Travail dominical : chez Zara, c'est oui

 |   |  253  mots
L'accord prévoit notamment une majoration de 110% les dimanches (sans repos compensateur pour les employés, avec repos compensateur pour les cadres au forfait jour) et de 100% en soirée (à partir de 21h00).
L'accord prévoit notamment une majoration de 110% les dimanches (sans repos compensateur pour les employés, avec repos compensateur pour les cadres au forfait jour) et de 100% en soirée (à partir de 21h00). (Crédits : AFP)
Au sein des enseignes françaises du groupe Inditex (Zara, Bershka etc.), les partenaires sociaux ont signé un accord sur les ouvertures dominicales et nocturne dans le cadre de la loi Macron.

Ouvertures dominicales et nocturnes validées chez Zara. Au sein des enseignes de prêt-à-porter du groupe espagnol Inditex (qui comptent aussi Massimo Dutti, Stradivarius, Berska ou Oysho dans ses rangs) un l'accord en ce sens a été signé le 29 décembre au soir par les partenaires sociaux. Les représentants de la CFDT, majoritaire dans le groupe et CFE-CGC en ont fait état à l'AFP ce mercredi.

L'accord prévoit notamment une majoration salariale de 110% les dimanches, sans repos compensateur pour les employés un jour de repos compensateur étant prévu pour les cadres au forfait jour. Pour le travail en soirée, à partir de 21h00, la compensation prévu est de 100%. "Une prise en charge" des frais de garde des enfants et le "retour en taxi des salariés ne pouvant bénéficier de transports en commun en soirée" sont également prévus.

Au BHV, c'est non

En outre, le volontariat sera "ponctuel" et les salariés "consultés toutes les semaines" sur leur désir de travailler les dimanches des deux semaines suivantes. Il est prévu le cas échéant de faire appel à des salariés volontaires d'autres magasins; voire de ne pas ouvrir le magasin faute de personnel disponible.

Dans d'autres enseignes, les propositions visant à traduire les dispositions de loi Macron relative aux ouvertures dominicales et nocturnes passent beaucoup plus mal. Un accord prévoyant des compensations dégressives a ainsi été rejeté au BHV et les négociations pour des accords de branche patinent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :