SNCF : la grève continue

 |   |  326  mots
La grève de la SNCF a été reconduite pour 24 heures. /Reuters
La grève de la SNCF a été reconduite pour 24 heures. /Reuters (Crédits : reuters.com)
Un TGV sur deux ou trois ainsi qu'un TER et un Transilien sur trois en moyenne devaient circuler mercredi. La grève, organisée par quatre syndicats de cheminots opposés aux contenus du projet de réformé ferroviaire se poursuit jeudi.

La grève organisée par quatre syndicats de cheminots - FO et First, se sont jointes au mouvement lancé par la CGT, premier syndicat chez les cheminots, et SUD-Rail, troisième - a été reconduite pour 24 heures. Jeudi, les perturbations seront donc encore au programme pour les usagers de la SNCF.

Celle-ci prévoit toutefois une "amélioration significative" du nombre de trains en circulation jeudi, avec 1 TGV et 1 TER sur 2 en moyenne, a annoncé la direction mercredi.

>> Les perturbations à craindre

Opposition au projet de réforme ferroviaire

Une grève qui intervient à une semaine de l'examen par l'Assemblée nationale du projet de réforme ferroviaire, qui aura lieu à partir du 17 juin. Destiné à stabiliser la dette du secteur ferroviaire et à préparer son ouverture totale à la concurrence, le texte prévoit de réorganiser la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.

Pour les syndicats, toutefois, le projet ne règle en rien le problème de l'endettement et ne va pas assez loin dans la réunification des deux entreprises, séparées en 1997.

Le secrétaire d'Etat aux Transports écoutera les doléances

Aussi, le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier doit-il recevoir "toutes les organisations syndicales" de la SNCF dès mercredi soir, et non jeudi après-midi comme prévu. "Toutes les organisations syndicales seront reçues dès ce soir, cette nuit si nécessaire, demain matin encore pour pouvoir expliciter l'enjeu de la réforme ferroviaire", a-t-il déclaré aux journalistes à l'Assemblée nationale.

Les réunions avec les organisations syndicales, qu'elles aient appelé ou non à la grève, permettront de faire "un tour d'horizon sur l'état du texte, sur les revendications", a-t-il dit. "Les marges de manœuvre existent parce que le texte lui même en appelle, c'est tout l'enjeu du débat parlementaire qui va commencer dans les prochains jours", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 9:11 :
La CGT : moi,moi,moi. Les usagers rien a foutre
a écrit le 12/06/2014 à 8:42 :
La SNCF n'est plus un service public. Elle ne rend pas les services escomptés (demandez aux étudiants en examens ou aux travailleurs effectifs...). Ses employés ne doivent plus être considérés comme au service de la nation et ainsi protégés.
a écrit le 12/06/2014 à 8:39 :
ils ont de la chance de pouvoir travailler avec certains avantage et ne pense qu'a eux toujours plus d'argent a gagner et de moins en moins d'heures a travailler et ne pensent pas
a ceux qui en cette periode essai vainement d'aller passer un examen ou de se rendre a un entretient d'embauche ils verront bien par la suite avec enfin l'ouverture du marche et des societes concurrentes on le voit deja avec le fret ou la D B roule tres bien dans le fret merci encore a la faillite grace a la c g t
a écrit le 12/06/2014 à 7:50 :
Un cheminot en grève est plus rentable ! au travail il fait trop d'erreurs ! il ne sait pas faire entrée un train en gare !
a écrit le 12/06/2014 à 6:22 :
Bien oui, pourquoi. Travailler ? Un fonctionnaire s'est tranquille, surtout si s'est un gouvernement de gauche.... Pauvre français, les socialiste, 5 ans d'inutilité, de gaspillage, et de mensonge..... Pauvre France.
a écrit le 12/06/2014 à 6:21 :
A quand l arrive de société prive concurrente a la SNCF ! Vite
a écrit le 12/06/2014 à 6:06 :
21 janv. 2008Jean-Louis Aubert

Voilà, c'est fini
On a tant ressassé les mêmes théories
On a tellement tiré chacun de notre côté
Que voilà, c'est fini
Trouve un autre rocher petite huître perlée
Ne laisse pas trop couler de temps sous ton p'tit nez
Car c'est fini...hum, c'est fini

Voilà, c'est fini
On va pas s'dire au revoir comme sur le quai d'une gare
J'te dis seulement bonjour et fais gaffe à l'amour
Voilà, c'est fini
Aujourd'hui ou demain c'est l'moment ou jamais
Peut-être après-demain je te retrouverai
Car c'est fini...hum, c'est fini

J'ai fini par me dire qu'on éviterait le pire
Qu'il fallait mieux couper plutôt que déchirer
J'ai fini par me dire que p't'être on va guérir
Et que même si c'est non, et que même si c'est con
Tous les deux nous savons que de toute façon

Voilà, c'est fini
Ne sois jamais amère, reste toujours sincère
T'as eu c'que t'as voulu, même si t'as pas voulu c'que t'as eu
Voilà, c'est fini
Nos deux mains se desserrent de s'être trop serrées
La foule nous emporte chacun de nôtre côté
C'est fini...hum, c'est fini

Voilà, c'est fini
Je ne vois plus au loin que ta chevelure nuit
Même si je m'aperçois que c'est encore moi qui te suis
C'est fini...hum, c'est fini, c'est fini, c'est fini
a écrit le 12/06/2014 à 3:26 :
Les cheminots c'est les intermittents du rail. Un jour ils travaillent, un jour ils travaillent pas.
a écrit le 11/06/2014 à 22:33 :
Soutien total à un des derniers bastions de la résistance à la toute puissance spoliatrice du capital. Si ces derniers bastions saute, plus rien n’empêchera les actionnaires voleurs de nous voler encore et toujours plus les fruits de notre travail, et les inégalités et la paupérisation qui ont déjà fortement progressé finiront de dévorer notre pays.

Les pleurnicheurs qui ne pensent qu’à leur petite personne égoïste feraient mieux d’expliquer ce que eux feraient à chaque recul de leurs droits et conditions de travail. Ils diraient amen ? Jusqu’à quand ? Ils se laisseraient réellement entuber comme ils demandent de le faire aux cheminots ?

Soit ce sont de braves petits pigeons qui ne méritent alors que d’être réduits en esclavage puisqu’ils acceptent de se soumettre, soit … et bien expliquez-nous, les râleurs !
Réponse de le 11/06/2014 à 23:25 :
Le plus gros actionnaire de la SNCF c'est le contribuable français... merci de nous traitez tous de voleurs!
Réponse de le 12/06/2014 à 3:37 :
Les actionnaires qui volent les fruits de notre travail, je sais pas. Par contre, l'Etat et ses impots de plus en plus gourmands qui me déleste allègrement des fruits de mon travail, ça c'est du concret.
Réponse de le 12/06/2014 à 6:55 :
Gemini, les pleurnichards égoïstes qui ne pense qu'a leur personne ... ne serait ce pas les grévistes? Car ces preneurs d'otages ne pensent effectivement qu'a leur petit (insignifiante?) personne en mettant dans la m** des milliers d'usagers
Mais bon un syndicaliste gauchiste de votre trempe ne peut pas se rendre compte de ça ... vous n'en avez pas les capacités, c'est bien dommage.
Réponse de le 12/06/2014 à 7:10 :
Les chemineaux font trop souvent grève et quand ils ne la fond pas, les trains sont en retard... Du coup on ne sait jamais si on aura un train ou une correspondance. De plus comme ils sont trop souvent en grève, plus personne ne les écoute...
a écrit le 11/06/2014 à 20:27 :
bravo a la cgt ...et... sud ... encore les exposes qui vont souffrir
a écrit le 11/06/2014 à 20:09 :
M'enfin, c'est tout à fait compréhensible, il fait beau, il fait chaud ... nous DEVONS comprendre que ces fainéants préfèrent faire griller des merguez devant les gares que de travailler... Où est le problème? Ils pleureront bien le jour de la privatisation
a écrit le 11/06/2014 à 18:32 :
Amélioration, certes, on passe de 0 trains à un bus à 9h45, bon, avec une sciatique en plus ce sera donc RTT. J'ai la chance de pouvoir en poser ... Bande de rigolos ...
a écrit le 11/06/2014 à 18:21 :
OUI, à une REVOLUTION POSITIVE du domaine ferroviaire, NON à ce chantage de la SNCF et de ses soutiens politiques et syndicaux.
Une VRAI réforme est nécessaire pour le sauver du manque d'innovation, de son essoufflement dû à des fautes politiques et managériales, de sa gabegie financière préjudiciable aux clients et aux citoyens contribuables, de sa tiranie des syndicats focalisés sur leur propre intérêt politique, etc la liste est longue :)
La SNCF est une très belle entreprise qui est abimée et gravement en danger si rien n'est fait.
Beaucoup de cheminot sont très professionnels, mais ne sont pas toujours reconnu car le moule SNCF d'un autre Age les élimine s'ils veulent se démarquer pour faire avancer l'entreprise dans une voie plus moderne. Ils faut les aider et faire comprendre aux autres que la Nation dit stop. Cette grève qui va forcement être préjudiciable pour des millions de citoyens ne peut pas aider ceux qui ont besoin du train pour vivre. Il est temps d'inventer un nouveau domaine ferroviaire pour cet Ecosystème ferroviaire national.
Car la SNCF a pratiquement un monopole en France des achats ferroviaires et une forte influence sur l’univers des infrastructures, des entreprises puissantes du BTP par ses choix en matière de nouvelles lignes TGV, des télécoms (télécom développement/SFR a été une de ses filiales), de l’immobilier dans le domaine des entrepôts FRET, des bureaux et des logements pour les particuliers, etc… Un Etat dans l’état qui reste quand les politiques de tous bord passent …
L’équipe France ferroviaire menée par la puissante SNCF n’existe pas et la lutte des petits pouvoirs est fratricide. Les petits arrangements seulement entre amis, la faiblesse face aux syndicats refusant le marché, sont incompatibles avec la mondialisation fût elle limitée à l’espace Européen.
Le Roi du rail est maintenant seul face à ses responsabilités et à ce bilan global désastreux (endettement records, clients insatisfaits, baisse du CA, de la rentabilité, etc) qui est masqué par une habille et coûteuse communication.
La question de management est doit-on encore laisser le Président de la SNCF qui va aussi avoir les commande sur RFF, être le leader en matière ferroviaire en France et décider de tout l’ensemble. Car cela concerne les services, mais aussi les infrastructures et les matériels ?
Le faire amènerait à mon avis à un non changement désastreux pour notre économie car non adaptée aux enjeux internationaux sur les zones à forte croissance qui ne sont pas en Europe, mais en Asie, en Afrique, aux Amériques…
Car lorsque la concurrence arrivera, car elle arrivera, et que la SNCF sera réunifiée avec RFF, la guerre recommencera entre la nouvelle SNCF et ce concurrent ! Car le problème de fond ne sera pas résolu. Et entre temps des milliards d’euros seront gaspillés. La Nation ne le peut plus. Il faut que les syndicats, la Direction de la SNCF et les industriels qui vivent des chantiers et des marchés de la SNCF et qui font du lobbying en prennent conscience car ils vont tuer leur poule aux œufs d’or…
L’Union International des Chemins de Fer qui regroupe de nombreux pays et des réseaux privés comme publique arrive à faire travailler tout le monde ensemble pour définir des nouvelles normes. C’est la coopération et non la guerre comme sait le faire la Direction de la SNCF et ses syndicats. Le Nième dossier de la commande de train trop large pour les quais le prouve.
La seule solution est de faire la totale séparation entre l'Infrastructure et l'Exploitation. Deux sociétés bien distinctes juridiquement, mais surtout sur le plan opérationnel.
Cela nécessite d'affecter tout les effectifs SNCF Infra et ceux de RFF à une nouvelle entité indépendante de la SNCF.
Créons une Union Nationale des Chemins de Fer Français regroupant les missions de RFF, SNCF INFRA et autres agences ferroviaires publiques, en mettant autour de la table l'Etat, SNCF, RATP, les compagnies Privées, ...
Un STIF National amélioré pour booster la productivité, l'innovation technique et les services.
N’acceptons pas ce chantage fait à la Nation par cette grève qui a été lancée avant les débats parlementaires.
Nos Elus ne doivent pas avoir à choisir le couteau sous la gorge.
Car pourquoi avec ¼ de gréviste le Président de la SNCF n’arrive-t-il pas à assurer un service presque normal ? Il savait qu’il y allait avoir une forte grève et aurait pu décider de ne pas faciliter la tâche à la CGT et à SUD Rail. Il aurait pu organiser un plan spécial de formation pour ce gestion de crise en formant beaucoup plus de cadres et agents de maîtrises à la conduite, au moins pour le Transilien qui représente la majorité des trains. Est-ce que ces personnels sont dans leur bureau comme le dit La Ministre ?
OUI, Monsieur Le Président de la SNCF, vous avez fait le jeu des grévistes et maintenant c’est le chaos.
Vous en êtes responsable : DEMISSION
Réponse de le 11/06/2014 à 18:30 :
Vous nous fatiguez, y compris par la longueur de votre texte! je prone un conflit total, avec mise à la porte de ceux qui ne veulent pas travailler..Il faut crever l'abcès. Dans l 'attente, je prends ma voiture!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :