En pleine crise, Dia change de dirigeant

 |   |  285  mots
(Crédits : Reuters)
Le groupe espagnol de grande distribution DIA, en grande difficulté, a annoncé vendredi l'éviction de son directeur général Antonio Coto, nommé il y a peine quatre mois.

M. Coto, nommé fin août à la place de Ricardo Curras, est remplacé à ce poste par Borja de la Cierva. A la Bourse de Madrid, cette annonce a entraîné un bond de 7,75% à 0,47 euro de l'action qui a perdu environ 90% de sa valeur depuis le début de l'année.

Augmentation du capital

Le groupe a par ailleurs annoncé la convocation prochaine d'une assemblée générale afin d'approuver l'augmentation de capital déjà annoncée d'au moins 600 millions d'euros. Il est par ailleurs parvenu à un accord de refinancement lui permettant d'obtenir environ 200 millions de liquidités.

Dia va par ailleurs, comme envisagé, céder ses magasins de vente en gros Max Descuento et de produits de beauté et d'hygiène Clarel, ajoute le groupe dans son communiqué. Née en 1979 et célèbre pour ses petits prix, la chaîne de supermarchés est en grande difficulté depuis des mois.

Crise aigüe

En octobre, Dia a procédé à un avertissement sur résultats et annoncé qu'il ne verserait pas de dividende. L'agence d'évaluation financière Moody's avait dans la foulée relégué le groupe dans la catégorie des émetteurs "spéculatifs" (Ba2).

Mi-décembre, les représentants de son premier actionnaire, le milliardaire russe Mikhail Fridman qui détient 29% à travers le fonds luxembourgeois LetterOne, avaient claqué la porte du conseil d'administration de Dia, rendant la crise encore plus aigüe.

Standard and Poor's a pour sa part abaissé la semaine dernière la note de Dia à CCC+ et estimé que "sans un financement en temps et en heure", le groupe faisait face à un "risque accru de manque de liquidités au cours des sept prochains mois".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2018 à 14:43 :
Le low cost alimentaire c'est fini, en France Leader Price est en difficulté et Lidl abandonne progressivement le concept. Les gens ne sont pas prêts pour un budget alimentaire qui représente 10% de leurs dépenses à faire de petites économies pour manger des produits de moindre qualité.
Réponse de le 02/01/2019 à 10:38 :
Vous pensez sérieusement qu'avec le pouvoir d'achat qui ne cesse de diminuer les gens vont se jeter sur les aliments BIO pour mieux manger.
Vous rêvez mon vieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :