Travail du dimanche : la CGT, FO et SCID bloquent l'accord aux Galeries Lafayette

 |  | 407 mots
Lecture 2 min.
Les trois syndicats représentent plus de 50% du personnel.
Les trois syndicats représentent plus de 50% du personnel. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Les syndicats CGT, FO et SCID ont invalidé de fait l'accord trouvé il y a une semaine entre la direction, la CFE-CGC et la CFTC. L'exercice de leur droit d'opposition est toutefois suspendu à une décision de justice attendue en juin.

Les syndicats CGT, FO et SCID des Galeries Lafayette ont décidé d'exercer leur droit d'opposition à l'accord sur le travail dominical signé le 21 mai entre la direction des Galeries Lafayette et la CFE-CGC et la CFTC, qui devait permettre l'ouverture de ses magasins sur les grands boulevards parisiens tous les dimanches de l'année.

La CGT a été la dernière à arrêter sa décision, qu'elle a rendue publique le vendredi 27 mai. Les trois syndicats, qui représentent plus de 50% du personnel, ont ainsi invalidé de fait l'accord. La validité de ce droit d'opposition reste toutefois soumise à une décision de justice, attendue le 9 juin, concernant la représentativité du SCID, contestée par la direction de l'enseigne depuis qu'il s'est désaffilié de la CFDT.

Un texte "équilibré" selon la CFE-CGC

La CFE-CGC et la CFTC représentent quant à elles 37% des suffrages exprimés aux élections professionnelles. Jacques Biancotto, président de la branche commerce à la CFE-CGC, jugeant le texte "équilibré", avait ainsi expliqué le choix de son syndicat à l'agence Reuters:

"Nous ne sommes pas favorables à la banalisation du travail dominical mais, dans ce cas de figure, il faut saisir l'opportunité d'un chiffre d'affaires supplémentaire".

Il considérait satisfaisantes les garanties offertes par la direction au terme de plusieurs mois de négociations: aux termes de l'accord, les employés devaient par exemple être payés double huit dimanches par an et pouvaient récupérer ces jours.

FO avait pour sa part déjà annoncé son refus, et déclaré:

"On fera de toute façon opposition à tous les accords sur le travail le dimanche dans le commerce".

Seul le BHV a pu trouver un accord

Le grand magasin du boulevard Haussmann estime qu'une ouverture tous les dimanches permettrait de créer 1.000 emplois et de générer 10% de chiffre d'affaires supplémentaire. Le boulevard en question compte parmi les zones touristiques internationales (ZTI) instaurées par la loi dite Macron, où les commerces peuvent ouvrir tous les dimanches de l'année à condition qu'un accord soit trouvé avec les syndicats.

Si le compromis avait pu prendre effet, les Galeries Lafayette seraient devenues le deuxième grand magasin parisien à pouvoir ouvrir les dimanches dans le cadre de la loi Macron, après le BHV-Marais où un accord similaire a été entériné début mai. Au Printemps, voisin des Galeries Lafayette, aucune négociation n'a pour l'heure été engagée.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 10:41 :
" la représentativité du SCID, contestée par la direction de l'enseigne depuis qu'il s'est désaffilié de la CFDT".

Pas trop entendu Berger sur ce sujet.
a écrit le 30/05/2016 à 9:42 :
Il aurait simplement fallu interdire le double travail dimanche et semaine pour un même salarié avec une même entreprise. Après, n'importe quelle entreprise aurait pu ouvrir n'importe où le dimanche en recrutant des nouveaux salariés sur un contrat spécifique. Après on aurait pu autoriser un salarié à avoir deux employeurs différents (un pour la semaine et un autre pour le dimanche).
Réponse de le 30/05/2016 à 20:56 :
on peut avoir plusieurs employeurs mais on n'a pas le droit de faire plus de 43 h par semaine et cela pour une durée limitée ! je ne me souviens plus de la limite de durée
a écrit le 28/05/2016 à 11:59 :
Que pour des cas similaires, je souhaités que la loi du travail passe
Comme cela on pourrait faire un référendum des salariés pour savoir ce qu'ils souhaitent !
a écrit le 28/05/2016 à 10:40 :
Tant qu'une minorité aura le pouvoir de nuisance pour bloquer tout un pays, on n'avancera pas. Alors la question du bac 2017; les minorités sont-elles un moyen d’asservir l'homme où de le servir ?
Réponse de le 30/05/2016 à 9:45 :
Contrairement à ce qu'on raconte ici ou là, une minorité ne peut pas bloquer en général...ou alors ce sont des salariés très importants dans les processus, qu'il faudrait payer très cher ;o)
Réponse de le 30/05/2016 à 10:37 :
@2027lafin

"Tant qu'une minorité aura le pouvoir de nuisance pour bloquer tout un pays"

Si je relis cet article ,qui est minoritaire ?

- La CFE-CGC et la CFTC représentent quant à elles 37% des suffrages exprimés aux élections professionnelles

- Les trois syndicats, qui représentent plus de 50% du personnel, ont ainsi invalidé de fait l'accord.
a écrit le 27/05/2016 à 21:33 :
Complètement archaïques nos syndicalistes, c'est dommage pour les employés des galeries qui veulent gagner plus et avoir de la flexibilité dans leur travail.
Réponse de le 30/05/2016 à 10:38 :
Et toi, c'est pour tes courses ?
a écrit le 27/05/2016 à 17:12 :
La loi Macron sur le travail du dimanche
n'est quasiment pas appliquée. Il en sera de même de la loi travail; Alors est ce nécessaire de tout casser et tout bloquer pour ça?
Réponse de le 27/05/2016 à 18:20 :
La meilleure façon de lutter contre le travail du dimanche, ne pas participer.
Ne pas aller dans les supermarchés ou ces boutiques de "luxe" le dimanche et les jours fériés (je pense surtout aux 8 mai, 14 juillet, 11 novembre, ainsi que 1er janvier, 1er mai et 25 décembre, je ne dis pas que les autres dates sont moins importantes).

Mais bon, concernant les galeries Lafayette, les clients ne sont surement pas ceux qui ont le plus de chance d'être touché par ça. Et je suis sûr que beaucoup s'y opposeraient...
Réponse de le 28/05/2016 à 3:16 :
Si elle ne sera pas appliquer autant la retirer, ça sera plus simple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :