Le train qui ne s'arrête jamais, la nouvelle folie chinoise

 |   |  436  mots
Au stade des innovations déjà expérimentées par la Chine dans le domaine du transport ferroviaire, le JR-Maglev, train à sustentation électromagnétique conçu au Japon dont le dernier modèle en phase de test pourrait évoluer à 500 km/h. Une ligne est en place à Shanghai depuis début 2003.
Au stade des innovations déjà expérimentées par la Chine dans le domaine du transport ferroviaire, le JR-Maglev, train à sustentation électromagnétique conçu au Japon dont le dernier modèle en phase de test pourrait évoluer à 500 km/h. Une ligne est en place à Shanghai depuis début 2003. (Crédits : Reuters)
Faire tous ses trajets de train sans devoir s'arrêter à chaque station ? Ce concept chinois de train "qui ne s'arrête jamais" ambitionne de rendre ce désir possible.

Il prend littéralement ses passagers au passage. Ce concept chinois de train ne s'arrêtant pas en gare, mais parvenant tout de même à faire monter ses passagers à son bord, a tout d'une de ces devinettes complètement insolubles. Pourtant, le fonctionnement de ce "train qui ne fait pas d'arrêt en gare", tel qu'il est dénommé par son concepteur Chen Jianjun, a cela d'ingénieux qu'il est relativement simple à comprendre, comme le montre la vidéo de présentation relayée par Business Insider.

Une "prise en vol" économe en temps... et en énergie

Les passagers attendent sur une plateforme en hauteur, placée au-dessus du train prêt à faire son entrée en gare. Ils pénètrent alors dans un compartiment placé contre le quai, et attendent que celui-ci s' "accroche" au train qui passe en dessous. Dans le même temps, un autre compartiment situé sur le train se décroche contre le quai, permettant aux passagers parvenus à destination de descendre. Il suffirait simplement à ceux-ci de monter du train au compartiment, avant de descendre sur le quai.

Le but justifiant une telle innovation est double, selon les concepteurs du projet : faire gagner du temps de trajet à chaque passager et... économiser l'énergie consommée pour freiner et redémarrer le train à chaque arrêt.

Du rêve à la réalité

Dans l'Eldorado des trains que constitue la Chine, qui est parvenue dans la dernière décennie à relier presque toutes ses grandes villes entre elles par des trains à grande vitesse et compte même être reliée aux États-Unis par le rail et un tunnel sous-marin, un tel projet n'est pas étonnant.

Cependant, si la vidéo de présentation de ce train futuriste a atteint près de 2 millions de vues sur Youtube, aucune trace de réalisation concrète de ce projet n'existe encore. Peut-être parce que, comme le signale The Atlantic, ce n'est pas forcément un problème urgent d'attendre quelques minutes de plus à chaque station...  sauf peut-être si on prend l'exemple, comme le font les concepteurs du projet, le trajet entre Beijing et Guanzhou - le plus long du monde - comportant 30 stations pour 5 minutes d'arrêt à chaque arrêt. Le temps gagné serait alors tout de même de 2 heures et 30 minutes !

Peut-être tout simplement parce que l'idée, qui tient pour l'instant à cette unique vidéo, ne sera pas réalisable avant encore quelques années. De quoi la laisser germer dans les esprits, et passer du statut de petite astuce pratique à celui d'innovation indispensable au monde des transports ferroviaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2014 à 2:38 :
C est hallucinant les commentaires , avant de parler du maglev faudrait peut être l avoir vu .Quand on parle pour rien dire c est rigolo. Le maglev dispose uniquement d un seul arrêt. donc il relie rien juste un l aéroport a la ville . Du coup l article est inutile car il est obliger de s arrêter pour repartir dans l autre sens. Et en therme de vitesse 240 en moyenne en utilisation .
a écrit le 22/11/2014 à 22:08 :
Pourquoi folie? Il faut apprendre à titré les articles avec un esprit un peu plus ouvert.
a écrit le 21/11/2014 à 11:13 :
Le Transrapid (et non Maglev) utilisé à Shanghai ne file "qu'à" 400km/h, et non 3500, et il a été fait par les allemands de Siemens, qui ont d'ailleurs abandonné cette technologie faute de débouchés et suite à leur accident sur leur ligne d'essai. Mais dès qu'on parle de la Chine, qui s'intéresse à la réalité ?...

@Job Serve : l'espace à bord du TGV est un choix commercial de la SNCF (qui préfère tasser les gens pour vendre plus de billets), pas un choix technologique d'Alstom. On peut tout à fait faire des TGV avec 2 fois moins de sièges, c'est le client qui décide ! Par contre, en termes de confort à bord (amortissement, insonorisation...) et de sécurité, ça reste ce qui se fait de mieux.
a écrit le 20/11/2014 à 16:43 :
si c est vraiment possible , bravos,? IL NON PAS FINIE DE NOUS ETONNEZ???
a écrit le 20/11/2014 à 12:43 :
Les passagers semblent être transférés en douceur, ils seraient cependant soumis à une accélération de 7g, 7 fois la pesanteur, de quoi vomir son 4 heures!
Réponse de le 20/11/2014 à 13:57 :
effectivement lorsque la nacelle se rattache au train il faut que cela soit progressif (et c'est le cas sur la vidéo: on voit la nacelle s'attacher au début du train puis prendre progressivement de la vitesse jusqu’à arriver vers la fin du train).

Toute la question est de savoir si la longueur d'un train est suffisante pour que la nacelle acquiert la vitesse du train sans que son accélération soit trop violente.
Réponse de le 20/11/2014 à 18:13 :
Mon calcul prend en compte un train de 300 mètres de long, déjà pas mal.
a écrit le 20/11/2014 à 10:39 :
Le MAGLEV est un train ALLEMAND.....
a écrit le 20/11/2014 à 10:15 :
Ce concept n'a rien de nouveau: il figurait par exemple dans vieux numéro de La Vie du Rail consacré aux projets des lecteurs, avec des wagons accrochés et détachés en marche. Sinon, attention à ne pas confondre non plus le roulement fer / fer et la sustentation magnétique, ni les Chinois et les Japonais: pas de trace d'un 503km/h en Chine...
a écrit le 20/11/2014 à 0:58 :
L'occident a l'habitude de dire que les Chinois sont incapables d'avoir des idées...la preuve que si. Comme quoi la créativité n'est pas occidentale, mais universelle...
Réponse de le 20/11/2014 à 10:39 :
Ils ont bien inventé le feu d'artifice, et d'autres choses. Sont malins les chinois, et sont réveillés ("Quand la Chine s'éveillera", ça y est).
Réponse de le 20/11/2014 à 17:29 :
Raison de plus pour ne plus leur faire de cadeau, comme en remplaçant les cotisations sociales salariales et patronales françaises par la TVA ! que les produits chinois paieraient aussi.
Réponse de le 24/11/2014 à 19:18 :
toi t'as rien compris, c'est fabriqué en chine, mais les patrons sont français...LOL
a écrit le 19/11/2014 à 20:39 :
"capable d'atteindre la vitesse de 3500 km/h" bigre ! Plus rapide que le Concorde ?
Et le mur du son ?
a écrit le 19/11/2014 à 19:57 :
ils sont fous ces chinois ! mais c'est bon de sentir l'énergie nécessaire à l'innovation technologique
a écrit le 19/11/2014 à 18:51 :
Y'a encore une quinzaine d'année, certains économistes français disaient: l’économie chinoise n'est qu'un grand atelier de confection...
Réponse de le 19/11/2014 à 19:43 :
Et ils le diront encore pendant la prochaine quinzaine d'années, les Français n'aiment pas ce qui a du succès mais que n'est pas français.
a écrit le 19/11/2014 à 18:23 :
Belle idée. On peut raisonnablement penser qu'il restera pas mal d'épreuves à résoudre avant que l'aspect sécuritaire ne soit résolu ... le but d'un train étant d'être sûr ...
D'autre part, il ne faudra pas qu'il y est "trop" de personne voulant descendre ou monter ...

Contrairement à JobServe, je serai plus positif sur le nouveau "TGV" français. En effet, il s'appelle AGV et non plus TGV. Et il fait le poids. Ses multiples innovations technologiques en font un train très intéressant, du point de vue confort, modularité et économie d'énergie.

Par contre, d'accord avec vous sur l'aspect "politique". Un contrat signé, ça s'honore.
Réponse de le 19/11/2014 à 18:49 :
L'AGV est déjà en fonction en Italie,dans la société privée NTV a participation SNCF.Montezemolo (encore lui) Président.
a écrit le 19/11/2014 à 17:22 :
En France, on est très mal chahuté (surtout du côté Alstom, SCNF…) après le vif succès du nouveau train à haute vitesse chinois, il y a deux semaines de cela. Ce bolide a même dépassé les 503 km/h étant plein de passagers et avec la traction et roues standards (contrairement au recorde français où il y avait une poignée d'autorités à bord seulement, deux tractions et les roues avaient été diminuées en diamètre pour rendre le train plus rapide.) En plus, le THV chinois est bien plus spacieux que notre TGV, un plus pour le confort surtout en longs trajets.

Un autre source de dépit pour nos chers journalistes spécialisés : la Russie vient d'inviter des investisseurs étrangers pour participer à la modernisation du Transsibérien et de la Magistrale Baïkal-Amour dans la région orientale de Russie. À l'évidence, les trains à haute vitesse japonais et chinois sont de loin ceux qui ont la cote, devant les allemands et italiens.

Le TGV français ne fait pas le poids, mais il resterait encore une chance (quoique remote) d'aller aux finalistes par des moyens économiques (vous avez compris, n'est-ce pas?) et politiques. Cependant, les sociétés françaises (notamment Alstom) n'ont pas le vente en poupe ; et politiquement, la France après cette hideuse affaire des Mistral à la Russie, est devenue "le fournisseur a être évité" selon quelques analystes.

Donc, nos médias n'ont leurs yeux que pour pleurer; et leurs claviers que pour faire du China bashing. Et ce n'est qu'un début.

Bref, quoi de neuf ?
Réponse de le 19/11/2014 à 20:20 :
En France ce concept ne fonctionnera pas. Pour ça il faudrait que la SNCF ait de quoi entretenir les rails. Et comme ils n'arrivent déjà pas à le faire avec des standard, imaginer qu'ils les remplacent devient irréaliste.
Réponse de le 20/11/2014 à 13:22 :
...avez vous un lien qui parle de ce "vif succès"?
en cherchant je ne trouve que des articles qui parlent de ce que le gouvernement chinois veut faire, du succès de ce nouveau mode de transport auprès des chinois ou encore des problèmes d'alimentation électrique.

Quant à la voie passant par la Russie, le Canada et les Etats Unis j'ai pu lire que les Chinois et les Russes étaient pour par contre de l'autre coté de l'océan c'était plus tiède comme réactions...

Le TGV - et maintenant l'AGV - font le poids la différence c'est que sur des petites distances comme celles que l'on a en Europe on a compris depuis longtemps que l'on ne gagnait quasiment rien en allant plus vite de 10,20 ou 50km. L'essentiel du temps est perdu en accélération et deccélération (d'où l'intéret de cet article).
De plus les lignes principales sont saturées : sur un paris marseille aux heures de pointes les TGVS se suivent à 15 minutes! (voir beaucoup moins sur les portions classiques).
Et c'est pour cela que l'on a investis dans les duplex ou encore l'agv (pour récupérer l'espace des motrices).

Autre petit détail: la Chine est un grand pays et de faire de grande distance en train c'est quelque chose de naturel. En Europe c'est un peu plus compliqué. Pourtant il suffit de vouloir réserver un billet en Eurostar, Thalys & Co pour s’apercevoir que le succès est au rendez vous!

Bref vous reprochez le china bashing mais vous etes en plein french bashing...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :