SNCF : l'étrange réflexion pour baisser les coûts du TGV

 |   |  489  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
RFF, le gestionnaire du réseau ferroviaire français, étudie une modification du calcul des péages facturés à la SNCF pour le passage des TGV en se basant sur le nombre de passagers à bord ou sur la recette commerciale. Aujourd'hui, les péages sont les mêmes que les trains soient vides ou complets.

Pour relancer le TGV, Réseau Ferré de France (RFF), le gestionnaire du réseau ferroviaire français, travaille - comme lui a demandé le gouvernement - sur une modification de la tarification de ses péages acquittés par la SNCF pour faire circuler ses TGV, dont la rentabilité s?est fortement érodée depuis plusieurs années en raison d?une forte hausse des péages. Ils ont augmenté de 7,5% par an au cours des cinq dernières années. Destinés à financer les dépenses d?entretien, de renouvellement, de gestion et de renouvellement du réseau), ces péages sont calculés sur la base du passage des trains par kilomètre.

Augmentation du nombre de TGV en circulation

Les prix diffèrent selon l?heure de passage, le type de trains, de lignes?. RFF étudie selon les Echos un mode de calcul tenant compte du nombre de passagers dans les trains, ou de la recette commerciale (un pourcentage serait ainsi prélevé). Ce système aurait plusieurs mérites selon un expert cité par les Echos. Il permettrait notamment d?augmenter le nombre de trains en circulation. Car, la tarification actuelle, qui ne bouge pas que le train soit rempli ou vide, dissuade selon lui la SNCF de faire circuler plus de trains.

Plus de trains, plus de coûts
Pour autant, dans l'hypothèse d'une augmentation du nombre de TGV, la baisse de péages devra être suffisamment importante pour compenser la baisse de recette unitaire qu?engendrera automatiquement cette augmentation de l?offre. En outre, plus de trains en circulation entraîne une hausse des coûts de l?infrastructure, laquelle dépend du nombre de train. «Ce n?est pas gratuit de faire passer plus de trains. Le taux d?usure de l?infrastructure n?est pas le même. Son coût augmenterait », explique un expert à La Tribune.

>> Lire aussi : Fin du tout TGV, la France revient à la raison

Redevances pour services rendus

Surtout, il semble étonnant de lier le nombre de passagers ou la recette commerciale au montant des redevances. Sans même parler de la complexité pour RFF d?avoir une idée précise du nombre de voyageurs par train, il apparaît peu compréhensible que le prix du service rendu par RFF pour faire circuler un train dépende du nombre de passagers à bord ou de la recette commerciale. Ce sont deux choses différentes qui n?ont rien à voir. Dans le transport aérien par exemple, les redevances sont régies selon le principe du « prix pour le service rendu ». Les compagnies aériennes payent des redevances d?atterrissage pour l?utilisation des pistes (le service rendu à l?avion) et les passagers payent une redevance pour l?utilisation des aérogares (le service rendu aux voyageurs). Pour rappel la SNCF a conservé la gestion des gares avec sa branche Gares et Connexions.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2013 à 18:11 :
Comment fera Rff pour taxer la DB lorsqu'elle roulera sur le réseau français ? La réservation n'est pas obligatoire sur les ICE = comment connaître le taux de remplissage ?
a écrit le 07/08/2013 à 23:17 :
On a créé RFF pour augmenter les coûts. L'Etat-actionnaire a toujours voulu plus de dividendes (pardon, de participation sur les bénéfices).
Et voilà maintenant le résultat avec, au surplus, un délire de gestion. Le billet de chemin de fer français est parmi les plus chers du monde... Tant va la cruche à l'eau qu'elle casse !
Réponse de le 08/08/2013 à 18:52 :
Autant je vous rejoint sur le côté absurde du système rff+sncf qui va bientôt être transformé en bête à 3 têtes, autant pas mal d'études montrent que l'on a le train le moins cher d'Europe. En revanche, contrairement aux allemands, on fait du Yield management, donc les prix flambent à l'approche du départ, le prix moyen reste bas
a écrit le 07/08/2013 à 20:59 :
air france va copier dans la foulée, il va faire voler deux fois plus d'avions vides pour baisser les coûts, c'est évident, la sncf va le faire !! mlais ils ont aussi fait l'ena à la sncf ????
Réponse de le 08/08/2013 à 15:55 :
Commentaire aux ras des paquerettes ! Vous ne pouvez pas imaginer que proposer plus de possibilités d'horaires, ca peut attirer de nouveaux clients... Mais qu'il y a un optimum à trouver tenant compte de taux de remplissage qui peuvent se réduire, mais d'un nombre de clients total qui augmente alors que certaines charges d'exploitation sont inchangées (toi comprendre ça ?). Effectivement cette recherche d'optimum économique demande des gens un minimum formés... Ce n'est pas à l'échelle de l'entreprise individuelle., ou du budget des ménages...
a écrit le 07/08/2013 à 20:57 :
un artifice de plus du système de régulation qui sévit dans divers domaines, même absence de logique dans les télécom (le prix du tuyau sous terrain dépend si c'est de la fibre ou du cuivre qui l'ocupe !!!). donc je fais construire une maison, combien ça coûte ? ha ben ça dépend du nombre d'occupants !!! donc on va s'engager sur le nombre d'enfants à venir ? le coût de revient des rails ne dépend pas du nombre de passagers tout comme hollande prend le train pour nous faire croire qu'il coûte moins cher (avec des bataillons de policiers sur tous les ponts pour assurer la sécurité), c'est un coût analytique issu des coûts internes. total délire par cette manipulation de gestion pour démontrer l'indémontrable !!
a écrit le 07/08/2013 à 15:26 :
Faire payer au nombre de passagers, voilà une piste qui va donner des idées aux gestionnaires d'autoroutes!
a écrit le 07/08/2013 à 12:27 :
Le meilleur ratio serait un tarif au kilomètre et a l'essieu. Valable pour les trains de passagers ou de marchandise.
a écrit le 06/08/2013 à 22:38 :
Nos commentateurs et peut etre aussi RFF ont ils oublié qu'il y a une loi d'ouverture à la concurrence de tout le réseau Européen (même si les Allemands de la DB et les Français de la SNCF font semblant de l'ignorer )
On voit donc mal comment un gestionnaire de réseau d'un pays pourrait inventer un système tarification de son propre chef sans avoir à se justifier auprès de l'autorité Européenne .
Tout cela est donc de la frime pour foutre la"zone" et retarder l'échéance .
En plus quelle idée de vouloir favoriser la circulation de trains vides en leur faisant des rabais ?! On marche sur la tête!!! On ne nous parle pas non plus du traffic de marchandises et du frêt??!
a écrit le 06/08/2013 à 19:32 :
Il faut privatiser rff et la sncf et les impots, et la police, et la justice aussi et les députés mettre en concurrences les bons chomeurs et les entrepreneurs on pourrait aussi aller du coté des religions et les mettre en concurrence et la moins disante pécuniaire deviendrait religion d état, en écrivant tout cela je me dis que la connerie mise en concurrence pourrait nous valoir de bons moments ........S.V.P. oubliaient c eté un instant de respiration .
a écrit le 06/08/2013 à 19:17 :
Il est évident que le principe de l'utilisateur payeur doit primer dans les domaines du rail , de l'aérien mais également de la ROUTE ! Quant aux modes de calcul pour déterminer le meilleur ratio,il semblerait que la perception individuelle soit privilégiée ce qui signifie que se déplacer va coûter de plus en plus cher et que la mobilité à outrance permise ces dernières décennies grâce à une énergie accessible et à une infrastructure supportée par la collectivité aura vécu.Concernant le rail ,les investissements de régénération sont colossaux,les coûts de construction des lignes à grande vitesse sont pharaoniques.Quant aux commentaires habituels ("claude le peintre" et compagnie) un rappel : régénération réseau et constructions de LGV sont assurées par les grands du BTP et non par les cheminots...
a écrit le 06/08/2013 à 18:37 :
cela fait 20 ans que je rejette la CGT ,pas de train ,pas d'ennui!!!!
a écrit le 06/08/2013 à 18:14 :
RFF est concerné (en tant que gestionnaire des infrastructures) par le poids des convois.
Une rame de TGV, vide ou pleine, provoque la même usure des rails et de la voie.
a écrit le 06/08/2013 à 16:07 :
Si on ouvrait enfin a la concurrence, comme le prevoit les directives gouv et europeenne, eh bien qui dit nouveau entrant dirait meilleurs services, et nouveau revenu pour RFF.....
Réponse de le 08/08/2013 à 13:17 :
Vu le décalage avec la réalité actuelle, je pense même que c'était dans un Bloch 220 ou un Douglas DC-4... ;-)
Réponse de le 01/10/2013 à 15:26 :
@ @Tous, non cher ami ne confondez pas cause et consequence: Si le Fret n a pas decolé a la SNF, tout comme a Air France, il est le resultat exclusif de la non continuite de service, donc des greves a repetitions... comment confier du Fret a une entreprise si les greves nuisent au transit.... On pourrait parler ferroutage, aujourd hui faire faire a un poid lourd un Strasbourg-Bordeaux est une heresie..... Nous avons le plus grand reseau ferroviere et fluvial d europe.... Par exemple le Rhin n est quasiment utilise que par le Fret Allemand.... Mais ils ne font pas greve a tous bout de champs.... Nos cher syndicaliste ont oublie que pour faire fonctionner une entreprise il faut des clients....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :