Les professionnels du tourisme se félicitent du nouveau calendrier scolaire

 |   |  329  mots
Effet de calendrier scolaire, les stations de ski affichaient en mars un taux d'occupation pour le printemps majoritairement inférieurs à 20 % et en net recul par rapport à l'an passé.
Effet de calendrier scolaire, les stations de ski affichaient en mars un taux d'occupation pour le printemps majoritairement inférieurs à 20 % et en net recul par rapport à l'an passé. (Crédits : Wikimedia Commons)
Le nouveau calendrier scolaire permet de réduire la période entre la relâche scolaire d'hiver et celle de printemps. Durant cette inter-vacances, la fréquentation pouvait baisser de 70%.

Les professionnels du tourisme, tels que les hôteliers, agents de voyage, opérateurs de loisirs, se sont réjouis jeudi 2 avril que leurs demandes aient été prises en compte dans le nouveau calendrier scolaire. Sur son site internet, le principal syndicat hôtelier, l'Umih (Union des métiers de l'industrie hôtelière) met en avant notamment "l'avancement des vacances de printemps d'une semaine, permettant le maintien d'une forte activité dans les stations de montagne", et donc de l'emploi.

"Telles qu'elles étaient initialement prévues, les vacances de printemps menaçaient 35.000 emplois", dit l'organisation patronale.

Dans un communiqué séparé, le président délégué du Groupement national des indépendants (GNI), qui fédère de nombreux hôteliers de sports d'hiver, affirme que "c'est la première fois que le ministère de l'Éducation nationale prend en considération les enjeux touristiques dans ses décisions". Toujours à propos des vacances de printemps, l'association des maires des stations de montagnes (ANMSM), "salue le compromis équilibré".

Réduction de la période creuse

Le nouveau calendrier scolaire permet de réduire la période entre la relâche scolaire d'hiver et celle de printemps. Durant cette inter-vacances, la fréquentation pouvait baisser de 70%, note l'ANMSM qui craignait à terme une fermeture anticipée des domaines skiables fin mars.

Les professionnels notent avec satisfaction que le calendrier prévoit "des semaines de vacances pleines" et non avec des départs en milieu de semaine comme cela a été envisagé, le "pont de l'Ascension pour tous" et "une amplitude de vacances (8 semaines, ndlr) maintenue".

Effet de calendrier scolaire, les stations de ski affichaient en mars un taux d'occupation pour le printemps majoritairement inférieurs à 20 % et en net recul par rapport à l'an passé. Et pour cause, un certain nombre de domaines skiables auront en effet d'ores et déjà fermé leurs portes à cette période.

_______

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2015 à 10:05 :
Il valait mieux titrer: les professionnels de la montagne, car je suis moins sûr du contentement des professionnels du littoral! Et merci pour les élèves qui ont droit à un 3ème trimestre à rallonge. Il eut mieux valu ajouter une semaine de vacances en janvier aux vacances de Noël, après un 1er trimestre dense, que décaler les vacances de février/pâques qui étirent exagérément le 3ème trimestre, et réduire d'autant les vacances d'été excessivement longues. En outre le "pont" officiel de l'Ascension constitue des journées de vacances supplémentaires (il est bien connu que les vacances scolaires françaises sont insuffisantes!) ou bien il y a-t-il compensation par ailleurs?
a écrit le 03/04/2015 à 9:09 :
La réforme territoriale oblige au redécoupage des zones académiques. Les GECT –Groupement Européen de Coopération Territoriale (et transfrontalière)- créés, l’UE continue ses étapes de démantèlement de la nation française et du gaullisme comme le développe François Asselineau dans « Les euro-régions : Allons-nous laisser démanteler la France ? ». La suite consiste aux rapprochements transfrontaliers pour gommer les frontières de notre Etat-Nation, et aux intercommunalités pour en finir avec les communes et donc nos maires. La seule solution explicitée par l’UPR est la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN par l’article 50 du TUE !
a écrit le 03/04/2015 à 6:47 :
Voilà un ministère qui tient bien sa place, quelques chiffres pour donner la vision de la pieuvre, premier employeur avec plus d’un million de salariés premier budget national 144 milliards répartis entre l’Etat, les collectivités, les entreprises… soit 6,8 pour cent du PIB un état dans l’Etat intouchable et de plus en plus dispendieux pour un résultat qui n’est pas ni à la hauteur des enjeux ni à la hauteur de ses dépenses. Un ministère qui compte lui aussi un triste record la valse des ministres mais également la valse des réformes dont une grande partie de ces dernières n’a pas tenu compte de l’EDUCATION des élèves dans sa diversité de formation. Une sangsue pour changer de notre mammouth aux mains de quelques syndiqués minoritaires dont certains n’ont plus vu un élève depuis des décennies et comme à l’EDF, SNCF beaucoup de détachés bien portant qui ont une rente de posture à défaut de créativité. Syndicats ouverts!!! dans une forme de fermeture à toute forme réelle de rénovation de la formation. Notre ministre en manque d’idées cela vaut peut-être mieux car on connait les idées de nos politiques avec tous les satellites parasites de l’EN pour enfermer de plus en plus la formation dans un carcan, est devenue le globe-trotter du tourisme. Prochaine réforme un ministère l’EN avec son secrétaire d’état au tourisme et en prime des enfants devenus des pions au gré de tel ou tel lobbies.
a écrit le 02/04/2015 à 21:01 :
12 semaines imposées à des enfants de 2 ou 3 ans entre pâques et l'été!

L'éducation nationale a ses priorités.

De toute façon, le gouvernement va tomber à cause de sa réforme du collège, la fin d'année scolaire va être chaude!
Réponse de le 03/04/2015 à 11:44 :
On favorise le tourisme au détriment de la sante des jeunes écoliers ; vous trouvez ça normal ? en ce qui me concerne non ; encore une erreur du gouvernement .
a écrit le 02/04/2015 à 18:56 :
Ça fera moins de bousculades mais pas plus de clients, très cher, le ski et autres activités connexes. Moins de bouchons, ça sera déjà bien pour le confort des vacanciers, sachant que c'est dommage que les gens ne viennent pas en train, trop cher pour une famille entière, le TGV, c'est moderne & rapide mais hors de prix, dommage. Localement, les cars sont équipés "neige", pas besoin d'acheter de chaines et/ou pneus hiver.
a écrit le 02/04/2015 à 18:42 :
Super il y a au moins des contents ... les professionnels du tourisme !

Ravi pour eux ... mais les enfants c'est bien aussi pour eux ?

Peut etre enfin une bonne mesure de NVB / bravo : c'est pas pour cela que je voterai pour eux car c'est la bérezina ailleurs !
a écrit le 02/04/2015 à 18:26 :
100% de bacheliers skieurs schuss vers le chômage !
Réponse de le 03/04/2015 à 11:45 :
et oui, seuls ceux qui ne savent pas skier trouvent du boulot, faut pas passer son temps sur les skis mais à étudier !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :