Grève Air France, le dialogue de sourds continue entre la direction et les pilotes

 |   |  882  mots
(Crédits : reuters.com)
Après une première journée de conflit, aucune porte de sortie ne s'est entrouverte. Les deux parties sont restées campées sur leurs positions.

C'est un mur d'incompréhension bien cimenté qui sépare la direction d'Air France et ses pilotes en grève depuis ce lundi. Après une première journée de conflit, aucune porte de sortie ne s'est entrouverte. Au contraire, s'accusant mutuellement de porter la responsabilité de cette grève mais aussi de déformer les propos de l'autre camp, les deux parties sont restées campées sur leurs positions.

 "Un projet de croissance"

La direction assure ne pas comprendre l'opposition des pilotes à son projet de développement de sa filiale à bas coûts, Transavia, lequel prévoit en France d'ajouter  23 appareils et d'embaucher près de 1.000 personnes dont 250 pilotes. Un projet parallèle à la création de Transavia Europe, destinée à lutter contre les compagnies à bas coûts paneuropéennes comme Ryanair ou Easyjet. Pour Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, Il s'agit d'un "projet de croissance ambitieux centré sur la France", qui plus-est accélérateur de carrière pour les pilotes puisqu'il permettrait aux copilotes d'Air France de devenir commandant de bord chez Transavia. Un poste qu'ils conserveraient à leur retour à Air France ultérieurement.

"Vu sous plusieurs angles, économique, industriel, social, humain, ce projet n'apporte que du plus. Nous sommes un peu perplexe face à ce mouvement. On se demande quels en sont les ressorts", a déclaré, Alexandre de Juniac qui estime "probable" que le contexte électoral syndical joue sur "l'état insaisissable des négociations".

Autrement dit que le SNPL, qui a perdu son siège au conseil d'administration d'Air France face au SPAF au printemps, durcit aujourd'hui le ton pour ne pas connaître pareille mésaventure dans quelques mois lors des élections professionnelles.

 "Mauvaises intentions"

Accusé par les pilotes de vouloir, à travers la création de Transavia Europe, délocaliser les emplois français dans des pays européens plus cléments sur le plan fiscal, Alexandre de Juniac a voulu "couper court à des interprétations complètement erronées (voire de mauvaises intentions)".

"Il n'y a ni externalisation, ni délocalisation. Nous ne transférons pas d'activité d'Air France à Transavia France, ni d'activité de Transavia France et Hollande vers Transavia Europe", a-t-il dit.

Concessions

Doutant de la volonté du SNPL d'aboutir, Alexandre de Juniac et le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, expliquent que les revendications des pilotes sont aujourd'hui en recul par rapport à ce qui avait été accepté en 2006 lors de la création de Transavia. Alors même qu'ils ont fait des concessions en acceptant que les syndicats aient la main sur les évolutions de travail chez Transavia. "ce qui ne va pas de soi", explique Alexandre de Juniac.

Mais ce dernier, ne veut pas lâcher sur la principale revendication des pilotes : la mise en place d'un groupe unique de pilotes pour les pilotes de plus de 100 sièges, (tous au contrat Air France), capables de passer d'une marque à l'autre en fonction de la demande. La direction veut au contraire que les pilotes d'Air France travaillant chez Transavia disposent de contrat Transavia, afin de ne pas importer au sein de la compagnie low-cost, les coûts d'Air France, plus élevés de 43% selon elle. Un chiffre que réfute le SNPL, qui estime au contraire que "la rémunération horaire des équipages d'Air France et de Transavia sont similaires".

Le SNPL dénonce la communication du PDG

Le SNPL dénonce la communication d'Alexandre de Juniac.

"Dimanche dernier, à 19 heures, en pleine séance de négociation, il nous a dit qu'en raison d'une contrainte il devait quitter la réunion pour la reprendre à 21h. Nous n'avons pas compris ce qui pouvait être plus important que de tenter de trouver une solution pour les passagers. Nous n'avons pas eu de réponse. En voyant ensuite Alexandre de Juniac au 20 heures de TF1, nous avons été extrêmement choqués", a expliqué le président du SNPL, Jean-Louis Barber

 Dénonçant lui aussi une déformation de ses propos par la direction, ce dernier a rappelé que les "pilotes n'étaient pas hostiles au développement de Transavia", mais sur la manière de le faire. "Nous sommes consternés par le manque de préparation du projet de la direction", explique Jean-Louis Barber qui juge les conditions des transferts des pilotes d'Air France à Transavia très floues.

"Pas un plan de croissance, mais de redéploiement"

"On nous parle d'un plan de croissance alors qu'il s'agit d'un plan de redéploiement, déclare le président du SNPL. « En 2008, Air France avait 136 avions moyen-courrier et Transavia sept. Aujourd'hui, Air France a 102 appareils, Transavia 14 avec possibilité de monter à 37 si cela marche. Il faut casser l'activité d'Air France pour que Transavia ait des créneaux de décollage à Orly ".

Les pilotes sont passés à 4.200 à 3.750 emplois de pilotes.

Délocalisation

Quant à Transavia Europe, le SNPL maintient qu'il s'agit de délocalisation. "Lorsque nous demandons si Transavia Europe va toucher la France ou les Pays-Bas, nous n'avons pas de réponse. Nous ne comprenons pas pourquoi la direction ne joue pas franc-jeu". Pour le SNPL, il est évident que Transavia Europe, pour être rentable, desservira la France et les Pays-Bas. Et remplacera Transavia France sur les lignes reliant Orly aux futures bases de Transavia Europe.

Bref, un beau dialogue de sourds

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2014 à 20:25 :
De quoi être écœuré et dégouté ... France2 propose une interview d'un pilote de linge A320 se pavanant de gagner 125 000 net par an ... le comble, il ne se trouve pas privilégié et tente encore de nous faire verser une petite larme en nous disant qu'il peut passer jusqu'à 5 jours loin de sa famille. Ces personnes n'ont donc aucune dignité ni aucune morale. A nous PAX de ne pas en avoir non plus, détournons nous d'AF et espérons sa faillite prochaine. seule issue souhaitable pour ces PNT et PNC vénales n'ayant aucune dignité. A 125 000 net par en on est privilégié!
a écrit le 16/09/2014 à 13:45 :
Le SNPL défend un modèle du passé et met gravement en péril la compagnie pour sauvegarder les privilèges d'à peine 3500 pilotes. Qu'attend le reste du personnel AF pour se révolter?
a écrit le 16/09/2014 à 13:38 :
Encore une profession avec des privilèges exorbitants qui refuse de se remettre en cause
a écrit le 16/09/2014 à 11:58 :
Quand on regarde ce que sont devenus les sociétés qui ne sont pas adaptées a l'ouverture de leur marché et a l'arrivé des low costs dans leur industries... le ciel d'air france s'assombrit. Maintenant pour ce qui est des pilotes proches de la retraite ils pourront tenir jusque là, mais pour les autres ça va être plus compliquer de maintenir leur niveau de salaire vis à vis de pilotes tout aussi chevronnés mais avec un cout salarial bien moindre....
a écrit le 16/09/2014 à 10:25 :
Mal nommer, c'est mal informer !!! Ce n'est pas un dialogue de sourds, c'est une grève de nantis qui compromettent leur société pour des motifs fallacieux.
a écrit le 16/09/2014 à 10:04 :
Le SNPL estime que la rémunération horaire est la même chez Air France et chez Transavia ? Mais alors, pourquoi ne proposent-ils pas d'aligner les contrats Air France sur ceux de Transavia ? Si ce qu'ils affirme est vrai, ca ne devrait poser aucun problème !!
a écrit le 16/09/2014 à 10:04 :
Les pilotes sont ridicules...Air France cherche des solutions pour concurrencer les Low cost. Si elle ne fait rien ceux seront les mêmes pilotes qui viendront pleurer parce qu il faudra licencier faute de passagers....
On sent bien la encore la mentalité d une ancienne société publique!!!!!
a écrit le 16/09/2014 à 9:21 :
Bien sûr que oui que Transavia desservira la France depuis ses bases de Porto et Madrid! Que veulent les PNT d AF? Que la France quitte l Europe et que l on vive en autarcie comme le Portugal des années 50 sous le dictateur Salazar? Ah oui, c est sur ils auraient le monopole et pourraient continuer a se gaver.
a écrit le 16/09/2014 à 8:47 :
Greve de nantis,un pilote AF c'est entre 210 et 250000euros par an. Allez y les gars,sciez la branche qui vous porte et vous conduirez AF à la faillite.
a écrit le 16/09/2014 à 8:40 :
Aujourd'hui ça va fait mal.... pas un seul avion ?!!! l'horreur pour les français et pour les touristes...
Réponse de le 16/09/2014 à 11:14 :
quand on en a l'habitude...
a écrit le 16/09/2014 à 8:21 :
Question maîtrise des coûts, je remarque que la seule catégorie de salariés dont les salaires ont " explosé" à AF, c'est celle des cadres dirigeants. Ces mêmes cadres dirigeants qui n'ont pas vu venir les low cost, qui ont pris des risques qui ont coûté cher en matière de couverture carburants, et qui ont contraint l'entreprise à payer des amendes colossales suite à des ententes tarifaires illégales dans le cargo.
Réponse de le 16/09/2014 à 10:05 :
@serge .vous avez raison ,mais ils ne sont que de passage ces grands commis de l'etat , de cabinets ministeriels à la direction de grandes societes , ils ne craignent jamais pour leur avenir et peu importe leur gestion calamiteuse

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :