ADP a bien résisté à la fureur du volcan islandais

 |   |  233  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le gestionnaires des aéroports parisiens a légèrement relevé ses perspectives annuels d''excédent d'exploitation.

Pour le premier semestre 2010, le résultat net part du groupe d'Aéroports de Paris (ADP) est en hausse de 8,2% à 137,7 millions d'euros. Un résultat positif, malgré la baisse du trafic liée au nuage de cendres du volcan islandais Eyjafjöll. Mais ce repli a été compensé par l'augmentation du chiffre d'affaires par passager, grâce à une progression des dépenses dans les boutiques du groupe.

"Ces résultats sont le fruit des efforts entrepris depuis plusieurs années pour améliorer la contribution des activités des commerces, de l'immobilier et des filiales à la croissance du groupe ", a fait valoir Pierre Graff, le PDG d'Aéroports de Paris dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires a progressé de 2,5% sur la période, à 1.3 milliards d'euros, malgré une perte estimée à 23 millions d'euros liée à l'éruption du volcan islandais. Outre, les bonnes performances des commerces et des services, l'augmentation des taxes d'aéroport, effective depuis le 1er avril 2009, a contribué à cette évolution positive.

Dans ces conditions, et en s'appuyant sur une hypothèse de trafic du même ordre de grandeur en 2010 qu'en 2009, le groupe envisage un chiffre d'affaires en légère croissance par rapport à 2009. Surtout, ADP revoit à la hausse son objectif annuel pour l'excédent d'exploitation (Ebitda), anticipé désormais en légère croissance par rapport à 2009. Le groupe ne tablait jusqu'à présent que sur une stagnation de ce dernier.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :