SNCF : la grève se poursuit, sa reconduction sera décidée ou non dans la matinée

 |   |  624  mots
La CGT et Sud-Rail, après avoir examiné les propositions écrites du gouvernement concernant leurs revendications, jugent toujours fortement néfaste le projet de loi ferroviaire à l'origine du conflit. (Photo: Reuters)
La CGT et Sud-Rail, après avoir examiné les propositions écrites du gouvernement concernant leurs revendications, jugent toujours "fortement néfaste" le projet de loi ferroviaire à l'origine du conflit. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
La SNCF annonce une circulation ferroviaire "sensiblement améliorée" pour ce troisième jour de grève. Les assemblées générales des grévistes doivent se prononcer sur la reconduction ou non du mouvement lors d'assemblées générales dans la matinée.

La grève des cheminots se poursuit ce vendredi. Tôt dans la matinée, la SNCF a confirmé ses prévisions de la veille, annonçant une circulation ferroviaire "sensiblement améliorée", notamment pour les TGV et les Intercités, avec un trafic sur les grandes lignes supérieur à un train sur deux en moyenne.

Les assemblées générales des grévistes doivent se prononcer sur la reconduction ou non du mouvement lors d'assemblées générales dans la matinée. Toutefois, au troisième jour d'arrêt de travail, les espoirs d'une fin rapide du conflit semblent s'amenuiser, après l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail, les deux organisations à l'origine de la grève, à "poursuivre et amplifier le mouvement".

"Le projet de loi demeure fortement néfaste" aux yeux de la CGT et de SUD-Rail

Pourtant, jeudi soir, le secrétaire d'Etat au Transports Frédéric Cuvillier avait annoncé "une avancée sensible" lors de longues discussions avec les syndicats mercredi et jeudi. Le président François Hollande lui-même avait dit jeudi soir "espérer" un accord.

Mais, après avoir examiné les propositions écrites du gouvernement concernant leurs revendications, la CGT et SUD-Rail ont jugé que "le projet de loi (ferroviaire qui sera examiné par l'assemblée nationale la semaine prochaine) demeure fortement néfaste pour le service public SNCF et les cheminots".

"De nombreuses failles" dans les annonces du gouvernement selon les syndicats

La CGT et SUD-Rail soulignent:

"La forte mobilisation des cheminots a contraint" M. Cuvillier "à faire des annonces écrites. Parmi elles, le gouvernement évoque enfin la question liée au financement et au traitement de la dette à travers d'éventuelles nouvelles sources de financement avant la fin 2014. Ce point central, jusque-là occulté par le gouvernement vient légitimer notre exigence d'un véritable débat sur cet aspect fondamental du système ferroviaire".

Pour autant, "le reste des annonces, au regard du texte gouvernemental, comporte de nombreuses failles qui n'assurent pas un système ferroviaire unifié autour d'une entreprise intégrée: la SNCF".

La CGT réclame "un autre projet"

Gilbert Garrel, de la CGT-Cheminots, a déclaré:

"La balle est dans le camp du gouvernement".

Il a toutefois assuré "ne pas fermer la porte au dialogue":

"Il n'y a pas de rendez-vous fixé mais nos téléphones sont toujours branchés, ouverts", a-t-il dit, réclamant de nouveau "un autre projet".

Au nom de SUD-Rail, qui a claqué la porte de la discussion jeudi matin, Nathalie Bonnet s'est dite prête "à retourner à la table des négociations" à condition que "le gouvernement dise 'on reporte l'examen' du projet", prévu à l'Assemblée nationale du 17 au 19 juin.

La reconduction du mouvement "se jouera vendredi matin, entre 10h00 et 11h00", lors des prochaines assemblées générales sur les sites, a insisté Gilbert Garrel.

"De réelles avancées" selon l'Unsa

L'Unsa en revanche, qui ne participe pas à la grève mais a déposé un préavis pour le 17 juin, a de son côté salué "de réelles avancées". Son représentant Marc Baucher, a estimé:

"On arrive enfin à un résultat, avec des engagements complets du ministre".

La CFDT reste hostile à la grève.

Un projet de loi "indispensable" selon Cuvillier

Frédéric Cuvillier a néanmoins exclu tout report de l'examen du texte sur la réforme ferroviaire prévu à partir du 17 juin à l'Assemblée nationale, "indispensable" à son sens.

Destinée à stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d'euros) et à préparer son ouverture totale à la concurrence, cette réforme prévoit de regrouper dans une nouvelle structure la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2014 à 22:05 :
c'est aux citoyens et aux contribuables de dire ce qu'ils veulent comme services, niveau d'exigence... ce sont eux qui payent et trés cher. ce n'est pas à un syndicat d'imposer sa loi minoritaire et en contradiction avec le parlement. et comme il n'y a pas de choix mais un monopole pour ces gens qui bénéficient d'avantages totalement exorbitants et indus, on assiste en fait et en clair à un acte terroriste de détournement massif d'argent public en bande organisée à des fins strictement d'enrichiessement personnel.... et bien sûr en toute impunité avec la complicité de la gauche et de "la justice indépendante " de taubira !!!
Réponse de le 14/06/2014 à 22:09 :
trés bien dit. on critique (à juste titre) l'ump pour ses finances de campagne, mais l'ump joue petit bras par rapport à la gauche !!! en ne voulant pas s'attaquer à l'injustice insupportable et très couteuse des régimes spéciaux (22 milliards de gains possibles), la gauche s’achète ses voies avec 22 milliards d'argent public !!!! super !!! en toute "légalité" et qui n’apparaissent nulle part dans les comptes de campagne !!
a écrit le 13/06/2014 à 18:57 :
Ils ont absolument raison d'user et d'abuser de leur pouvoir de nuisance tant que ça marche, et en terme d'abus ils ne sont pas les seuls.
a écrit le 13/06/2014 à 15:35 :
c'est le résultat ds 30 dernières années grace à nos politiciens issus de l'ENA et qui ne comprennent rien à l'économie et la gestion et qui ont "essayé" de favoriser la chasse aux bulletins de vote plutot qu'au développement économique européen ou français.
ANNONCE A PUBLIER : Recherchons pour 2017 un HOMME D'ETAT mais surtout plus de vauriens de politiciens.
a écrit le 13/06/2014 à 15:23 :
merci pour nos enfants qui passent le bac et ont un niveau de stress hors norme, s'ils le ratent, on pourra toujours en faire des chômeurs assistés avec l'argent des autres. Nous sommes rentrés en médiocratie pour longtemps.
a écrit le 13/06/2014 à 13:02 :
ES CHEMINOTS POUR LA PLUPART COTISENT A DIFFERENTES SETIONS SYNDICALES. CELLES-CI DOIVENT JUSTIFIER DES COTISATIONS QU ELLES RECOIVENT. ALORS A L'AUBE OU SE PROFILE UN PROJET DU GOUVERNEMENT OU UNE REFORME, ILS EXCITENT LE MONDE. ETC EST TOUJOURS NOUS LES USAGERS QUI SOMMES LES OTAGES, LES CIBLES SUR LESQUELLES IN TIRE. MAIS SANS LES VOYAGEURS, JE RAPPELLE QUE CES GENS DELA SNCF NE SONT RIEN SANS NOUS; LES GREVES SE SONT TELLEMENT BANALISEES, CET FINI OU FAUTE DE SERVICE MINIMUM LA FRANCE ENTIERE ETAIT PARALYSEE.DES MOYENS ALTERNATIFS EXISTENT ET O COMBIEN PLUS CONVIVIAUX QUE CE SERVICE PUBLIC QUI TOMBE EN RUINE. ET PUIS BONJOUR LES TARIFS, MEME SI AVEC UNE CARTE COMMERCIALE ON RESERVE 1 MOIS ET DEMI VOIRE 2 MOIS A L AVANCE. ENCORE QUELQUES ANNEES AVANT LA RETRAITE ET ENSUITE JE ME RESERVE LE DIT DE NE PLUS JAMAIS PRENDRE LE TRAIN.
Réponse de le 13/06/2014 à 17:51 :
Tu peut traduire en français stp?
a écrit le 13/06/2014 à 12:13 :
Passionnant les commentaires laissés en publication... Bientôt la fin LA TRIBUNE.
a écrit le 13/06/2014 à 11:24 :
Les cheminots ont la garantie de l'emploi à vie et le droit de pourrir la vie de ceux qui se demandent tous les matins si ils auront encore un boulot demain.
a écrit le 13/06/2014 à 11:05 :
Et soyez sans crainte leurs jours de greve seront payés avec notre fric.
a écrit le 13/06/2014 à 10:31 :
Journée barbecue à la SNCF. pas belle la vie !!!!
a écrit le 13/06/2014 à 10:28 :
j'espère que le gouvernement ne cédera pas !
a écrit le 13/06/2014 à 9:47 :
Faire la gréve avec le fric du contribuable .... il faut arrêter les conneries !!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/06/2014 à 10:35 :
Un philosophe francais a écrit "qu"on devient con quand on se met au volant d'une voiture" c'est pareil sur le forums, là on est tous les rois du pétrole :-)
Réponse de le 13/06/2014 à 12:35 :
un autre philosophe français a écrit "qu'on prend les autres pour des cons quand on se met au volant d'une locomotive ".
a écrit le 13/06/2014 à 9:39 :
A être emmerdé jusqu'au bout, peut-être est-ce justement le moyen de redonner confiance au peuple vis à vis de l'éxécutif à condition bien sur qu'il ne cède pas au chantage des prises d'otages.
A l'instar de France Télécom en son temps, à quand la privatisation partielle qui ferait du bien aux comptes de l'Etat !
a écrit le 13/06/2014 à 9:24 :
encore une grève qui va pourrir
la plupart des cheminots ne savent meme pas pourquoi ils font grève. Encore ces syndicats qui font les durs car ils font bien qu'ils donnent un sens à leur vie...
a écrit le 13/06/2014 à 8:53 :
la confiance n est plus au rendez vous
Réponse de le 13/06/2014 à 9:44 :
confiance perdue pour longtemps grâce aux protèges de cette gauche caviars

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :