Air France : après le choc, on fait quoi maintenant ?

 |   |  828  mots
L'annonce du plan B auquel ne croyaient pas les dirigeants du SNPL  (ni ceux des PNC) et les incidents de mardi, vont-ils les pousser à non seulement revenir à la table des négociations mais aussi tenter de trouver un terrain d'entente avec la direction et éviter du coup des licenciements ?
L'annonce du plan B auquel ne croyaient pas les dirigeants du SNPL (ni ceux des PNC) et les incidents de mardi, vont-ils les pousser à non seulement revenir à la table des négociations mais aussi tenter de trouver un terrain d'entente avec la direction et éviter du coup des licenciements ? (Crédits : Reuters)
Pour certains syndicalistes, les agressions contre des dirigeants de la compagnie et le flop de l'appel à la grève au sol, écartent en partie l'hypothèse d'un mouvement de grève dur, au moins chez les personnels au sol et les pilotes. Seule incertitude, les hôtesses et stewards.

Et maintenant ? C'est la question qui se pose après les incidents intervenus ce lundi en marge du Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France, où sept personnes, dont Xavier Broseta, le directeur des ressources humaines de la compagnie, ont été agressés par des salariés. Faut-il voir dans ces actes le point de départ d'un conflit social long et dur pour tenter de contrecarrer le plan de restructuration de la compagnie et ses 2.900 suppressions de postes ? Ou, au contraire, l'impossibilité pour les syndicats d'utiliser désormais l'arme de grève ? Certains syndicalistes penchent pour la deuxième solution, au moins pour les pilotes et le personnel au sol. « Ce qui s'est passé hier est évidemment contre-productif. Tout le monde est contre nous, l'opinion, les politiques....», explique un syndicaliste sol qui fait part de sa honte.

Flop de la grève de lundi

Et de poursuivre :

« Les pilotes sont vaccinés par la grève de septembre de 2014 qu'ils considèrent comme un échec. Par ailleurs, le SNPL aurait du mal à mobiliser la base qui prend ses distances. La direction du SNPL aurait beaucoup à perdre ».

Un point de vue en partie partagé par un membre du SNPL. S'il considère que l'appel à la grève des pilotes risquerait d'être peu suivi, il estime que la direction du SNPL est renforcée par "la communication agressive de la direction à leur égard".

Quant aux syndicats au sol, ils réfléchiront à deux fois avant d'y aller. L'appel à la grève de la CGT, FO et Sud Aérien pour ce lundi, jour de l'annonce du plan de restructuration de la compagnie a été peu suivi.

«Tous les vols ont été assurés et même avec une ponctualité supérieure à l'accoutumée» explique un proche de la direction.

Incertitude chez les PNC

Pour certains syndicalistes la seule incertitude concerne les syndicats de personnels navigants commerciaux (PNC).

« Cela peut effectivement démarrer chez eux », fait valoir un syndicaliste.

Pour autant, du côté de la direction, on estime qu'il n'est pas inenvisageable de signer dans les trois mois un accord sur la révision de l'accord collectif qui court jusqu'en octobre 2016.

Cela paraît néanmoins difficile dans la mesure où deux des trois syndicats représentatifs chez les PNC, le SNPNC et l'Unsa PNC, ne partagent pas la nécessité de faire des efforts supplémentaires. "Pour eux, leur priorité est de préserver les acquis", fait valoir un syndicaliste sol. La pression risque de monter au fur et à mesure que la menace de licenciements secs approchera.

A défaut d'accord sur des mesures de productivité, la direction a en effet indiqué que des départs contraints n'étaient pas exclus.

Conseil du SNPL le 8 octobre

Plusieurs observateurs estiment que si les pilotes s'engageaient sur la voie de la négociation, les PNC pourraient suivre. Pour autant, les pilotes sont méfiants. Lors de la signature du plan précédent Transform en 2012, ils avaient été avec les syndicats sol les premiers à signer, tandis que les PNC avaient rejeté l'accord pour en renégocier un plus avantageux quelques mois plus tard. Ce fut d'ailleurs un des éléments qui ont provoqué la fracture entre la direction et le SNPL.

«Si nous signons, les PNC le feront-ils aussi ? Croyez-vous que la direction va aller négocier une baisse des coûts de 40% chez les PNC (l'écart de compétitivité avec les concurrents selon la direction, ndlr) à quelques mois de l'élection présidentielle de 2017? », explique un pilote.

C'est pour cela que la direction veut aligner les calendriers de négociations entre les pilotes et les PNC au cours des trois prochains mois. « Dans tous les cas, une fois que les avions seront annulés, il sera trop tard », rappelle-t-on à la direction.

L'annonce du plan B auquel ne croyaient pas les dirigeants du SNPL  (ni ceux des PNC) et les incidents de mardi, vont-ils les pousser à non seulement revenir à la table des négociations mais aussi tenter de trouver un terrain d'entente avec la direction et éviter du coup des licenciements ?

La direction dispose de moyens de pression sur le SNPL. A défaut de négociation sur la manière de réduire les coûts des pilotes, la direction ne négociera pas les accords de périmètre qui s'achèvent fin mars 2016. Ces accords sont cruciaux pour les pilotes car ils définissent la part d'activité qui revient aux pilotes d'Air France lorsque la compagnie exploite des vols en code-share ou en joint-venture avec des compagnies partenaires.

 Autre moyen de pression, à défaut d'accord, la répartition de l'activité d'Air France et de KLM au sein d'Air France-KLM ne pourrait être respectée selon un proche du dossier. Elle est aujourd'hui de 2/3-1/3 en faveur d'Air France, conformément au poids de chacune des deux compagnies.

De quoi alimenter le prochain conseil du SNPL qui se tient jeudi 8 octobre. Il s'annonce une nouvelle fois animé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2015 à 7:52 :
Honnêtement, avons-nous à faire à une société privée ou à une société d’Etat ?
Même si l‘Etat est actionnaire à hauteur de 17%, il en demeure un état d’esprit digne d’une Régie et non d’une société privée. Cela encourage d’une part les agissements terroristes voir d’extrémistes membres de nos chers syndicats trotskystes et d’autre part le corporatisme élitiste des pilotes.
AF sera rachetée et disparaitra en tant que telle. L’économie réelle est mondialisée et c’est le meilleur qui gagne.
AF fait moins bien que ses concurrents et ses salaries devraient le comprendre sinon ils finiront comme la SNCM. A noter que les débordements survenus sont dignes de ceux pratiqués par les casseurs de la SNCM.
a écrit le 07/10/2015 à 12:44 :
J'ai voyagé professionnellement sur cette compagnie pendant des années. Je l'ai vu se dégrader un peu plus tous les ans, alors qu'elle était la N°1 au monde. Aujourd'hui pour mes voyages de loisir je prends soin de l'éviter.... Quel gâchis !!!!!!!
a écrit le 07/10/2015 à 12:44 :
J'ai voyagé professionnellement sur cette compagnie pendant des années. Je l'ai vu se dégrader un peu plus tous les ans, alors qu'elle était la N°1 au monde. Aujourd'hui pour mes voyages de loisir je prends soin de l'éviter.... Quel gâchis !!!!!!!
a écrit le 07/10/2015 à 12:44 :
J'ai voyagé professionnellement sur cette compagnie pendant des années. Je l'ai vu se dégrader un peu plus tous les ans, alors qu'elle était la N°1 au monde. Aujourd'hui pour mes voyages de loisir je prends soin de l'éviter.... Quel gâchis !!!!!!!
a écrit le 07/10/2015 à 10:45 :
Il ne reste plus que la faillite, il est démontré que syndicats et travail sont devenus incompatibles, et AF est une bonne manière de le prouver et détruire cette idée de lutte des classes qui perverti les syndicalistes.
a écrit le 07/10/2015 à 8:40 :
appel à la greve non suivi :
" tous les vols ont été assurés , et meme avec une ponctualité superieure à l'accoutumée..."
demonstration que l'efficacité n'est pas forcement liée aux effectifs ...
c'est revelateur ? non ?
a écrit le 07/10/2015 à 7:24 :
la violence est subit par les salaries depuis trop d'annee
ceci fait a peut pres quarante ans que l'on supprime des emplois
sans que les dirigeants ne change de methode
maintenant le patronat a le soutien exclusif du 1er ministre qui se dit de gauche
pour reduire encore le nombres de salaries
et tout ceci pour une chemise
et combien de personnes vont se retrouve sans avenir
mais quelle violence
ce n'est pas d'excuser un derapage
mais il vont comprendre quand que les Français sont au bord de la rupture
avec trois defaite au elections il ne comprenent rien de rien
il faut les degager de leur dorure
a écrit le 06/10/2015 à 18:51 :
Air France est bien parti pour disparaître à moyen terme. Et ce n'est pas 2 900 emplois qui seront supprimés mais au moins 10 fois plus ! Le personnel a son avenir entre les mains et doit choisir entre "être concurrentiel", ce qui implique des sacrifices à court terme ou conserver ses avantages acquis coûte que coûte et pointer aux ASSEDIC dans 4 ou 5 ans !
a écrit le 06/10/2015 à 18:51 :
Air France est bien parti pour disparaître à moyen terme. Et ce n'est pas 2 900 emplois qui seront supprimés mais au moins 10 fois plus ! Le personnel a son avenir entre les mains et doit choisir entre "être concurrentiel", ce qui implique des sacrifices à court terme ou conserver ses avantages acquis coûte que coûte et pointer aux ASSEDIC dans 4 ou 5 ans !
a écrit le 06/10/2015 à 15:51 :
"Air France : après le choc, on fait quoi maintenant ?"

Donc, le "choc", c'est l'histoire de la chemise et non les 2900 suppressions d'emplois ,interressant.
a écrit le 06/10/2015 à 14:56 :
comment ça se passe quand une société fait des pertes?les actionnaires doivent remettre au pot et renflouer ladite entreprise.or l'état français est actionnaire principal.utilisons la BPI,bras séculaire de l'état,pour réinjecter des liquidités,le reste des actionnaires suivra.cessons d'etre si négatifs en France!dans 5 ans l'état revendra ses actions avec une plus value énorme et on dira du futur président:Hollande avait bien senti le coup !
a écrit le 06/10/2015 à 14:20 :
@ BONJOUR : de quoi se plaint le camarade VALLS. Comment peut on dialoguer sous la contrainte comme le fait AIR FRANCE, je suis contre la violence mais un vent de révolte se lève, j'espère qu'il va se propager à d'autres secteurs, pour qu'enfin un véritable dialogue social puisse avoir lieu M. VALLS la voix au patronat silence !
a écrit le 06/10/2015 à 13:54 :
Pour contourner les blocages d'une certaine caste minoritaire et pour que l'ensemble des salariés s'expriment, il ne reste plus qu'à faire un référendum à bulletin secret au sein d'Air France. 1 salarié = 1 voix avec des propositions claires, nettes et précises de la direction. On saura enfin ce que veulent la majorité des salariés.
Et comme une majorité de salariés ont compris qu'il valait mieux négocier intelligemment pour que Air France vive et se développe avec les réalités d'aujourd'hui.
Réponse de le 06/10/2015 à 15:03 :
OK pour un vote interne, mais quand Air France aura fait le ménage chez dans les effectifs pléthoriques des Cadres et AMDE pour que le vote ne soit pas biaisée ! Est-ce normal qu'une compagnie aérienne que le premier syndicat chez Air France soit celui des cadres, un syndicat corporatistes comme le SNPL ?
a écrit le 06/10/2015 à 13:53 :
Cette violence est juste inacceptable ! Les syndicats français ne défendent que leurs intérêts et pas celui des personnes qu'ils sont censés défendre. Quand est-ce que l'on va remplacer ces gens qui défendent des dogmes par des personnes capables de proposer un plan réaliste et de négocier dans l'intérêt des salariés au sein l'entreprise ? Quel gâchis !
Une simple photo des événements a anéantis des mois d'effort des structures publiques dont le rôle est de vanter la France à l'étranger. Merci FO et la GCT !
Réponse de le 06/10/2015 à 14:22 :
Les compagnies du Golfe, sont archisubventionnées par leurs Etats respectifs et de ce fait en situation de concurrence parfaitement déloyale avec les compagnies européennes , un avis ?
Réponse de le 06/10/2015 à 15:49 :
ALa chose

Rien à voir avec votre réponse hors sujet;
la France et son appareil productif est devenu totalement ingérable,et il est à redouter que les activités soient délocalisées encore plus et celles pouvant voir jour ,soit effectives hors hexagone.
quand à faire venir des emplois étrangers sur le territoire,souvenez vous de Continental et du jugement américain.
a écrit le 06/10/2015 à 13:41 :
Bravo ! Air France c'est la fin ! L'image parcours le monde !
Réponse de le 06/10/2015 à 16:22 :
Oulala ,quelle histoire.
a écrit le 06/10/2015 à 13:03 :
SYNDICATS et PILOTES (devenus obsoletes.) intransigeants sont les SEULS RESPONSABLES de cette CASSE qui n'est qu'un DEBUT ; On parle ensuite des PNC. Mais le "C" est devenu inutile ! Dans les cabines le personnel est le plus souvent DISCOURTOIS et NON DISPONIBLES. Au sol, présentez-vous à un comptoir d'enregistrement ou à un comptoir COMMERCIAL, là encore, vous reconnaîtrez facilement les personnels AIR FRANCE à coté des autres... Chez AF on finit de raconter son week-end avant de s'intéresser à votre présence et vous faire comprendre que VOUS DERANGEZ... C'est à un point tel que de grands groupes français ont donné pour mot d'ordre à leur service "voyages" : TOUT SAUF AF...
Réponse de le 06/10/2015 à 16:19 :
Allez donc boire une camomille pour vous calmer...
Réponse de le 07/10/2015 à 10:04 :
Dans les années 1990 un pilote de ligne pouvait sur ses heures de repos
piloter un avion de transport de fret pour aller en grece charger des haricots
vert et gagner 7000 frs ( peut être non déclarés? )
a écrit le 06/10/2015 à 12:44 :
" Moyen de pression " toujours la dialectique de la lutte des classes. Est il possible d'avoir une réflexion commune,dans l'intérêt de l'entreprise, donc favorable à l'ensemble des personnes qui concourent à la bonne marche de celle ci ?
Réponse de le 06/10/2015 à 14:51 :
" Moyen de pression " toujours la dialectique de la lutte des classes".

Parce que celle-ci est toujours bien présente comme le vote de classe qui perdure aussi.Il suffit de voir le vote chez Smart par exemple. (cadre d'un côté ,ouvrier de l'autre).Prenons le Medef, à la présidentielle de 2007 et 2012 , 97% exclusivement pour l'UMP , vote de classe ?
a écrit le 06/10/2015 à 12:44 :
tous à la grève illimitée à partir du lundi 19 novembre!!! Non mais sans blague A bas le capitaliste à outrance!!! La révolution des sans dents sont maintenant. Les pilotes de la SNAF avec nous
Réponse de le 07/10/2015 à 12:53 :
Bien sûr!!!! ainsi ce ne sont pas 2900 pers qui seront , à terme, sans emploi mais la totalité du personnel d' AF.........
a écrit le 06/10/2015 à 12:43 :
"le choc" , pourquoi être étonné du comportement des syndicats en France ?
ce pays hait les patrons, les entrepreneurs, les gens qui travaillent.
Air France va tout simplement crever, comme la SNCM, comme Goodyear à Amiens, ...
Les équipages de cette compagnie sont ceux qui travaillent le moins au monde.
Il suffit d'attendre.
Par ailleurs, ces images de bastonnade de patrons ont fait le tour du monde.
Les guignols de gauche pleureront encore sur le manque d'investissement en France...
a écrit le 06/10/2015 à 12:34 :
" Moyen de pression " toujours la dialectique de la lutte des classes. Est il possible d'avoir une réflexion commune,dans l'intérêt de l'entreprise, donc favorable à l'ensemble des personnes qui concourent à la bonne marche de celle ci ?
a écrit le 06/10/2015 à 12:32 :
Kidnapping de PDG, Violence physique des syndicalistes devrait etre sanctionnées par un licenciement sans preavis pour faute lourde.
Ces images du committé d'AIR France ont fait le tour du monde. Est ce qu'un potentiel investisseur etrangers voudraient investir dans un pays de non-droit comme la France? Marre des syndicalistes qui ont tout les droits, marre des délégués du personnels intouchable.
Réponse de le 06/10/2015 à 13:08 :
Air France perd de l'argent et voir ces nantis casser l'entreprise c'est minable

Des licenciements pour fautes Lourdes semble le minimum
Réponse de le 06/10/2015 à 13:32 :
Tu ne serais pas à la RH par hasard ?
Réponse de le 06/10/2015 à 19:42 :
AIR FRANCE est comme notre pays. La HOLLANDIE est le risée du monde entier. L'iNCOMPETENCE DE NOS DIRIGEANTS est simplement confortée par l'incompétence de nos "grands patrons" qui, comme le PDG d'AF, sont eux aussi sorti de cette superbe ENA. Comme les patrons de la SNCF ou de la SOCIETE GENERALE, ces GUIGNOLS ne s'illustrent que par leur INCOMPETENCE GENERALISEE ! COCORI-CACA !
a écrit le 06/10/2015 à 12:30 :
Je condamne ces exactions mais l'exemple n'est il pas donné par l'impunité dont bénéficient les agriculteurs qui cassent lors de toutes leurs manifestations? ....
Réponse de le 06/10/2015 à 13:44 :
Ou les bonnets rouges.
Mais la , bizarrement , nos amis de droite sont étrangement silencieux , est-ce lié à la composition des manifestants ?
a écrit le 06/10/2015 à 11:59 :
Air France doit saisir des opportunités avec la reprise de la croissance depuis 3 ans. Le gouvernement a engagé un travail de fond pour amplifier cette reprise et soutenir la croissance. Les pactes et le CICE et les contrats aidés - génération, senior, junior, fictif, tremplin pôle emploi, les emplois verts avec Ségolène Royal, les emplois bleus, jaunes, rouges...-.
La direction d'Air France doit faciliter ce travail en utilisant la boîte à outils du dialogue sociale et créer un climat dans l'entreprise favorable au dialogue.
Le gouvernement soutient les efforts des partenaires sociaux dans leur volonté de dialogue.

Bla-bla-bla la.


Page 500 - fin de bla-bla-bla
Réponse de le 06/10/2015 à 19:51 :
Le CODE DU TRAVAIL a triplé de volume en 10 ans. MAIS pour PROTEGER les PARASITES, MASQUER LES CHOMEURS, et REDUIRE LE CHOMAGE .. L'ECHEC EST PATENT MAIS LES RESPONSABLES SONT TOUJOURS EN POSTE. IL MANQUE JUSTE UN ARTCLE PERMETTANT DE LES LICENCIER POUR INCOMPETENCE . A inscrire page 501 ;-)
a écrit le 06/10/2015 à 11:36 :
Maintenant on attend la fin de la récré et on ira peut-être s'inscrire chez Pôle....!
Air France = SNCM = Port de Marseille = SNCF, etc etc...! Après la France de Nicolas voici la France de François, la pente devient de plus en pus raide, dure sera la chute..!
Réponse de le 06/10/2015 à 12:32 :
Ben s'ils avaient accepté ce qu'on leur proposait, ils auraient sans doute toujours du travail ! Mais à force de dire non à tout, de faire grève, etc, on coule sa boîte et après on va dire que c'est la faute à François ou à Nicolas ...
Réponse de le 06/10/2015 à 14:17 :
@Réponse de kami

"et après on va dire que c'est la faute à François ou à Nicolas .."
Voir Jacques :

La taxe de solidarité sur les billets d’avion envers les pays du Sud créée par Jacques Chirac et rebaptisée «taxe Air France» car ,les compagnies françaises sont les seules à l’acquitter en Europe.
Réponse de le 06/10/2015 à 19:56 :
C'est bien la preuve que TOUS CES GENS LA N'ONT PLUS LEUR PLACE DANS UNE ECONOMIE DE COMPETITION MONDIALISEE. Les AVANTAGES ACQUIS sont une NOTION AUSSI OBSOLETE que la STATUT DU FONCTIONNAIRE. et LES EMPLOIS AIDES ne font que créer des EFFETS D'AUBAINE pour quelques entreprises le plus souvent d'ailleurs liées à l'ETAT lui-même... Rien de tout cela ne peut assurer une quelconque PERENNITE.
a écrit le 06/10/2015 à 11:27 :
comme dirait sapin ' c'est pas un choc, c'est un pacte'
( oui pour memo un ' choc' c'est violent, brutal, intolerant, bref... de droite, alors qu'un pacte c'est doux c'est tolerant c'est fraternel comme un syndicaliste de goodyear, donc c'est de gauche)
Réponse de le 06/10/2015 à 19:59 :
C'est sournois et "... là où il y a du flou..." ne se trouve aucune DUREE .
Sapin a, en son temps, mis sa propre ville sous tutelle préfectorale (faillite) et il est notre Ministre des finances ... Le ROI DE L'HORIZON qui recule en le voyant arriver avec ses sabots de GUGNOL de l'ENA LUI-AUSSI...
Réponse de le 08/10/2015 à 13:28 :
C'est un choc, c'est un pacte! Que dis-je? C'est une péninsule ;)
Réponse de le 08/10/2015 à 13:28 :
C'est un choc, c'est un pacte! Que dis-je? C'est une péninsule ;)
a écrit le 06/10/2015 à 11:06 :
C'est un problème de sans dents trop pleurnichards, de justice sociale, de mixité sociale....
Il n'y aurait pas non plus qq probleme d'emplois fictifs comme chez Claude des fois ?

Faut en finir avec l'apartheid aérien comme dirait Manuel.
a écrit le 06/10/2015 à 11:05 :
Ce qui est gênant, c'est le manque de spontanéité... Le DRH et son adjoint agressés, ça sent la mise en scène pour attirer les médias. Je n'y crois pas un seul instant.
Réponse de le 06/10/2015 à 13:37 :
C'est marrant mais en revoyant les images, j'ai pensé exactement la même chose, cela sent la mise ne scene bien orchestré.Surtout quand, les deux concernés quittent les lieux .On les voit se parler discretement d'un air de dire ,c'est bon, on a réussi notre coup devant les caméras.Ils sont bien capable de cela pour arriver à leur fin .
a écrit le 06/10/2015 à 10:58 :
On depose le bilan et on reconstruit une compagnie neuve sur des bases saines. Avec réembauche des pilotes et salariés AF qui accepteront de jouer le jeu.
Réponse de le 06/10/2015 à 13:41 :
Ah c'est un jeu, fallait le dire
a écrit le 06/10/2015 à 10:38 :
Nous sommes dans une structure absurde : des syndicats "communautaristes" ont été validés. Ainsi il y a celui des représentants des pilotes. Chacun oriente son action en fonction de sa catégorie et non de l'intérêt de la compagnie qui est aussi à prendre en compte. A cela vient s'ajouter l'idée fumeuse que le mot France est dans le titre et donc que la société ne peut couler. A-t-on autant de considération pour France Champignon ou France Soir ? Etrange et simpliste idée donc. Après s'élève l'argument que l'état en est l'actionnaire et donc que ses caisses sont ouvertes sans limite ou encore qu'il "doit" faire quelque chose. Enfin que la concurrence est scandaleuse et subventionnée. L'état soutient la compagnie de laquelle ont été accepté par le passé tous les abus et dérives, parce que personne d'autre ne veut le faire sauf à la racheter. A travers le monde des centaines d'investisseurs ont décidé de placer des capitaux dans des compagnies aériennes qui mieux gérée, sans les dérives d'Air France, sont rentables. Quant à la concurrence il existes des instances qui doivent se prononcer. Balayons alors ces idées d'assistanat. Balayons aussi les syndicats communautaristes car comment négocier sérieusement en leur demandant de baisser volontairement leurs salaires pour plus d'heures travaillées ? C'est tout simplement stupide et sans développement, seules de petites avancées seront faites, insuffisantes pour permettre la survie de l'entreprise. On ne négocie pas de telles choses on les impose. Ensuite les personnels concernés admettrons qu'elles étaient indispensables et se glorifieront de l'effort accompli. Il s'agit donc d'établir un plan sérieux de le communiquer à l'horizontale tant individuellement que collectivement puis de l'imposer en éjectant ceux qui ne voudraient pas l'accepter. Il doit bien entendu s'établir aux standards comparables internationaux. C'est la seule solution.
Réponse de le 06/10/2015 à 13:49 :
"des syndicats "communautaristes" ont été validés. Ainsi il y a celui des représentants des pilotes".

Ils s'agit d'un syndicat catégoriel , comme la CGC qui ne défend que sa population cadre qui vote pour lui souvent au détriment des autres catégories .D'ailleurs ,la CGC signe souvent des accords concernant des non-cadres en particulier sur des horaires de travail comme chez Smart.
a écrit le 06/10/2015 à 10:21 :
La compagnie "nationale" n'est pas indispensable à notre économie, pour bonne preuve elle ne produit rien, elle fait partie des" shipping facilities" qui sont désormais innombrables et variés. Il est loin le temps où Marcel Cerdan descendait du Constellation d' AIR FRANCE au Bourget, avec tout le prestige d'une minorité qui vole au dessus des nuages. Il faut maintenant redescendre sur terre pour être mangé ou mourir.
a écrit le 06/10/2015 à 10:03 :
Air France est "foutu" à cours terme car les réformes importantes à faire ne seront jamais acceptées par le gouvernement et les salariés : Air France sera racheté à bas prix dans 3 ans par une compagnie étrangère.
a écrit le 06/10/2015 à 9:59 :
Relisez la page 12 de la note n°6 du conseil d'analyse économique et vous comprendrez mieux. Cela débouche sur une réforme fiscale compatible avec la COP21.
a écrit le 06/10/2015 à 9:56 :
Il convient de rappeler, EN PREALABLE, que l'Etat Français est le principal actionnaire d'Air France ;

Les Français font le constat de ce que la violence sociale est soutenue et in dinée organisée par les représentants de l'Etat symbolisés par le gouvernement socialiste Valls Macron Bartelone arrogants à souhait exactement comme le faisaient les gouvernements RPR UMP UDI depuis plus de 15 ans.

Ces violences sociales débouchent sur les soulèvements populaires "locaux" mais qui vont devenir MASSIFS et nationaux dans peu de temps.

La chemise en soie et les costumes de luxes déchirés durant ces soulèvements ne sont rien à côté du risque des maisons luxueuses qui risquent de brûler si la France s'embrase sous le poids de la misère.
Réponse de le 06/10/2015 à 11:04 :
Faut redescendre sur terre coco. AIR FRANCE se fait tailler des croupières par ses concurrents. On peut rever avec des discours sur la lutte des classes et nier les problèmes de compétitivité. Le résultat sera le même, AF fera faillite.
Réponse de le 06/10/2015 à 13:55 :
@Réponse de Dan

"On peut rever avec des discours sur la lutte des classes".

En tout cas , le vote de classe perdure , comme chez Smart.
Réponse de le 06/10/2015 à 14:07 :
l état français à 17% de la compagnie. et franchement, il est malsain que l état s occupe et s'implique dans des restructuration d entreprises privées... on voit pas cela dans d autre pays
a écrit le 06/10/2015 à 9:56 :
Il convient de rappeler, EN PREALABLE, que l'Etat Français est le principal actionnaire d'Air France ;

Les Français font le constat de ce que la violence sociale est soutenue et in dinée organisée par les représentants de l'Etat symbolisés par le gouvernement socialiste Valls Macron Bartelone arrogants à souhait exactement comme le faisaient les gouvernements RPR UMP UDI depuis plus de 15 ans.

Ces violences sociales débouchent sur les soulèvements populaires "locaux" mais qui vont devenir MASSIFS et nationaux dans peu de temps.

La chemise en soie et les costumes de luxes déchirés durant ces soulèvements ne sont rien à côté du risque des maisons luxueuses qui risquent de brûler si la France s'embrase sous le poids de la misère.
a écrit le 06/10/2015 à 9:55 :
Air France va disparaître parce que les Français refusent de financer leur retraite par une taxe sur l'énergie. L'énergie est déjà trop chère! Le prochain cas concernera la SNCF. Patience.
a écrit le 06/10/2015 à 9:54 :
Toujours cette même caste de nantis, patrons, politiques, journalistes qui se protège en expliquant que les sans dents des sauvages et ont toujours tort. Ce sont toujours à eux qu'on leur tend le micro. Pourquoi on demande pas l'avis de salarié qui reflèterait l'ensemble de ce que pensent les salariés ? Ça fait six ans que Air France perd de l'argent. L'arrivée De Junica a été une catastrophe pour les salariés. Il nous a fait comprendre qu'on était trop payé. on nous a supprimé les RTT, des jours d'hiver, travailler 30 minutes en plus pour le même salaire, plus d'augmentation depuis six ans, on nous avait augmenté le prix des GP en nous expliquant que le prix tu prix du pétrole avait augmenté et depuis quelques semaines les prix des GP encore augmenté de 25 à 30 % et alors que le prix du pétrole a été divisé par deux sans répercussions sur le prix et blocus des GP sur certaines destinations ou plus de R1. Nous sommes nous salariés au sol dégouté, démotivé, écoeuré. j'ai l'impression qu'après transform 2015, Perform 2020 que le troisième plan sera SimcPourTous 2025 et le quatrième PlusDeGP 2030. Nous sommes conscients que la compagnie est en difficulté et qu'on doit s'adapter. la direction ne sais que réduire les salaires et le nombre d'avion et la direction n'a aucune stratégie sur le long terme. une entreprise performante, il faut des salariés motivé, bien payé. Nous sommes d'accord qu'il y a sur effectifs pléthoriques de cadre et d'AMDE et de nombreux délégués syndicaux qui ne travaillent pas grâce a des heures généreusement donné par la direction pour les acheter en contrepartie de signature. Pourquoi la direction ne s'est jamais attaqué à ca ??????? (pourquoi aucun journaliste ne demande le nombre d'agents de maîtrise et de cadres dans la compagnie pour faire une enquête?) ?Air France avait une longue tradition de dialogue social, mais depuis l'arrivée de De Junica, tout est parti en l'air. Il est le seul responsable de ce désastre. C'est une personne qui ne sait pas comment fonctionne Air France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :