La grève est respectée à la SNCM, les bateaux restent à quai

 |   |  633  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'appel à la grève de 24 heures lancé par l'intersyndicale dans les principaux ports corses ainsi qu'à Marseille, Nice et Toulon est respecté à la SNCM. Tous les bateaux de la compagnie maritime sont restés à quai ce mardi après la décision de la direction d'affréter un ferry battant pavillon grec en remplacement d'un de ses navires.

L?appel à la grève de 24 heures lancé par l?intersyndicale dans les principaux ports corses ainsi qu'à Marseille, Nice et Toulon est respecté à la SNCM. Tous les bateaux de la compagnie maritime sont restés à quai ce mardi après la décision de la direction d?affréter un ferry battant pavillon grec en remplacement d'un de ses navires. Nous sommes entre 80 et 100% de grévistes, a affirmé le délégué CGT (majoritaire) Frédéric Alpozzo. Selon la direction, 72,5% des salariés marins et 14% des sédentaires étaient grévistes, soit 42% du personnel. "Tous nos clients ont été positionnés sur d'autres compagnies. Personne n'est bloqué ou en attente sur les quais. Les bateaux sont vides", a précisé un porte-parole de la SNCM.

Cuvillier rencontre l'actionnaire
Les syndicats contestent le choix de la direction d'affréter le ferry "El-Vénizélos", de l'armateur grec Anek Lines, qui doit desservir la Tunisie et la Corse à partir du printemps en remplacement de "L'Ile de Beauté". Ils préfèreraient que "L'Ile de Beauté" soit remplacé par le navire "Excelsior", un navire de la compagnie italienne Grandi Navi Veloci affrété par la SNCM pour remplacer le « Napoléon Bonaparte », lequel est rentré en cale sèche en janvier après avoir été endommagé lors d'un violent coup de vent dans le port de Marseille fin octobre. "L'Excelsior" a été inscrit au pavillon français 1er registre, ce qui lui garantit un équipage 100% français, au contraire de "El-Vénizélos" qui conserverait son équipage de conduite grec - la SNCM fournissant le personnel d'hôtellerie - ce que refusent les syndicats. Ces derniers ont reçu un soutien de poids dimanche soir, qui a jugé « inacceptable que des navires affrétés durablement par la compagnie ne soient pas enregistrés sous pavillon français ». Le ministre a demandé à la direction d'inscrire à l'ordre du jour du Conseil de surveillance de ce mardi le cas des deux navires. Frédéric Cuvillier doit également rencontrer mardi Antoine Frérot, le PDG de Veolia Environnement, actionnaire majoritaire de la SNCM.

DSP en vue pour la SNCM
La SNCM est en passe de remporter, en partenariat avec la CMN, la nouvelle délégation de service public pour la desserte de la Corse pour la période 2014-2023-, mais d'autres incertitudes (comme le possible remboursement de 200 millions d'aides d'Etat attaquées devant la justice européenne par son concurrent Corsica Ferries et le renouvellement de son actionnariat) pèsent sur son avenir et inquiètent syndicats et élus de la région. A tel point que le président du conseil exécutif de Corse, Paul Giaccobi, le président de la région PACA, Michel Vauzelle, ou encore le président de la communauté urbaine de Marseille, Eugène Caselli, ont récemment sorti leur plume pour interpeller l'Elysée et Matignon, pour leur faire part de cette "situation préoccupante". Notamment celle du flottement au niveau de l'actionnaire. Car Veolia Environnement a annoncé la reprise en direct des 66% de la SNCM actuellement détenus par Veolia Transdev, une filiale codétenue avec la Caisse des dépôts (CDC). En contrepartie, Veolia se désengage partiellement de Veolia Transdev au profit de la CDC. La SNCM deviendrait donc l'unique filiale transport d'un Veolia Environnement complètement recentré sur les métiers de l'eau. Le directeur financier de Veolia, Pierre-François Riolacci, a ainsi affirmé que le groupe avait passé une trentaine de millions d'euros de provisions pour le risque lié à la SNCM. Tous les syndicats sont vent debout. Ils estiment que l'actionnaire ne rate jamais une occasion de dénigrer la SNCM en public, en valorisant par exemple à "un euro symbolique" la société, et n'a aucun projet pour elle.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2013 à 8:15 :
heureusement, il y a "corsica ferries ". La SNCM, cette compagnie pourrie par la CGT ...........
Réponse de le 03/04/2013 à 10:31 :
c'est vrai vaut mieux naviguer chez les italiens . on paye moins cher et en plus on mets les marins francais aux chomage. parce qu'il faut pas oublier compagnie etrangere siege social en italie pas de taxe professionnelle. contrat des marins contrats etrangers . pas de taxe non plus. marins passent 3 mois a bord pour un mois de conges. alors c'est vrai la corse a petit prix mais arreter de pleurer quand le chomage depasse les 3 millions . et je ne suis pas a la cgt mais avant de parler je me renseigne. et sache que la cgt n'est pas majoritaire a la sncm
Réponse de le 03/04/2013 à 14:40 :
n inversez pas cause et consequence: Fret SNCF, Fret Maritime, Croisiere... Si les Francais particulier et entreprises vont voir ailleurs c est parce que ces gens la sont perpetuellement en greve....
a écrit le 03/04/2013 à 2:32 :
Annonce:
SNCM vend bateaux d'occasion en très bon état car très peu servi pour cause de grève perpétuelle. Pour ce qui concerne le personnel de bord, prendre contact avec la CGT afin d'organiser une formation car très peu d'entre eux n'ont passé assez de temps à bord pour connaitre leur navire.
a écrit le 03/04/2013 à 2:19 :
La SNCM en grève, ce n'est plus une information c'est un pléonasme. Le vrai scoop sera lorsqu'un journal titrera: "La SNCM n'est plus en grève!"
a écrit le 02/04/2013 à 23:29 :
Il faudrait fermer cette boite qui nous emm... depuis 30 ans.
a écrit le 02/04/2013 à 18:33 :
Je suis partisan de remplacer le ferry par des canots mus par une rame ou une voile:cette
idée est gratuite et écologiquement équitable!
a écrit le 02/04/2013 à 17:49 :
ENCORE??? Sont fous ces mecs! faut pas s'étonner qu'ils finissent par mettre la "clé sous la porte " !
a écrit le 02/04/2013 à 17:34 :
ça faisait longtemps que la CGT n'avait pas coulé d'entreprise (au sens figuré).
Réponse de le 03/04/2013 à 2:37 :
A Marseille ils ont déjà réussi a couler un bateau à quai. Mais même là, comme les dragueuses étaient en grève depuis des années, il n'y avait pas assez de pronfondeur pour réussir un naufrage!
a écrit le 02/04/2013 à 17:18 :
quand va t on enfin liquider cette pompe àfric ne nos impots
a écrit le 02/04/2013 à 17:14 :
Cette entreprise est une véritable caricature, incapable de se gérer, délaissée par les clients écœurés par les mouvements de grèves perpétuels, écrasée par les prestations concurrentes qui offrent des services de qualité et une régularité avérée. Les syndicats ont détruit cette entreprise qui de toute façon faute de subventions publiques est à terme, et c'est bien triste, vouée à disparaître...
a écrit le 02/04/2013 à 17:11 :
De toutes façons les vacanciers avertis partent de Ligurie (Corsica Ferries) !
a écrit le 02/04/2013 à 16:49 :
Et c'est reparti, Hollande va bientôt les recevoir
a écrit le 02/04/2013 à 16:38 :
on se demandait bien ce que la CGT faisait, enfin une grève, une des nombreuses qu?elle va nous offrir.
Réponse de le 02/04/2013 à 17:23 :
Je les laisserais bien crever.
a écrit le 02/04/2013 à 15:56 :
Ex-monopole ex-entreprise publiques la SNCM est la photo de ce qui attend la SNCF/RATP 2014 ou peut-être 2019 avec la complicité notre gouvernement composé de fonctionnaire. Son incapacité de faire face à la concurrence car gérée par des petits camarades de la fonction publique. Mais la disparition à tout jamais de celles-ci sera un grand bien pour les usagers, leur porte-monnaie et la dette de l'état !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :