Lufthansa anticipe une baisse de son résultat opérationnel

 |   |  357  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé ce jeudi qu'elle tablait sur un bénéfice opérationnel "d'environ 500 millions d'euros" en 2012, contre 820 millions l'an dernier.

La première compagnie aérienne européenne, l'allemande Lufthansa, a dit ce jeudi attendre, pour l'exercice 2012, un bénéfice opérationnel "d'environ 500 millions d'euros", contre 820 millions d'euros l'an dernier, précisant que le montant exact dépendra du prix du carburant.

A propos du résultat net, le groupe indique dans son rapport d'activité 2011 qu'il table sur "un meilleur résultat net part du groupe" en 2012, ce qui laisse espérer un bénéfice. La société avait subi l'an dernier une petite perte nette de 13 millions d'euros, imputable en particulier à une charge de 285 millions liée à son ex-filiale British Midlands.

L'écart se creuse avec Air France-KLM

Pour rappel, Air France-KLM, deuxième compagnie aérienne européenne en termes de chiffre d'affaires, avait déjà annoncé qu'elle s'attendait à une baisse de son résultat d'exploitation au premier semestre 2011 sous le coup de la hausse du coût du kérosène. Pour 2012, les analystes interrogés par Inquiry Financial Europe anticipent une perte opérationnelle creusée à 458 millions, avant un retour dans le vert en 2013.

Lufthansa Group, qui englobe les compagnies Lufthansa mais aussi Swiss et Austrian Airlines, prévoit en outre une augmentation de 2% en termes de siège-kilomètre offert. La filiale de fret Lufthansa Cargo va elle maintenir ses capacités à leur niveau de 2011.

Lufthansa avait publié ses résultats le 7 mars, mais sans donner de prévisions. Ils ont surtout souffert des pertes de sa filiale britannique, cédée fin décembre à IAG, groupe qui chapeaute British Airways et Iberia.

"Nous sommes décidés à nous maintenir dans le groupe mondial de tête à l'avenir. Nous pouvons y arriver en ne comptant que sur nos propres forces", a commenté le patron Christoph Franz, cité dans un communiqué.

"Il faudra affronter de grands défis. L'évolution du prix du pétrole joue un rôle important pour les coûts du groupe. Mais il existe aussi des défis d'ordre interne, par exemple la négociation salariale à venir", qui comporte des "risques d'escalade" en cas de conflit prolongé avec les syndicats, écrit Lufthansa dans son rapport d'activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :