TER trop larges, quand Air France achetait des 777 trop lourds pour Orly (SNCF)

 |   |  283  mots
(Crédits : Reuters)
L'affaire des TER trop larges commandés par la SNCF rappelle celle des Boeing 777-300 ER d'Air France, commandés en 2005 pour la desserte des DOM d'Orly, alors que la piste ne pouvait pas accueillir ce type d'avions.

Les critiques pleuvent sur la SNCF et RFF pour cette commande de TER trop larges pour entrer dans 1300 gares françaises. Il y a pourtant un précédent, dans le transport aérien français, certes un peu moins rocabolesque.

C'était en 2005, quand Air France, peu après avoir annoncé la commande de sept Boeing 777-300 ER pour remplacer ses B747 sur la desserte des départements d'outre-mer au départ d'Orly à partir du printemps 2006, apprenait d'Aéroports de Paris que les pistes d'Orly n'étaient pas suffisantes résistantes pour accueillir cet appareil.

Poids par roue

Le poids par roue était tel qu'il entraînait, à usage intensif, une dégradation des pistes (notamment au décollage) et des voies de circulation. En effet les plus de 350 tonnes de l'appareil au décollage sont réparties sur deux trains principaux de six roues. Un peu comme aujourd'hui dans l'histoire des TER, le couac de l'époque résultait d'une mauvaise (voire d'une absence sur ce sujet bien précis) communication entre l'exploitant et le gestionnaire aéroportuaire.

30 millions d'euros pour rénover la piste

Car si l'examen par Air France des valeurs de résistance publiées pour la piste la plus longue de l'aéroport d'Orly (piste 4), ne laissait pas apparaître de difficultés pour l'accueil de ces avions, l'état technique réel des chaussées nécessitait en fait un renforcement de la piste.

Aéroports de Paris a engagé des travaux pour rénover la piste 4. L'investissement s'est élevé à 30 millions d'euros. En 59 jours, du 3 avril au 31 mai 2006, la piste 4 fut rénovée. Et les B777-300 ER d'Air France ont pu décoller en juin.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2014 à 9:05 :
Article un peu spécieux. Les vérifications avaient été faites et donc pas d'erreur d'AF. Seulement l'état réel des pistes ne correspondait pas aux informations fournies par ADP.
a écrit le 22/05/2014 à 8:28 :
Votre article est un peu spécieux. Si on vous suivait, on pourrait penser que toutes les compagnies qui ont acheté des À 380 sont à blâmer. En effet, avant la mise en service de cet avion, de gros travaux ont dû être effectués dans tous les aéroports concernés.
a écrit le 22/05/2014 à 8:03 :
L'adaptation des pistes d'Orly était nécessaire pour recevoir les 777, d'air France ou d'autres compagnies.
L'adaptation des quais de RFF est-elle nécessaire pour permettre la circulation des trains d'autres pays européens ?
Pour permettre la libre circulation et la concurrence.
Existe t'il des normes européennes dans ce domaine ?
a écrit le 22/05/2014 à 5:40 :
Supposons que par "patriotisme économique" ;), AF en était restée aux Airbus. Pensez-vous qu'ADP n'aurait pas été concerné par les triple 7 des autres compagnies étrangères ?
a écrit le 21/05/2014 à 22:19 :
En même temps dans le cas présent, celui d'Orly, cela a pousser l'aéroport à se moderniser pour accueillir des avions lourds (qui transporteront plus de passagers donc plus de recettes) d'Air France ou d'autres compagnies. Dans un pays où l'on gaspille des millions pour des ronds points inutiles, étonnant de voir que l'on offusque de travaux qui seront eux utiles sur le long terme.
a écrit le 21/05/2014 à 22:15 :
Je suis commercial en concession automobile, si vous saviez le nombre de gens qui achètent une voiture trop haute ou surtout trop longue pour le box de leur garage.....
a écrit le 21/05/2014 à 18:58 :
SNCF c'est possible...Sont beaucoup plus précis quand il s'agit de programmer les JOURS DE GREVE.Les responsables doivent dégager.
Réponse de le 22/05/2014 à 1:21 :
Ben...avec la charge de travail qu'ils ont.C'est dur de faire 2 choses en même temps: Programmer les grèves et vérifier les bonnes normes. Augmenter les effectifs... s'il vous plaît.
a écrit le 21/05/2014 à 18:05 :
A chaque fois qu'il y a eu arrivée de nouveaux matériels à la SNCF, il y a eu modification de certaines infrastructures et notamment des quais: Rayons de courbure trop faibles, longueurs de quais trop courtes, hauteur de quai ne correspondant pas à la spécification du matériel roulant. Car les trains évoluent: De plus en plus d'équipements à bord dévoreurs de places que l'on doit caser sous ou sur les voitures. Demandes des voyageurs d'avoir des sièges plus larges, donc plus confortables et des espaces différenciés etc.
Comme à chaque fois, le sport national, taper sur la SNCF refait surface et de la part de personnes ne connaissant rien aux contraintes et spécificités du système ferroviaire. Pour ne pas paraître à la remorque de l'opinion publique les politiques suivent comme des moutons. Encore une polémique pour rien, pour amuser le bon peuple, qui saute sur l'occasion pour se défouler.
Réponse de le 22/05/2014 à 1:47 :
Le problème n'est pas qu'un matériel modernisé puisse demander des aménagements sur les réseaux, mais qu'ils ont l'air de l'apprendre à posteriori. Donc ils ne savaient pas combien ça allait coûter + tôt. Que se serait-il passé si les rames étaient encore un peu + large et qu'il faille non pas faire des travaux sur 1000 mais 20 000 quais ? à quel coût ? et qui paiera ? Le client au final...
Réponse de le 22/05/2014 à 6:35 :
Pourquoi faite un pataquès pour 50 millions d'Euro qui ne représente même pas 1% du montant du contrat. De toute façon ce matériel est aux normes ferroviaires internationales et il aurait fallu faire ces travaux sauf à se passer de ce matériel sur certaines ligne ce qui serait dommage.
Il y a quelques années, le gabarit des conteneurs transportés par les trains suite la aussi à ne nouvelles normes internationales a changé. Il a fallu dans certains endroits refaire des km de tunnels pour qu'ils puissent être utilisés. A cette époque cela n'a pas fait autant de bruit.
a écrit le 21/05/2014 à 17:24 :
Le cas d'AF n'a strictement aucun rapport, AF ayant acquis le B777 en toute connaissance de cause et après l'assurance d'ADP de travaux de réfection des pistes. L'avion était d'ailleurs utilisable sans travaux, ce qui fut le cas pendant quelques mois. Aujourd'hui, le B777 est l'avion star d'AF, de par ses performances exceptionnelles.
Réponse de le 21/05/2014 à 21:18 :
C'est donc encore pire qu'à la SNCF ... on sait que ça ne passe pas mais on achète quand même ... Et vous avez raison, aujourd'hui les triple 7 d'AF sont connus aux yeux du monde pour leurs 10 sièges de front ...
Réponse de le 22/05/2014 à 8:46 :
Oui les 777 d'Air France sont des bétaillères même comparé aux densités de siège des compagnies européennes. A prix similaire, j'essaie de prendre autant que possible des vols sur A330/340 ou sur des compagnies où il y a plus d'espace.
a écrit le 21/05/2014 à 17:13 :
IL s'agit là d'un calage de spécifications de la piste d 'orly sur un avion courant .
a écrit le 21/05/2014 à 17:00 :
A la différence près que pour Orly ceci peut se voir comme un investissement sur du long terme (mettre à niveau ses pistes pour AF et les autres compagnies).
Pour SNCF, on est vraiment dans un problème de MOE.
Réponse de le 21/05/2014 à 17:18 :
qui vous dit que certains à la SNCF ne sont pas ... très content de cette contrainte, qui permet de remettre à niveau nombre de quai.....?

un quai de gare est aussi un investissement de long terme......
Réponse de le 21/05/2014 à 17:39 :
Orly devait mettre ses pistes à niveau s'il voulait recevoir ce type de trafic. (AF n'est pas la seule compagnie a utilisé des 777 et à se poser à Orly).
La SNCF n'etait pas obligé de refaire tous ses quais s'ils avaient fait les bonnes mesueres.

C'est plus clair comme ça ?
Réponse de le 22/05/2014 à 7:29 :
Dans la mesure ou c'est connu depuis 3 ans je ne pense pas.

Tout le monde devait implicitement savoir qu'il y aurait des travaux d'aménagements...

A priori le problème se pose surtout dans certaines régions au réseau vétuste.

Par ailleurs 50M d'euros ok mais c'est une paille dans le coût annuel de la SNCF

LA catastrophe de Brétigny du là à une vraie faute de défaut d'entretien va couter 10 à 100 fois plus à la SNCF.

Cette histoire c'est un non débat, une chasse aux sorcières stupides et inutiles.

De ce qui est dit c'est une erreur de cotes dans le cahier des charges qui a été découverte, cela veut bien dire que c'est sous contrôle.

En attendant des rames modernes arrivent et ce n'est pas du luxe.

Dans certaines régions où le réseau est moderne elles arriveront plus vite qu'ailleurs c'est tout.

on parle de 50 millions pas de quoi fouettez une vache dans un budget de plusieurs milliards.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :