Le travail dominical est compromis pour la Fnac

 |   |  345  mots
Alexandre Bompard a, une nouvelle fois, ce matin sur France Inter, défendu l'ouverture dominicale pour ses magasins. Fin mai, une intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SUD) de la Fnac-Relais, qui regroupe les 51 magasins de province, avait appelé à une journée d'action nationale pour dire non à la banalisation du travail du dimanche.
Alexandre Bompard a, une nouvelle fois, ce matin sur France Inter, défendu l'ouverture dominicale pour ses magasins. Fin mai, une intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SUD) de la Fnac-Relais, qui regroupe les 51 magasins de province, avait appelé à une "journée d'action nationale" pour dire "non à la banalisation du travail du dimanche". (Crédits : Reuters)
L'amendement du Sénat autorisant le travail le dimanche pour les distributeurs de biens culturels a de forte chance d'être rejeté à l'Assemblée nationale. Celui-ci est nécessaire pour le PDG de de la Fnac qui y voit un "oxygène" pour résister à la concurrence d'Amazon.

Une nouvelle fois, le Pdg de la Fnac est monté au créneau pour défendre le travail dominical, lors de la matinale de France Inter, mardi 9 juin. Si Alexandre Bompard a une nouvelle fois insisté, c'est parce que le risque pour la Fnac de ne pas pouvoir ouvrir le dimanche dans le cadre de la loi Macron est important.

Les Sénateurs ont adopté un "amendement Fnac", autorisant l'ouverture dominicale pour les enseignes de biens culturels. Mais il y a de fortes chances que l'Assemblée le rejette en seconde lecture. La journaliste Léa Salamé lui rappelle notamment qu'Emmanuel Macron serait contre l'idée d'encourager les députés PS à le voter, en guise de concession à l'aile gauche du parti.

"On a besoin de ce petit oxygène supplémentaire"

"Je ne suis pas aveugle, je me rends bien compte que nous avons beaucoup d'opposition", a renchéri le Pdg. "J'ai tellement le sentiment que c'est nécessaire pour notre secteur et la filière culturelle dans son ensemble que je me battrai jusqu'au bout."

Selon lui, la Fnac subit de plein fouet l'arrivée de concurrents comme Amazon. "On a  besoin de ce petit oxygène supplémentaire", insiste-t-il.

La Fnac est notamment accusée de ne pas vendre que des biens culturels, ce qui pourrait pousser d'autres enseignes de la grande distribution à réclamer la possibilité d'avoir recours au travail dominical. Alexandre Bompard rétorque sur France Inter que la Fnac a "le rôle de premier acteur culturel en France; [...] 90% de nos tickets de caisse présentent un bien culturel".

De nombreux salariés opposés au travail le dimanche

Enfin, le Pdg a assuré qu'en moyenne 80% des salariés de l'enseigne souhaitaient travailler dimanche.

Pourtant, une intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SUD) de la Fnac-Relais, qui regroupe les 51 magasins de province, avait appelé fin mai à une "journée d'action nationale" pour dire "non à la banalisation du travail du dimanche". En outre, fin mai, la pétition contre le travail dominical à la Fnac avait déjà recueilli 3.000 voix

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 14:57 :
Vraiment ce pays fait tout pour se ruiner. Une poignée d'idéologues incompétents a pris le pouvoir et pourrit l'existence de 65 millions de personnes. Tout ça en donnant des leçons de morale et bien sûr, ce petit monde vit essentiellement de l'argent public. C'est révoltant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :