Un TGV de la Chine aux Etats-Unis ?

 |   |  390  mots
ici, un train quittant Shangai. Le Chine-Russie plus Amérique roulerait à une vitesse moyenne de 350 kilomètres par heure. Le voyage durerait deux jours. (Photo: Reuters)
ici, un train quittant Shangai. Le "Chine-Russie plus Amérique" roulerait à une vitesse moyenne de 350 kilomètres par heure. Le voyage durerait deux jours. (Photo: Reuters) (Crédits : Reuters)
Selon les médias officiels du régime chinois, Pékin étudierait un projet de train à grande vitesse qui parcourra 13.000 kilomètres, dont 200 sous l'océan Pacifique.

La Chine examine la possibilité de construire une voie ferrée pour des trains à grande vitesse menant jusqu'aux Etats-Unis, ont annoncé vendredi les organes de communication officiels du régime chinois (notamment le Beijing Times et le China Daily), cite par The Guardian. Une ligne de 13.000 kilomètres, qui partirait du Nord-Est de la Chine, traverserait la Sibérie, passerait au travers d'un tunnel creusé sous l'océan Pacifique, pour ensuite sillonner l'Alaska et le Canada, avant d'atteindre la frontière continentale américaine.

Un tunnel de 200 kilomètres

Le parcours, qui à une vitesse moyenne de 350 kilomètres par heure durerait deux jours, dépasserait ainsi de 3.000 kilomètres celui du célèbre Transsibérien. Le tunnel traversant le détroit de Bering entre la Russie et l'Alaska mesurerait à lui seul 200 kilomètres: quatre fois celui sous la Manche.

A ce propos, un expert de l'Académie chinoise d'ingénierie, Wang Mengshu, a expliqué au Beijing Times:

"Actuellement nous avons déjà des discussions en cours. La Russie envisage ce projet depuis des années".

Selon le China Daily, "le projet sera financé et construit par la Chine. Les détails doivent encore être finalisés".

Trosi autres projets en cours

Le projet, surnommé ligne "Chine-Russie plus Amérique", soulève toutefois beaucoup de perplexités, souligne The Guardian. Selon le journal, il n'apparaît pas clairement si la Russie, les Etats-Unis et le Canada ont été consultés. A cela s'ajoutent les problèmes techniques, notamment découlant de la construction du tunnel, qui serait le plus long du monde.

Mais selon le China Daily, la technologie est "déjà en place" et sera utilisée dans le projet d'un train à grande vitesse entre le Sud-Est de la Chine et Taiwan.

Le Beijing Times affirme en effet que trois autres lignes de trains à grande vitesse reliant la Chine à d'autres pays seraient prévues. La première partirait de Londres, traverserait Paris, Berlin, Varsovie, Kiev et Moscou, puis se séparerait en deux, pour atteindre la Chine d'un côté via le Kazakhstan, de l'autre à travers l'Est de la Sibérie. La deuxième ligne irait de l'Allemagne à Urumqi, dans l'Ouest chinois, via la Turquie, l'Iran, le Turkmenistan, l'Uzbekistan et le Kazakhstan. Le troisième conduirait de Singapour à Kunming, au Sud-Est du pays, par un chemin encore à déterminer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2014 à 11:22 :
Heu oui mais en photo la c est un train allemand! Le seul non chinois de toute la chine et le journal choisit celui la. Un peu de serieux journalistique serait bien venu
Réponse de le 12/05/2014 à 16:46 :
Un grand merci, Goupil, pour la correction.
a écrit le 10/05/2014 à 17:39 :
C'est du canular pur et dur, mais voyons ! un voyage en train entre Pékin et Anadir (5'300 km), par exemple, même qu'à 400 ou 500 km/h ça prendrait autour de 15 heures de voyage, dans le meilleur des cas.

Ajoutons-y le double (ou presque) sur le continent américain jusqu'à New York, cela ferait 30 heures dans un train en voyant le paysage passer en haute vitesse !!! la barbe quoi !... de loin préférable d'allez de Pékin à New York par avion ou même en bateau, depuis Shanghai.

Des balivernes !...
a écrit le 10/05/2014 à 16:03 :
INNOVATION DE RUPTURE ou MOURIR :
La technologie rail roue est du 19ème siècle. Elle va être vite dépassée pour les très grandes voies de circulations nouvelles longues distances.
Si la France veut redevenir Leader en matière de transport de masse de voyageur, elle doit se libérer de son marché intérieur conditionné par les contraintes financières et culturelles de la SNCF, et proposer de nouvelles solutions comme le tube sous vide capable de dépasser les vitesses de 1000 Km/h. Ce débat a déjà eu lieu en France pour le train à lévitation au 20ème siècle.
Cela est intéressant pour des trajets urbains, péri urbain et de type TGV.
Il est nécessaire d’imaginer un développement révolutionnaire pour l’exportation du marché du 21ème siècle. Une vision nouvelle est nécessaire.
La France a tous les atouts technologiques pour le faire.
Pour cela, il faut redéfinir l’équipe Ferroviaire France et ses objectifs qui ne peuvent se limiter au développement des technologies existantes, même avec une innovation incrémentale.
Il faut provoquer l’innovation de rupture avant que nos concurrents ou ne nouvelles sociétés s’en emparent.
C’est juste mon avis.
a écrit le 10/05/2014 à 15:03 :
Le TGV Pékin-New York sera-t-il français aussi ?
Réponse de le 10/05/2014 à 19:31 :
Quelle niaserie, comme si les chinois n'avaient pas leur TGV déjà...
Réponse de le 10/05/2014 à 20:57 :
Et un tgv qui a de la gueule.
a écrit le 10/05/2014 à 10:09 :
"Trosi autres projets en cours" Bien vous relire avant de publier!
a écrit le 10/05/2014 à 8:24 :
Cet article n'a aucun sens, un ramassis de choses incohérentes, sûrement une blague.... En tout cas je ne savais pas que la Tribune se devait de relayer la désinformation des médias chinois officiels.
a écrit le 10/05/2014 à 2:18 :
Qui voudra passer 48h dans un TGV ? Sur de telles distances il ne peut concurrencer l'avion.
a écrit le 09/05/2014 à 23:37 :
Aie aie aie les importations de cannabis en chine ont fortement augmenté ces derniers jours ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :