Baisse de salaires, 6.000 suppressions de postes : le remède de cheval de SAS pour survivre

 |   |  273  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le plan de restructuration de la compagnie aérienne SAS a été approuvé par les huit syndicats du groupe. Comme Air France, la compagnie sera déficitaire pour la cinquième année consécutive. Le plan sera mis en oeuvre, avec de nouvelles conditions salariales, des cessions et externalisations et des suppressions d'emplois.

Après avoir annoncé le 12 novembre un plan de restructuration prévoyant de faire fondre les effectifs de 15.000 personnes à 9.000, la compagnie aérienne scandinave SAS va baisser les salaires de son personnel, jusqu'à 15% pour certains. Son conseil d'administration a considéré ce lundi que les conditions étaient réunies pour mettre en route son vaste plan de restructuration, qui a été approuvé par les huit syndicats du groupe. Ne reste en fait que le syndicat des pilotes danois qui doit encore obtenir l'approbation d'un tiers de ses membres. Mais ensuite, le plan serait mis en oeuvre, avec de nouvelles conditions salariales, des cessions pour 3 milliards de couronnes (près de 350 millions d'euros) et externalisations et des suppressions d'emplois.

Cinq année de pertes comme Air France
Propriété de la Suède, de la Norvège et du Danemark, qui détiennent 50% de son capital, SAS risque d'aligner en 2012 une cinquième année consécutive de pertes. Comme Air France d'ailleurs. Au troisième trimestre, traditionnellement bénéficiaire avec le pic du tourisme, son bénéfice net a été doublé sur un an, à 434 millions de couronnes. Mais sur les neuf premiers mois de l'année, le bénéfice n'a été que de 25 millions de couronnes, contre 392 millions sur la même période de 2011.
Le transporteur a indiqué que cet accord avec les syndicats lui permettait d'obtenir la promesse de la prolongation et de l'extension d'une ligne de crédit renouvelable. Celle-ci sera de 3,5 milliards de couronnes suédoises (406 millions d'euros) jusque fin mars 2015.

En Bourse, le titre de SAS a bondi en séance de près de 30%.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2012 à 8:02 :
Quelle bonne solution pour retrouver de la compétitivité. On vire, on externalise un Max, et on baisse les salaires de ceux qui restent. C'est une recette qui s'applique à toutes les entreprises. Fastoche, non ?
a écrit le 20/11/2012 à 6:06 :
une bonne leçon de civisme pour les syndicats et travailleurs français !
a écrit le 19/11/2012 à 21:02 :
erreur au 1er paragraphe : "3 milliard de couronnes suedoises" je suppose plutôt.
a écrit le 19/11/2012 à 20:27 :
Je ne vous le dirais pas. Bonne ou pas bonne, that is the question? Bref, pas vraiment de rapport avec le sujet originale, mais ca n'est pas grave, je sais m'adapter au niveau de son interlocuteur;)
a écrit le 19/11/2012 à 19:16 :
A quand le même remède x 100 dans la fonction publique ?
Réponse de le 19/11/2012 à 19:37 :
On voit que lobbying a de l'effet sur vous! Le lobbyiste a pour job de faire croire que les mensonges ne sont que pures vérités. Exemple parmis tant d'autre: Les fabricants de cigarettes ont dit pendant des années que la cigarette n'était pas dangeureuse, aujourd'hui, c'est au tour des OGM... . Seuls les imbéciles heureux se font avoir. Mais il est certain qu'en montant les populations sur les autres, on va s'en sortir. Continuons dans cette voie, parait-il que c'est la bonne. Il suffit de voir le résultat ailleur... Et ailleur ca va beaucoup mieux n'est-ce pas ?
Réponse de le 19/11/2012 à 19:47 :
je ne sais pas ce que vous fumez mais elle a l'air d'être bonne ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :