Grève à la SNCF une semaine avant l'examen du projet de réforme

 |   |  557  mots
Le mouvement prendra effet le mardi 10 juin à partir de 19h et sera reconductible par période de 24 heures. Reuters
Le mouvement prendra effet le mardi 10 juin à partir de 19h et sera reconductible par période de 24 heures. Reuters (Crédits : reuters.com)
Alors que le projet de réforme ferroviaire sera examiné dans une semaine à l'Assemblée nationale, quatre syndicats de cheminots appellent à une grève nationale reconductible, à partir du 10 juin au soir. Ils espèrent obtenir des améliorations au texte de loi pour une plus grande unification du futur système.

Les cheminots font monter la pression avant d'entamer les négociations. L'appel à la grève a été lancé par la CGT, premier syndicat chez les cheminots, et SUD-Rail, troisième syndicat. Deux autres organisations, FO et First, se sont jointes au mouvement qui prendra effet mardi à 19h et sera reconductible par période de 24 heures.

 Une réforme "de nature à rassurer"

Le projet de loi doit être discuté en première lecture à l'Assemblée les 17, 18 et 19 juin. L'objectif est de stabiliser la dette du secteur ferroviaire et de préparer son ouverture totale à la concurrence. La SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau, doivent être réorganiser.

Pour le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier, la réforme est "de nature à rassurer" les syndicats sur l'avenir. Elle permettra, ajoute-t-il dans un entretien au JDD, à la France de "peser dans le débat sur l'avenir du rail en Europe" en défendant un "modèle 100 % public, unifié et eurocompatible".

Mais pour les syndicats, le projet ne règle en rien le problème de l'endettement et ne va pas assez loin dans la réunification des deux entreprises, séparées en 1997.

"Réhumaniser" les gares et les trains

Les revendications des cheminots portent aussi sur "la réhumanisation des gares et des trains", "une modification radicale de la politique menée à Fret SNCF", chargé du transport des marchandises, "une mutualisation des moyens humains et matériels au service de toutes les activités" et "des conditions sociales de vie et de travail de haut niveau".

A leur demande, la CGT-Cheminots, SUD-Rail et l'Unsa doivent être reçus le 12 juin par Frédéric Cuvillier pour discuter du projet de loi. Réunis dans une plateforme revendicative commune, les trois syndicats avaient rassemblé des milliers de cheminots à Paris le 22 mai pour réclamer une "autre réforme".

Un autre préavis le 17 juin ?

Mais l'Unsa, deuxième syndicat, a décidé de ne pas se joindre à la grève du 10 juin afin de privilégier "un dialogue constructif" jusqu'à la rencontre avec le secrétaire d'État aux Transports.

"On tirera la conclusion le soir du 12 juin", a assuré son secrétaire général adjoint Roger Dillenseger. "Nous espérons sortir du dialogue par le haut", a-t-il ajouté. La CFDT, quatrième syndicat, a également refusé de s'associer à la grève. Elle dénonce une "mise en scène visant à faire croire que ce rapport de force programmé serait à l'origine des avancées sociales déjà négociées par la CFDT".

François Nogué quant à lui, DRH du groupe, a dit la semaine dernière "s'interroger sur les motivations de certains syndicats qui, avec des mots d'ordre réducteurs et simplistes, appellent à cette grève précipitée".

Commentant le préavis déposé, il a jugé qu'il évoquait "des sujets internes à la vie de l'entreprise, qui n'ont que peu de rapport avec la réforme ferroviaire". Il a, en outre, rappelé que tous les syndicats sont en faveur d'un rapprochement entre la SNCF et RFF.

Mercredi s'annonce compliqué en terme de transport, puisque plusieurs fédérations françaises de taxis ont également appelé à manifester, dans le cadre d'un mouvement de grève européen contre la concurrence des véhicules de tourisme avec chauffeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 11:48 :
OUI à la réforme ! oui à la privatisation de la sncf ! oui à l'arrivée de compagnies ferroviaires privés !
a écrit le 10/06/2014 à 8:28 :
encore une greve pour ces privilegies separation rff sncf ;;;; rapprochement sncf rff il faut savoir ce qu'ils veulent le fret en faillite mais se porte bien avec la filliale allemande de d b
des rigolos comment voulez vous que l'on prenne au serieux des syndicats a cote de la plaque et qui ne travaille pas pour le redressement mais plutot pour couler peut etre reagiront ils quand la France sera au niveau de la Grece !!!!
a écrit le 10/06/2014 à 0:30 :
J'espère jusque que les grévistes ne seront pas payés. Mais j'en doute. Ce pays de passe droit et de privilégiés va exploser. 1789 est proche. A quand la suppression des privilèges?
Réponse de le 10/06/2014 à 21:17 :
vous oubliez que la france a voté a gauche ..la france est un paradis social ( assistanat ,fonctionnaires speudo fonctionnaires edf sncf etc ..)
a écrit le 09/06/2014 à 17:41 :
La SNCF, une autre idee de vous faire aimer le train.

Entre les grèves et le prix....

Je prefere la voiture et les nationales !
a écrit le 09/06/2014 à 17:35 :
Fusionner SNCF et SNCM , la déroute sera plus rapide .
a écrit le 09/06/2014 à 12:23 :
supprimer les regimes spéciaux de ces saboteurs gracies en remerciement....d avoir votes FH sur conseil de leur leader
Réponse de le 09/06/2014 à 16:00 :
Je ne vois pas le rapport ! Le sujet réside dans un système (en 1997) avec la SÉPARATION entre les activités transporteurs et Infrastructure voulue par l'UMP.Quelques années plus tard , on se rend compte que cela coûte cher en dysfonctionnements et financièrement alors ... on réunifie ! Faire et défaire , c'est le chemin de fer ! Quant aux commentaires politiques de tous ordres , vous n'avez rien compris ! Osez imaginer une entreprise (SNCF) obligée de commander des rames TGV alors qu'elle n'en a pas besoin ? Et bien c'est ça la réalité ! La SNCF n'est qu'un instrument politique !!!
Réponse de le 09/06/2014 à 17:39 :
oha l pauvre SNCF qui est l'instrument politque..
J'ai failli chialé BIOMAN.

SInon y'a un gros probleme de regimes speciaux et comme on veut pas s'y attaquer on fait de reformettes sur RFF et le SNCF...
Entre l'oeuf et la poule, ne confondez pas... je pense que vous etes un ancien fonctionnaire Mr BIOMAN ?? ai je torts? Vous etiez a la SNCF ?
On a l'impression que vous defendez votre caste de la SNCF..
Réponse de le 09/06/2014 à 17:42 :
et ben si BIOMAN.
En revanche, vous je vois pas le rapport entre l'UMP et les greves ?
a écrit le 09/06/2014 à 12:18 :
Et après on nous demande pourquoi on ne veut pas prendre le train? Entre les prix et ça !
a écrit le 09/06/2014 à 10:42 :
Méthode syndicale: on fait grève, ...et on discute après !!
Réponse de le 09/06/2014 à 12:19 :
Méthode patronale on impose on discute pas, pas de concertation et après grève. Les patrons et syndicats devraient s'inspirer des pays Nordique.
a écrit le 09/06/2014 à 10:21 :
Ecosystème ferroviaire national :

Lorsque la concurrence arrivera et que la SNCF sera réunifiée avec RFF, la guerre recommencera entre la nouvelle SNCF et ce concurrent ! Car le problème de fond ne sera pas résolu. Et entre temps des milliards d’euros seront gaspillés. La Nation ne le peut plus. Il faut que les syndicats, la Direction de la SNCF et les industriels qui vivent des chantiers et des marchés de la SNCF et qui font du lobbying en prennent conscience car ils vont tuer leur poule aux œufs d’or…

L’Union International des Chemins de Fer qui regroupe de nombreux pays et des réseaux privés comme publique arrive à faire travailler tout le monde ensemble pour définir des nouvelles normes. C’est la coopération et non la guerre comme sait le faire la Direction de la SNCF et ses syndicats. Le Nième dossier de la commande de train trop large pour les quais le prouve.

La seule solution est de faire la totale séparation entre l'Infrastructure et l'Exploitation. Deux sociétés bien distinctes juridiquement, mais surtout sur le plan opérationnel.
Cela nécessite d'affecter tout les effectifs SNCF Infra et ceux de RFF à une nouvelle entité indépendante de la SNCF.
Créons une Union Nationale des Chemins de Fer Français regroupant les missions de RFF, SNCF INFRA et autres agences ferroviaires publiques, en mettant autour de la table l'Etat, SNCF, RATP, les compagnies Privées, ...
Un STIF National amélioré pour booster la productivité, l'innovation technique et les services.
Réponse de le 09/06/2014 à 17:36 :
oalala,

votre decrytage est compliqué.. comme quoi tout cela est une arnaque pour piquer de l'argent aux contribuables...

L'Etat francais est la plus grande mafia en france.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :