American Airlines se juge le mieux placé pour convoler avec JAL

 |   |  320  mots
Le PDG d'American Airlines a rencontré ce mercredi le ministre japonais des transports. Il se dit prêt à injecter davantage que les 1,1 milliards de dollars promis pour sauver la compagnie nippone sous perfusion étatique. Il ne croit pas aux chances de Delta Airlines qui propose un rapprochement étroit avec JAL générant, selon lui, des problèmes de concurrence.

American Airlines compte bien s?imposer comme le sauveur de Japan Airlines. Le PDG de la compagnie aérienne américaine a redit ce mercredi à Tokyo qu?aucune des autres propositions de soutien à la JAL ne présentait autant de garanties que la sienne. " Nous avons fait la meilleure proposition financière et l'offre la moins risquée sur le plan concurrentiel. Nous avons eu une réunion très constructive avec le ministre des Transports japonais (Seiji Maehara, ndr) et nous avons pu lui expliquer pourquoi nous étions le meilleur partenaire pour JAL. " a précisé Gerard J. Arpey.
 

Avec Oneworld, l?alliance aérienne à laquelle elle appartient et le fonds d'investissement américain TPG, American Airlines est prêts à investir 1,1 milliard de dollars dans la compagnie nippone qui ne continue à faire voler ses avions que grâce à une perfusion étatique. "En fonction des conditions dans lesquelles se déroule le redressement de JAL, nous pourrions offrir un apport financier plus important" a assuré le PDG de la compagnie aérienne.

La compagnie aérienne nippone va devoir supprimer de nombreuses lignes tout en réduisant à nouveau ses effectifs. Elle a besoin d'un, voire de plusieurs partenaires étrangers, afin d?étoffer sa future desserte à l?international notamment aux Etats-Unis. Un accord de libéralisation des lignes ("ciel ouvert") a en effet été conclu en fin de semaine dernière entre les Etats-Unis et le Japon.

Le PDG d'American Airlines n?en doute pas : "Notre proposition est celle qui est la plus faisable et a le plus de chance de réussir." American Airlines ne croit apparemment pas à une victoire, sur ce dossier, de son concurrent, Delta Air Lines qui vise un rapprochement étroit avec JAL sur les lignes entre le Japon et les Etats-Unis. Argument invoqué par ses dirigeants : les autorités de la concurrence ne peuvent accepter un accord qui offrirait à Delta une part de marché excédant 60%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :