Se faire indemniser pour venir au travail à vélo

 |   |  573  mots
Annoncé le 5 mars lors de la présentation du Plan d'actions pour le développement des modes actifs, ce projet va être expérimenté pendant 6 mois, à partir d'aujourd’hui, par une vingtaine d'entreprises. (Photo : Reuters)
Annoncé le 5 mars lors de la présentation du Plan d'actions pour le développement des modes actifs, ce projet va être expérimenté pendant 6 mois, à partir d'aujourd’hui, par une vingtaine d'entreprises. (Photo : Reuters)
Le secrétaire d'État en charge des Transports Frédéric Cuvillier lance ce lundi une expérimentation d'indemnité kilométrique pour les trajets en vélo vers son lieu de travail. Une vingtaine d'entreprises se sont portées volontaires pour 6 mois.

Venir au travail à vélo sera-t-il aussi courant que de prendre sa voiture ou le bus? Le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie souhaite en tout cas donner un coup de guidon en ce sens, en expérimentant la mise en place d'une indemnité kilométrique pour les cyclistes.

Des sommes non négligeables

Avec un "remboursement" fixé à 25 centimes du kilomètre, les sommes ne sont pas insignifiantes.

Par exemple, un salarié qui pédale 4 km matin et soir pour aller au travail sera indemnisé de 2 euros par jour, soit 10 euros par semaine. Pour une année entière, le résultat peut en encourager plus d'un. Sur la base de 44 semaine travaillées, l'indemnité dans cet exemple s'élève à  440 euros.

Cette indemnité n'est toutefois pas cumulable avec le remboursement d'un abonnement aux transports collectifs, sauf s'il s'agit de trajets complémentaires, comme vélo et train par exemple. Pour Frédéric Cuvillier, ce projet est nécessaire pour encourager les pratiques à évoluer :

"Ce test grandeur nature nous permettra d'évaluer si ce dispositif peut s'étendre au vélo. Je souhaite que le vélo devienne un mode de déplacement à part entière. Nous impulsons une dynamique incitative et écologique pour ce mode de transport doux."

Une expérimentation dans toute la France

Annoncé le 5 mars lors de la présentation du Plan d'actions pour le développement des modes actifs, ce projet va être expérimenté pendant 6 mois par une vingtaine d'entreprises.  Parmi elles : Auxilia à Paris, les assurances MMA au Mans ou encore le Crédit Coopératif à Nanterre (voir tableau à la fin de l'article).

Le potentiel des salariés concernés par l'expérimentation représente environ 10 000 personnes. Pendant ces 6 mois, le ministère étudiera plusieurs données dont l'évolution de la part de déplacements domicile-travail à vélo, les modes de déplacements abandonnés au profit du vélo ou encore l'organisation matérielle mise en place dans les différentes structures.

Les résultats doivent être rendus publics en fin d'année et détermineront le lancement ou non d'une seconde phase d'expérimentation à plus grande échelle. 

Voici la liste complète des entreprises participantes : 

Nom entreprise

Nature activité

 Localisation (siège)

Nombre employés

AUXILIA

 

Conseil imaginatif en développement durable 

Paris (75)

21

PREMICE

Incubateur, Accompagnement d'Entreprises Technologiques Innovantes

Dijon (21)

4

INDDIGO

Conseil et ingénierie en développement durable

Chambéry (73)

 

200

Caisse d'Épargne Normandie

Banque

Bois Guillaume (76)

 

1950

CAF 89

Caisse d'allocations familiales

Auxerre (89)

 

167

Baie d'Armor Transports

Transports urbains

Saint Brieuc (22)

176

MGEN - centre de gestion de Rennes

Mutuelle Santé Prévoyance

Rennes (35)

320

Sotranasa télévideocom

Construction et maintenance de réseaux.

 Perpignan (66)

250

Crédit Coopératif

Banque

Nanterre - périmètre siège (92)

782

Solairebois SARL

Entreprise artisanale d'énergies renouvelables,

Mauves (07)

2

Air Lorraine - Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air

Association surveillance qualité de l'air

Metz (57

27

NOVELIA (Crédit Mutuel Arkéa)

Courtage en assurances

Rennes (35)

45

Agence de Développement Urbanisme de la Sambre

Agence d'Urbanisme

Maubeuge (59)

14

Groupe Valophis

Bailleur social

Saint Maur-des-Fossés / Saint Maurice (94)

850

Vélogik

Conseil en développement cyclable et déplacements durables

Lyon (69)

10

MMA

 

Assurances

Le Mans (72)

6400

Banque Populaire Occitane

Banque

Balma (31)

345

Agence pour le développement et la promotion de l'économie solidaire en Midi-Pyrénées

Economie sociale et solidaire

Ramonville (31)

3

Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Etablissement public

Angers (49)

320

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2014 à 20:48 :
Et les bus quand est ce qu 'on les remplace par les diligences., que des avantages, bien plus pratique, 100%écologipe,100%made in france, et en plus on sauve ces malheureux équidés des boites de ravioli.
a écrit le 02/06/2014 à 19:57 :
Waw, la France va encore une fois révolution le monde ... à moins que ... ça se fait déjà depuis des années chez nous en Belgique. Rien de sensationnel
a écrit le 02/06/2014 à 17:53 :
Enfin une chance de voir un français remporter le tour de France...habiter à 4 km de son travail, le rêve non? la moyenne doit être à 25. ça fera 250 par semaine , bonne petite préparation pour la grande boucle. Que n'osent ils inventer pour occuper l'espace médiatique?....
Réponse de le 03/06/2014 à 8:24 :
La moyenne est à 8 km.
a écrit le 02/06/2014 à 16:55 :
Il était temps! Bizarrement le système des frais kilométriques, qui subventionne l'usage de voitures et si possible grosses (et encore, ce gouvernement a limité les frais à 7 CV!), ne choque pas grand monde à part les associations d'usagers de transport en commun et cyclistes... et ce ne sont pas les entreprises qui paient mais chacun d'entre nous, dont les cyclistes! Ce petit et modeste rééquilibrage est donc nécessaire et a pris très très longtemps...
Réponse de le 02/06/2014 à 19:44 :
Moi je veux bien qu'on m'indemnise la différence de loyer pour que je puisse habiter plus près de mon travail alors je prendrai mon vélo mais cela va coûter très très cher...
Réponse de le 03/06/2014 à 9:32 :
Tu vends ta voiture. Avec le prix de la vente tu t'offres un vélo de grand luxe. Avec les économies de carburant, assurance et entretiens, tu finances un appartement plus grand et plus près du travail.
a écrit le 02/06/2014 à 15:59 :
les cotisations pour accident du travail vont augmenter
Réponse de le 02/06/2014 à 16:56 :
Le vélo n'est pas dangereux hors usage sportif extrême, ce qui n'a rien à voir avec un trajet boulot...
Réponse de le 02/06/2014 à 18:36 :
Ayant pratiquer ce qui est communément appelé le "velotaf" pendant 2 ans je confirme que circuler en vélo EST dangereux... La cohabitation avec les automobilistes est difficile et le moindre accrochage peut avoir des conséquences funestes... prétendre le contraire tient de la désinformation
Réponse de le 02/06/2014 à 20:27 :
Et si votre entreprise se situe en campagne, le premier jour vous aller rire les suivant vous reprendrez votre voiture vu le risque encouru...
Réponse de le 03/06/2014 à 8:27 :
@Tazeuh Alors je dois être un miraculé, avec plus de 50 000 km en ville à vélo en 15 ans sans aucun accrochage sérieux... le danger peut s'éviter grâce à quelques comportements et accessoires adaptés (écarteur de danger, éclairage approprié, comportement prévisible, ne pas rouler sur les trottoirs ni trop à droite, etc.). La cohabitation c'est celle que l'on crée!
a écrit le 02/06/2014 à 15:30 :
Existe depuis belle lurette en Belgique. Pour moi c'est 2000 euros /an en velomobile !
a écrit le 02/06/2014 à 15:05 :
Ca va être rigolo: on est en France, tout le monde va dire qu'il vient à vélo pour toucher la subvention, et on n'aura aucun moyen de vérifier.
a écrit le 02/06/2014 à 13:39 :
Se faire indemniser pour venir à son travail, 1euros pour dire bonjour ect.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :