La France n'est pas la championne d'Europe des taxes spécifiques au transport aérien

 |   |  577  mots
(Crédits : Kevin Lamarque)
Selon l'association Airlines for Europe, les taxes spécifiques au transport aérien européen se sont élevées à 3,6 milliards d'euros au Royaume-Uni en 2017, contre 1,1 milliard en Allemagne et 600 millions en France et en Italie. En revanche, ces chiffres ne tiennent pas compte du coût du financement de la sûreté et du poids des charges sociales qui pénalisent les compagnies françaises. Selon une étude de PricewaterhouseCoopers, la suppression des taxes spécifiques permettrait d'augmenter le trafic vers la France et de faire progresser de 1,6 milliard d'euros le PIB de la France d'ici à 2020.

En plein pendant les Assises du transport aérien, le document casse certaines idées reçues. Contrairement à l'idée largement répandue en France, y compris parmi les professionnels du transport aérien, les taxes spécifiques au transport aérien en France ne sont pas les plus élevées d'Europe.

Le  Royaume-Uni, champion d'Europe des taxes

Selon un document de l'association Airlines for Europe (A4E), qui regroupe une quinzaine de compagnies aériennes européennes dont Air France et KLM, elles ont pesé en 2017 pour 600 millions d'euros dans l'Hexagone, contre 1,1 milliard d'euros en Allemagne et 3,6 milliards d'euros au Royaume-Uni, qui, à lui seul, avec notamment le poids exorbitant de l'Air Passenger Duty (de 13 à 146 livres par voyageur), a représenté un peu moins de la moitié des taxes spécifiques du transport aérien européen.
Pour la France, l'association a pris en compte la taxe de l'aviation civile, la taxe dite de solidarité, et une taxe sur les passagers voyageant en Corse.

Taxes, transport aérien, passagers, coût, Union européenne, Airlines for Europe, étude,

[Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir. Crédit A4E]

Difficile toutefois de tirer les conclusions sur les écarts de compétitivité entre les différents pays et entre les compagnies originaires de chaque pays, notamment entre les trois poids lourds du secteur en Europe, Air France, Lufthansa ou British Airways. Car il faut tenir compte également du financement de la sûreté, des redevances aéroportuaires, et du niveau de charges sociales.

Taxes, transport aérien, passagers, Union européenne

[Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir. Crédit A4E]

Le coût de la sûreté et les charges sociales pénalisent les compagnies françaises

Si les redevances aéroportuaires sont plus élevées à Londres et à Francfort qu'à Paris, le financement de la sûreté en particulier n'est absolument pas le même d'un pays à l'autre. En France, il pèse pour plus de 1 milliard d'euros et repose entièrement sur les compagnies et les passagers via la taxe d'aéroport quand, en Allemagne par exemple, il est en partie pris en charge par les Länder. "Les coûts de sûreté sont supérieurs de 35% à la moyenne européenne", indique la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam).

Le document d'Airlines for Europe n'évoque pas non plus le poids des charges sociales, largement défavorables aux compagnies basées en France. Selon Air France, l'écart sur ce point par rapport à Lufthansa serait de 400 millions d'euros en faveur de la compagnie allemande.

Reste à voir si la prise en compte de tous ces paramètres explique à elle seule la différence de performance opérationnelle qui sépare Air France de Lufthansa et de British Airways. Vu l'ampleur de cet écart (1 milliard d'euros en 2017 avec la compagnie allemande, et 1,3 milliard avec British Airways), une partie ne peut s'expliquer que par des coûts intrinsèques à la compagnie française supérieurs.

La suppression des taxes serait bénéfique à l'Etat

Airlines for Europe plaide pour la suppression des taxes spécifiques qui pèsent sur le transport aérien français. Pour justifier sa demande, l'association explique qu'une telle mesure serait bénéfique à la France. Se basant sur une étude de PricewaterhouseCoopers, cette suppression des taxes spécifiques permettrait d'assurer 5 millions de vols supplémentaires en France d'ici à 2020, et d'accueillir 3,8 millions de touristes supplémentaires, lesquels feraient augmenter les dépenses touristiques de 1,1 milliard d'euros. Associés à une hausse de la TVA, de tels revenus permettraient à l'Etat d'augmenter son PIB de 1,6 milliard d'euros par an d'ici à 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2018 à 8:35 :
Toutes ces pseudo "études" passent très discrètement sur le fait que le transport aérien intra-européen jouit d'une subvention annuelle de l'ordre de six milliards, du simple fait qu'on lui a conservé une exemption totale de TVA, en contravention totale avec les dispositions de l'Acte unique.
Et la détaxe, tout aussi totale, sur les carburants, vient en plus, malgré un taux de pollution proche de l'automobile.
a écrit le 09/07/2018 à 21:53 :
Les taxes atteignent-elles un volume supérieur au Royaume Uni parce que les taux sont y plus élevés ou parce que le transport aérien y est plus important et plus florissant ? Dites-nous...
a écrit le 09/07/2018 à 13:27 :
Le transport aérien est , selon moi, le secteur par excellence qui devrait avoir une gestion européenne :
Un niveau européen identiques pour tous les états adhérant à cette gestion européennes, des taxes applicables, de la prise en charge des frais de sécurité, des taux de charges sur les salaires (au moins patronales) et des taux d'IS... l'europe à géométrie variable !

Mais il n'empêche que, même si il y a 400 millions d'euro de charges sociales en plus pour AF par rapport à un siège en Allemagne, celà n'explique donc pas la différence de compétitivité d'AF par rapport à LH ou IAG !!! Il est indispensable pour la compagnie française de remettre à plat la productivité de son personnel, en particulier les pilotes ! (mais pas seulement...)
Réponse de le 09/07/2018 à 17:11 :
@lyonnais : vous avez raison, mais le degré d'irresponsabilité du SNPL laisse mal augurer de l'avenir d'AF....c'est pourquoi je suis favorable à une sortie de l'Etat du capital d'AF, à une gestion professionnelle par des spécialistes du transport aérien, et si le SNPL persiste dans sa greviculture, à une dissolution d'AF suivie de la constitution d'une nouvelle société.... mais sans les pilotes du SNPL....
Réponse de le 10/07/2018 à 17:45 :
Curieux, je me souviens pourtant bien d'un article du Figaro parlant de la n-ième greve de Lufthansa dont le PDG disait que ces pilotes gagnaient 15% de plus que ceux... d'Air France et que les mieux payés en Europe étaient ceux de... KLM ( deux compagnies qui performent bien mieux qu'AF). Et comme je vous vois arriver sur le sujet des heures de vol, sachez que ceux affectés sur long courrier sont pour la plupart autour de 800 ou 850h. Ceux du moyen courrier volent moins, c'est vrai, mais c'est la compagnie qui fait les plannings, pas les pilotes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :