Fnac : CGT, SUD et FO vont démolir l'accord déjà signé sur le travail dominical

 |   |  297  mots
La Fnac est la deuxième chaîne de distribution à signer un accord sur le travail du dimanche.
La Fnac est la deuxième chaîne de distribution à signer un accord sur le travail du dimanche. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Majoritaires, les trois syndicats vont ainsi pouvoir bloquer l'accord. Plus tôt, la CFDT avait quant à elle rejoint la CFTC et la CFE-CGC qui ont signé l'accord sur le travail du dimanche à la Fnac.

Publié le 20/01/2016 à 07:47. Mis à jour le 20/01/2016 à 11:26.

Pas de surprise. Les syndicats CGT, SUD et FO, majoritaires à eux trois, vont mettre leur veto à l'accord sur le travail du dimanche et en soirée à la Fnac, ont annoncé des sources syndicales mercredi 20 janvier à l'AFP.

Opposés à l'extension du travail dominical permise par la loi Macron, les trois organisations syndicales disposent des 50% nécessaires pour faire éventuellement invalider l'accord. Les syndicats ont jusqu'à mercredi pour se positionner sur le projet, soumis à signature depuis le 11 janvier.

Après la CFTC et la CFE-CGC, la CFDT avait décidé plus tôt mardi de parapher le projet d'accord sur le travail du dimanche et en soirée à la Fnac, permettant ainsi à l'accord d'être signé, a indiqué dans un communiqué la fédération CFDT des services. Les négociations ont abouti à un "projet qui semble porteur de nombreuses garanties", explique le syndicat.

200% de majoration

Pour les magasins ouverts régulièrement le dimanche, et notamment ceux en zones touristiques internationales (ZTI), il est prévu 12 dimanches majorés à 200%, c'est-à-dire payés triple, et 40 dimanches majorés à 100%, c'est-à-dire payés double.

Pour les magasins ouverts occasionnellement le dimanche, la majoration sera de 100%, avec repos compensateur, comme prévu par la loi pour les 12 dimanches dits "du maire".

La garantie du principe de volontariat

Autres "garanties" évoquées par la CFDT, le "volontariat" des salariés et la "réversibilité" de leur choix, l'assurance de deux jours de repos consécutifs pour les salariés à temps plein, la prise en charge des frais de taxis, ainsi que d'une grande partie des frais de garde. Depuis la loi Macron, peu d'accords sur l'extension du travail dominical ont été signés. Les salariés d'Inditex (Zara) font partie des rares à en avoir signé un.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2016 à 13:45 :
"Majoritaires, les trois syndicats vont ainsi pouvoir bloquer l'accord".

Oui et c'est d'ailleurs pour cela qu'ils sont majoritaires et ils respectent donc la réforme de la representativité de 2008 pondu sous Sarkozy, comme quoi.
a écrit le 21/01/2016 à 10:14 :
et hop ...le Dimanche : tous à la messe ...!
et tout c'a dans un pays ou la laicité est Reine ; il y a quand meme de quoi, se marrer? non ?
à quand l'interdiction de travail du Dimanche , aux medecins -pompiers -policiers -mais aussi : jokets -joueurs de foot ( professionnels ) -cinéma - bistrots .....!
Réponse de le 21/01/2016 à 13:32 :
Tu peux toujours faire une demande d'embauche si cela te convient .
a écrit le 21/01/2016 à 10:03 :
Et pour le client lambda, que cela lui apporte-t-il que la Fnac soit ouverte le dimanche?
Des prix qui seront à la hausse car les coûts supplémentaires dus aux surcoûts salariaux (normaux par ailleurs) devront être supportés afin de ne pas minimiser les marges.
En semaine, moins de personnel disponible pour la clientèle car les travailleurs du dimanche seront en congé et ne seront pas remplacés. (Faites un tour chez Leroy Merlin en semaine et trouvez un vendeur !!!)
Les achats faits le dimanche ne le seront plus en semaine car l'ouverture du dimanche n'augmente pas le pouvoir d'achat des clients !!!!!
a écrit le 20/01/2016 à 21:48 :
C'est amusant la diatribe antisyndicale. si on vous suit, il faut interdire les syndicats qui ne copinent pas avec le MEDEF. Autrement dit vous n'aimez les syndicats que s'ils pensent comme les patrons. certes les syndicats ne représentent que 3% des salariés, oui, mais pas à la FNAC, il faut vous y faire. Vous remarquerez que les effectifs syndicaux déclinent depuis le milieu des années soixante-dix, et c'est à partir de ce moment là que la croissance part en sucette et que le chômage se met à augmenter. Quoi qu'on pense des syndicats, il faut aller chercher un peu d'autres raisons à la crise et ses séquelles. Il ne me semble pas que la crise des subprimes ait été provoquée par la CGT ! Révisez votre logiciel qui date du XIXème siècle.
a écrit le 20/01/2016 à 19:44 :
"Démolir"... ben ouais : les syndicats ne savent faire que cela !
et après, ils s'étonnent de leur impopularité !
a écrit le 20/01/2016 à 17:12 :
mais quand donc les syndicats vont ils comprendre qu(ils sont la génèse même du chomage
ce n'est jamais le plus fort le plus gros qui survit c'est celui qui s'ADAPTE
a écrit le 20/01/2016 à 17:05 :
Les syndicats gauchistes Français qui ne représentent dans le secteur privé qu'eux mêmes ou presque (3%,) sont une véritable entreprise de démolition, on l'a vu chez SMART, et SEPHORA, aujourd'hui à la FNAC et ce quand bien même il y a un très large consensus du personnel. Je préfère ne même pas parler des dockers, de SEA FRANCE et de la SNCM copilotée par la CGT. Et là le pire c'est le contribuable qui a la double peine: les prix de billets ou d'abonnements ne couvrant pas la réelle dépense et encore moins les pertes, ce sont les impôts qui font la jonction.
Réponse de le 21/01/2016 à 13:27 :
"on l'a vu chez SMART"

Il s'agit plutôt d'un vote de classe chez SMART , des cadres favorables à 70%, et 6 ouvriers sur dix contre .
a écrit le 20/01/2016 à 13:08 :
Plus efficace que le veto des syndicats : N'ALLEZ PAS FAIRE VOS COURSES LE DIMANCHE ! Quand les entreprises en auront marre de perdre de l'argent, ne vous inquiétez pas, elles reviendront en arrière !
Réponse de le 20/01/2016 à 14:01 :
Le dimanche, je fais les courses sur internet, ça reste ouvert toute l'année.
Réponse de le 20/01/2016 à 19:46 :
moi j'ai mieux : je suis frontalier... un p'tit coup d'Eurotunnel et le dimanche en Angleterre, je fais mes courses ! et Hop ! les chômeurs britanniques (s'il en reste) me dise Merci !
a écrit le 20/01/2016 à 13:07 :
Les travailleurs chretiens de la CFTC ne veulent plus de la messe le dimanche ?
Réponse de le 20/01/2016 à 21:06 :
Ils ne vont plus à la messe le dimanche depuis qu'ils ont vu que vous n'y alliez plus vous non-plus...
En fait ils vont à la messe du samedi soir (et oui, il faut vivre avec son temps cher @lachose).
a écrit le 20/01/2016 à 13:01 :
Des permanents syndicaux bien installés dans leur fromage, vont pouvoir bloquer, au mépris des évidences, l'avenir et les rémunérations des salariés d'une entreprise, alors qu'ils ne représentent plus de 50% que d'après les critères falsifiés d'une représentativité fictive. On est là dans la démonstration d'un pouvoir à la soviétique de syndicats révolutionnaires nés de la volonté des politiques, entretenus par la lâcheté des gouvernants, et ce, contre l'intérêt des salariés. Et après on s'étonne de voir monter le vote protestataire, et la défiance vis à vis des Institutions ?
Réponse de le 20/01/2016 à 13:08 :
Tu veux travailler ou faire tes courses le dimanche ?
Réponse de le 20/01/2016 à 17:11 :
réponse à Phidias: tout à fait en accord avec vous. De Gaulle au sortie de la guerre en 46 a confié les clés des secteurs clés de l'économie aux Cocos et à sa courroie de transmission: la CGT et évidemment depuis 70 ans personne, au niveau politique, n'a eu le courage de réformer la soit disante représentation syndicale, encore moins les privilèges exhorbitants dont jouissent les délégués syndicaux dans les entreprises.
Réponse de le 20/01/2016 à 21:51 :
Ben si le général de Gaulle a confié les clés de l'économie, votre discours tombe à plat parce que tout de même entre 1944 et 1970 les choses se sont bien améliorées, croissance forte, quasi plein-emploi. Depuis que les "cocos" ne sont plus là on a une croissance en berne, et un chômage qui explose
a écrit le 20/01/2016 à 12:48 :
Je suis surpris, CGT,SUD, et FO le défenseur de nos fonctionnaires qui ont si besoin d'être défendus, n'aient pas signé cet accord, eux si à la pointe du progrès en manière d'organisation du travail,; Mais où va-t-on si les syndicats les plus représentatifs ne suivent plus les engagements des travailleurs? ? ?
Réponse de le 20/01/2016 à 13:13 :
"Mais où va-t-on si les syndicats les plus représentatifs ne suivent plus les engagements des travailleurs? ? ? "

Ils sont représentatifs et majoritaires car les salariés de cette boite ont voté le plus pour eux aux élections professionnelles en lisant les tracts des uns et des autres et ils ont fait un choix ,c'est si difficile à comprendre ?
A noter que la réforme de la représentativité syndicale date de 2008 et Sarkozy.
Réponse de le 20/01/2016 à 13:38 :
"Je suis surpris, CGT,SUD, et FO le défenseur de nos fonctionnaires qui ont si besoin d'être défendus"

Pas de bol pour toi, lors des élections professionnelles dans les très petites entreprises (TPE), une première en France en décembre 2012 , la CGT est arrivée en tête : une nette avance de la CGT, arrivée en tête avec 29,54 % des voix, suivie par la CFDT (19,26 %) et FO (15,25 %).
L'UNSA s'est positionnée en quatrième position avec 7,35 %, suivie par la CFTC (6,53 %) et Solidaires (4,75 %), selon les données du ministère du travail, qui précise qu'elles concernent la seule métropole. La CFE-CGC, qui participait au seul collège cadre, a obtenu 26,9 % des voix dans ce collège.
Réponse de le 20/01/2016 à 19:49 :
Ils sont représentatifs de rien du tout, surtout quand on voit le % de votes exprimés !
Et quand on ne veut pas choisir en tre la peste et le choléra... on s'abstient !
a écrit le 20/01/2016 à 12:33 :
après avoir coulé VIRGIN, nos soit-disant syndicats (des mafias corporatistes ne représentant plus personne) vont couler la FNAC ... bien sûr, les délégués syndicaux seront privilègiés pour les reclassements
Réponse de le 20/01/2016 à 13:48 :
je viens de lire ce qu'a coulé Virgin :
La chaîne de magasins de produits culturels (livres, CD, DVD) est victime du changement de modèle de consommation des biens culturels : les clients n’achètent plus dans les magasins mais en ligne. En moyenne, le marché de la musique baisse de 15% chaque année (le marché « physique » de la musique enregistrée a chuté de 14,1% pour les neuf premiers mois de 2012.A l’inverse le marché numérique progresse : + 13,8% sur la même période.

Les magasins voient fondre leur chiffre d’affaire tandis que leurs charges continuent de progresser. Les entreprises se retrouvent coincées par un effet de ciseau. Virgin n’est pas la seule à connaître des difficultés. La FNAC aussi est touchée par cette révolution industrielle : son propriétaire, PPR cherche à la vendre depuis trois ans.Tu vois le travail du dimanche dedans ?
a écrit le 20/01/2016 à 12:20 :
Ouvrir la fnac le dimanche ne m'apportera aucun centime de plus, donc je n'aurai pas plus à dépenser.

Par contre, il faudra que la municipalité renforce son effectif dominical de police et idem pour les services d'incendie. Il faudra aussi prévoir un passage de nettoyage de voirie le dimanche soir... et tout ça c'est pour ma pomme de contribuable innocent.

Pour ce qui est des éventuels emplois crées, il va falloir m'expliquer où. La Fnac (comme tous les autres) évoque des surprimes pour les volontaires, des frais de garde etc, etc... mais pas un seul emploi nouveau.

Les études menées sur le sujet dans les divers pays ou l'ouverture dominicale s'est répandue sont contrastées, moi je retiendrai autre étude, tirant en 2013 le bilan de dix-huit mois de libéralisation du travail du dimanche en Italie. Mené par le patronat italien lui-même, ce travail conclut en effet « à un solde négatif de 32 000 commerces, avec la perte estimée de 90 000 postes de travail ».
Réponse de le 20/01/2016 à 14:57 :
Le seul argument que je retiens est celui du surcoût des services publics et en bon libéral que je suis, je réponds qu'on peut regarder un dispositif qui permettrait de les faire financer par les entreprises concernées. Sur le travail du dimanche je pense qu'il aurait fallu créer des contrats de travail spécifiques avec par exemple comme contrainte de ne pas autoriser dans le même contrat plus de deux jours ordinaires de travail dans la semaine. Pour le reste savoir si dans tel secteur ou telle zone c'est ou non rentable, seul le marché le dira. Si ce n'est pas rentable il n'y aura pas d'ouverture et sinon ça créerait de l'emploi pour de nouveaux salariés sans déranger les autres puisque ce ne seraient pas les mêmes contrats. Le maître mot qui doit nous guider s'appelle LIBERTE. LIBERTE d'aller ou non faire ses courses le dimanche, LIBERTE de signer ou non un contrat de travail typé "dimanche", LIBERTE d'ouvrir ou non une activité ici ou là et LIBERTE de ne pas payer les services publics induits quand on n'est pas intéressé par ce service.
a écrit le 20/01/2016 à 12:00 :
Nous sommes face à des emplois précaires,qui sont utiles pour des étudiants,des personnes ne cherchant qu'un minimum d'heures,donc en général des gens qui ont un adossement financier,ne rendant pas vital le revenu de ce type d'emploi;
A l'observation dans ces magasins ,les produits vendus sont d'origine Asie ou autre contrée hors CE.
résultat::
La couche d'ozone,transport aérien,puis le déséquilibre de la balance des paiements,pour des produits que le quidam France,ne pourra jamais s'offrir:,et dont nous n'avons pas la maîtrise en production nationale!!!::
Et surtout un Chiffre d'Affaires,sur gonflés,qui après traitement,va être réduit à minima ,pour échapper à l’impôt!!!
Il faut vraiment que ce modèle de travail rapporte en conséquence ,pour que les vendeurs pratiquent un telle surenchère d'avantages envers les employés!!!
les syndicats se doivent d’être à la hauteur de ce dossier à traiter avec tout le respect dû à l'emploi,mais aussi à la vie de famille,car nous ne sommes pas aux US.
a écrit le 20/01/2016 à 11:56 :
Nous ne sommes pas en démocratie mais en dictature syndicale, une poignée d'individus représentant en réalité moins de 10% des salariés peuvent bloquer l'application d'une loi.
Réponse de le 20/01/2016 à 13:26 :
"des salariés peuvent bloquer l'application d'une loi".

Que dit la réforme de la représentativité syndicale de 2008 de Sarkozy :
les trois organisations syndicales disposent des 50% nécessaires pour faire éventuellement invalider l'accord.
Tu vois , la aussi , les syndicats opposés à cet accord respectent la loi.
a écrit le 20/01/2016 à 11:48 :
Un dimanche pour la première j'ai du aller faire mes courses, ce que j'évite parce que je sais ce que je vais voir: des salariés en sous effectif à qui ont dit qu'ils seront plus payés et donc qu'on fait courir dans tous les sens afin de répondre aux quelques clients qui s'y trouvent, aux gens qui n'ont rien d'autre à faire le dimanche que d'aller dans les galeries des supermarchés.

C'est une idée stupide en plus d'être inhumaine, c'est le retour aux conditions de travail du 19ème siècle, nous sommes à l'ère d'internet et de la robotique et notre société perd dix ans chaque année.

Logique avec les décideurs que nous avons il ne faut pas en espérer plus, voir même espérer qu'ils n'iront pas plus loin dans leur bêtise et compromission généralisée.

Mais les médias appartenant aux mêmes actionnaires qui nous imposent leurs idées de génies vont nous montrer des salariés qui veulent travailler tout le temps, ces quelques spécimens dont La Boétie a fait il y a pas moins de cinq siècle maintenant, une remarquable analyse et tellement dans l'air du temps:"Discours de la servitude volontaire."

A savoir ces idiots largement minoritaires utiles au système pour continuer d'imposer à la majorité des logiques aliénantes et déshumanisantes. Et de nous demander avec lui si finalement, dans le lien dominant/dominé, ce n'est pas le dominé qui est le pire, capable d'aller le plus loin dans l'horreur tout ceci pour pouvoir obéir à quelqu'un, à un maître, à un guide.

Ces gens là étant bien entendu largement surexposés médiatiquement, tellement rentables pour le néolibéralisme, tellement utile à leur dogme imbécile.
Réponse de le 20/01/2016 à 13:46 :
"A savoir ces idiots largement minoritaires utiles au système pour continuer d'imposer à la majorité des logiques aliénantes et déshumanisantes."

Vous parlez d'une "majorité d'idiots", à qui vous voulez interdire de travailler le dimanche même s'ils en ont envie, sous prétexte qu'ils devraient avoir "autre chose à faire" (on se demande bien ce que vous exigez d'eux ce jour là). Au moins on sait quelle haute opinion vous avez de vous même, à ainsi juger les autres et leurs envies, légitimes ou non.
Réponse de le 21/01/2016 à 11:48 :
"Au moins on sait quelle haute opinion vous avez de vous même, à ainsi juger les autres et leurs envies, légitimes ou non"

En effet je ne me prends pas pour un esclave prêt à tout pour n'importe quoi, cela vous dérange ?

Ben oui vous préférez les esclaves prêts à tout et n'importe quoi bien entendu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :