Air Caraïbes confirme son projet de racheter Corsair

 |   |  389  mots
(Crédits : DR)
Actionnaire d'Air Caraïbes, le groupe Dubreuil confirme le projet de rachat de Corsair. Il sera présenté en comité d'entreprise jeudi. Une conférence de presse est prévue vendredi pour détailler cette acquisition.

C'est confirmé. Quinze jours après la révélation dans nos colonnes du projet d'Air Caraïbes de racheter Corsair au groupe TUI, les deux entreprises ont officialisé le mariage. Ce dimanche soir, dans un communiqué commun, le groupe Dubreuil, actionnaire de Corsair, et TUI ont expliqué qu'"un Comité d'Entreprise extraordinaire était convoqué le 19 février pour ouvrir une information en vue de la consultation du comité d'entreprise de Corsair sur le projet de rachat de la compagnie Corsair International par le Groupe Dubreuil".

Une conférence de presse est prévue dans la foulée le vendredi 20 février en présence de Jean-Paul Dubreuil, président du conseil de surveillance du groupe Dubreuil et d'Air Caraïbes, de Marc Rochet, président du directoire d'Air Caraïbes et de Pascal de Izaguirre, président de TUI France et PDG de Corsair International.

Quel impact pour les salariés?

 Depuis des années, Air Caraïbes affiche une santé insolente dans le ciel français quand la compagnie Corsair, en dépit de gros efforts de redressement, n'est jamais revenue à repasser dans le vert. Une situation qui a poussé le groupe TUI à s'en séparer. De grosses questions sont en suspens. Quel sera le périmètre de la reprise ? Que fera Air Caraïbes des B747 de Corsair ? Y-aura-t-il un plan social et si oui quelle en sera l'ampleur? Aujourd'hui Corsair compte près de 1.200 salariés et sept avions, 4 A330 et 3 B747-400. 450 personnes ont déjà quitté l'entreprise dans la cadre du plan Take off.

Ce rachat va également changer la donne sur les Antilles dans la mesure où le nouvel ensemble Air-Caraïbes-Corsair va doubler Air France sur l'axe reliant la métropole aux Antilles. Sur les dix premiers mois de l'année 2014, Corsair détenait 22% de parts de marché sur le trafic entre la Métropole et les Antilles derrière Air France (43%, quasiment stable), Air Caraïbes (30%, + 2 points) et devant XL Airways (5%, -2,5 points).

Air Caraïbes et Corsair sont déjà liées depuis 2012 par un accord commercial, dit "de partage de codes" sur des lignes desservant les Caraïbes et l'Océan Indien. Leur rapprochement au sein du même groupe Dubreuil marquerait le début d'une consolidation du secteur sur ces zones géographiques particulièrement concurrentielles,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2015 à 16:29 :
3 fusions sur 4 ne fonctionnent pas. Bon courage ...
a écrit le 16/02/2015 à 13:11 :
Bonjour,
TUI va devoir lâcher encore beaucoup d'argent pour financer le plan social (enveloppe très certainement inclus dans la vente au groupe Dubreuil). Sachant que les pilotes 747 vont certainement être remerciés et que les syndicats PNC ont dénoncé des accords internes (on parle d'une enveloppe de près de 15 millions d'euros due aux navigants ) bientôt jugés et actés par le tribunal administratif.
La question est de savoir pourquoi le groupe TUI a t il continué à financer corsair pendant des années à coup de millions d'euros sachant que cette entreprise était déficitaire ?? TUI avait il intérêt à renflouer corsair ??
La fusion avec Air Caraïbes laissera des traces sociables indéniables,les effectifs sols en première ligne.Reprendre Corsair me semble une opération plus que délicate sachant que Air Caraïbes affiche des comptes plus qu'honorable.
a écrit le 16/02/2015 à 12:00 :
le saviez vous ?
de broglie se prononce : DE BREUIL
famille italienne de turin...
a écrit le 16/02/2015 à 1:25 :
Un coefficient de remplissage de 87% (chiffres données par Corsair) ne constitue en aucun cas une surcapactié
Réponse de le 16/02/2015 à 3:50 :
La surcapacité n'est pas forcément liée au taux de remplissage. En cas de surcapacité, les compagnies ont tendance à brader leurs billets pour se faire de la trésorerie. Le taux d'occupation reste élevé mais la recette unitaire diminue ce qui ne permet plus de rentabiliser les vols.
a écrit le 16/02/2015 à 0:27 :
Combien l'actionnaire TUI a-t-il perdu dans cette histoire ...? Recapitalisation....
Que faire des 747( question posée ci dessus) sachant que tous les avions y compris A330 avaient de nouvelles cabines depuis 2 ans...
Ça risque de saigner dans les effectifs au siège de Corsair avec les doublons (rh, marketing, technique, nav,....)

Réponse de le 16/02/2015 à 12:36 :
Et pourquoi donc qu'en savez vous? TUI y a vu son propre intérêt*; la location des ses avions lui rapporte*;;;;
a écrit le 15/02/2015 à 23:56 :
Le dernier paragraphe qui nous explique qu'il est souhaitable de réduire l'offre pour monter les prix, et le profits est plus que contestable.

Il y a déjà une situation d'entente à la limite de la légalité, l'UE na va peut-être pas laisser faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :