. (son ombre de la city, bien sûr) Alors, maintenant, faut nous ressortir votre texte sur la santé d'enfer de la...

à écrit le 15/02/2015 à 19:35
Signaler
Je ne sais plus qui nous VANTAIT la magnifique reprise économique de la GB...?! Strange, isn't it..?? Reprise de la city, certainement...

le 16/02/2015 à 7:57
Signaler
@Yvan absolument d accord avec vous , tous sans exception nous vante la bonne santé de l économie anglaise quelle plaisanterie , le manque de sérieux de nos journalistes également

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.