Air France-KLM perd du terrain face à Lufthansa et IAG. Et même beaucoup !

 |   |  856  mots
Les résultats d'Air France-KLM qui seront meilleurs l'an prochain en raison d'une nouvelle baisse de la facture de kérosène (du fait de l'amenuisement des couvertures carburant qui empêchent le groupe de profiter pleinement de la baisse du prix du pétrole), donnent la possibilité d'accorder plus de temps pour les négociations. Mais pas trop non plus.
Les résultats d'Air France-KLM qui seront meilleurs l'an prochain en raison d'une nouvelle baisse de la facture de kérosène (du fait de l'amenuisement des couvertures carburant qui empêchent le groupe de profiter pleinement de la baisse du prix du pétrole), donnent la possibilité d'accorder plus de temps pour les négociations. Mais pas trop non plus. (Crédits : reuters.com)
Le groupe français a réalisé d'excellents résultats financiers au troisième trimestre. Mais ses rivaux aussi. Et ils creusent même l'écart de manière significative. Explications.

Après l'annonce de résultats trimestriels record par Air France-KLM qui se sont soldés par un bénéfice d'exploitation de 898 millions d'euros pour le groupe français (474 millions pour Air France, 424 pour KLM), la performance, largement supérieure, de Lufthansa (qui compte aussi Swiss, Austrian Airlines et Eurowings) et IAG (la maison-mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus) qui ont tous deux dégagé 1,2 milliard d'euros au cours de la même période, vient alimenter le débat sur la poursuite ou pas des efforts à Air France, sachant que KLM a signé cet été des accords de productivité avec toutes les catégories de personnel.

Compétitivité

Ces deux éléments traduisent les deux discours au sein de l'entreprise française. Celui d'une très grande partie des syndicats qui, au regard des résultats, fait valoir qu'il n'y a pas d'urgence à négocier d'accords de productivité et surtout pas aux niveaux demandés par la direction. Et celui de la compagnie qui pointe l'écart de compétitivité d'Air France et d'Air France-KLM avec ses concurrents pour justifier les nouveaux efforts demandés aux salariés pour pouvoir financer la croissance future et ne pas se retrouver à nouveau en difficulté en cas de remontée du prix du baril de pétrole ou de retournement de cycle.Qu'en est-il exactement ?

Les résultats d'Air France-KLM seront meilleurs en 2016

Les résultats d'Air France-KLM qui seront meilleurs l'an prochain en raison d'une nouvelle baisse de la facture de kérosène (du fait de l'amenuisement des couvertures carburant qui empêchent le groupe de profiter pleinement de la baisse du prix du pétrole), donnent la possibilité d'accorder plus de temps pour les négociations. Mais pas trop non plus. Car Air France-KLM a en effet intérêt d'avoir rattrapé ses rivaux en termes de compétitivité (ou du moins de s'en être approché) quand le prix du baril remontera à nouveau, sous peine de se retrouver à nouveau dans une situation critique.

L'écart se creuse encore

Or aujourd'hui, même si les résultats se sont nettement améliorés, l'écart de compétitivité n'a pas été comblé. Loin s'en faut. Ils se creuse même en 2015. La différence de performance opérationnelle entre Air France-KLM qui était en 2014 de 1,09 milliard d'euros avec IAG (hors impact négatif de la grève à Air France en septembre 2014) et de 757 millions d'euros avec Lufthansa (là aussi hors impact négatif de la grève au sein des deux groupes et en retraitant les chiffres du groupe allemand du fait de sa nouvelle politique d'amortissement), va en effet encore s'amplifier en 2015. Et ce de manière significative.

Certes, Air France-KLM n'a pas communiqué sur ses prévisions annuelles. Pour autant, selon certains analystes, Air France-KLM qui a publié un résultat d'exploitation positif de 666 millions au cours des neuf premiers mois de l'année, devrait terminer l'année sur un bénéfice d'exploitation d'environ 650 millions d'euros en 2015 (649 millions selon Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities qui prévoit une perte au 4ème trimestre).

Du coup, Lufthansa et IAG tablant respectivement sur un bénéfice annuel compris entre 1,75 et 1,95 milliard d'euros pour le premier et entre 2,25 et 2,3 milliards pour le second, la différence de performance opérationnelle d'Air France-KLM avec le groupe allemand serait donc comprise entre 1,1 et 1,3 milliard d'euros et de 1,6 milliard avec IAG.

Ces écarts énormes risquent de se creuser une nouvelle fois en 2016 en raison des efforts prévus par Lufthansa et IAG. Le groupe allemand a par exemple identifié 1 milliard d'économies l'an prochain.

Les rivaux d'Air France-KLM ne sont pas restés les bras croisés

Les chiffres parlent donc d'eux-mêmes. Cette évolution défavorable à Air France-KLM n'est pas la conséquence de changements soudains en termes de coût du travail ou de taxation dans les pays d'origine des compagnies des trois groupes. Air France-KLM a fait des efforts importants, mais les autres en ont fait plus et prévoient d'en faire plus.

Concernant Air France, si le calendrier des négociations entre la direction et les syndicats sur des mesures de productivité à mettre en place en 2017 peut être en effet décalé, les objectifs d'économies auront du mal à être diminués sauf à prendre le risque de voir la compagnie se retrouver en difficulté dans quelques années.

Surtout que, quand bien même les objectifs de la direction étaient réalisés, ils seraient insuffisants pour atteindre le niveau de compétitivité des concurrents. Le retard pris dans le passé pour s'attaquer aux coûts de la compagnie ne peut être rattrapé en un seul plan. Le groupe a en fait un plan de retard. Cela vient notamment du fait qu'Air France a été la compagnie qui est entrée la plus mal préparée dans la crise de 2009 mais aussi celle qui a le plus tardé à réagir puisqu'il a fallu attendre 2012 et le plan Transform 2015 pour mettre en place de réelles mesures de redressement, sans pour autant qu'elles soient fortes que celles des concurrents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2015 à 20:37 :
Quand on compare AF-KLM à la concurrence, en effet, certaines compagnies sont bien mieux placées. Pour se rendre aux USA /CANADA, hélas, peut d'options possibles hormis, AF-KLM et Delta, Lufthansa, Swiss, Iberia et BA, American et quelques autres. Toutes ces compagnies offrent un service semblable à AF, c'est à dire médiocre en économie. Poids limité à 23kg alors que jadis on pouvait emporter 2 valises pour un total de 40 kilos... sièges payants, etc....et pourtant les prix ne sont pas toujours accessibles. Par contre sur l'Asie, il y a Emirates, Qatar et pléthore d'autres compagnies pour le plus grand bonheur des voyageurs car ces compagnies offrent non seulement 30 kilos de bagages mais un service de repas hors paire. Celui qui a voyagé sur Emirates, Turkish ou Qatar sait de quoi je parle. Le vrai problème est que AF ou KLM n'offre aucun plus, que des moins....sièges payants, repas médiocres à moyens, bagages comptés. Mon prochain voyage vers les USA sera sur Turkish et tant pis pour l'escale de Istanbul.... et vers le Japon, hmmm; Emirates ou Qatar mais pas AF-KLM..... si la compagnie veut *garder les voyageurs qui voyagent en éco et qui n'on trien à perdre de changer de compagnie, ils feraient vraiment d'offrir un peu plus et voir ce que fait la concurrence:)
a écrit le 02/11/2015 à 12:14 :
Un lissage des résultats sur les 12 derniers mois seraient plus réaliste. Rien que sur 9 mois, les pertes cumulées sont de 158 millions d'Euro... alors les bénéfices sur 3 mois alors que la compagnie a un trimestre de rentable pour 3 trimestres de pertes dans l'année...
A moins que le personnel ne souhaite passer à des contrats de travail de 3mois... ?!
a écrit le 02/11/2015 à 11:51 :
si l'état enlevait les boulets qu'il a mis à sa compagnie nationale , celle-ci serait au niveau de ses concurrentes européennes , à savoir ; suppression de la taxe imbécile Chirac et augmentée par Hollande , diminution des taxes ADP , amsterdam schifol a diminué les siennes de 7% cette année pour donner de l'air à klm , suppression des aides cci à ryanair, abaissement des charges sociales du PN comme l'état l'a fait pour la marine marchande .20à 30% de différence avec lufthansa ou IAG .Canarder sur le personnel est absurde , il n'est pas responsable de cet écart de coûts .L'état , oui .
Le différentiel de compétitivité vient de là ;
Réponse de le 02/11/2015 à 12:39 :
Les boulets sur les entreprises françaises, l'état les met sur TOUTES les entreprises françaises! Pourquoi faire des privilèges aux compagnies aériennes !! Si les impôts sont trop élevés, ce sont les TPE AUSSI qui trinquent !
Les taxes sont trop élevés ? Mais pendant que les entreprises françaises paient des taxes sur le carburant par exemple,... le kérosène est détaxé !
Les charges sociales sont trop élevées ? Exigez donc de votre syndicat qu'il demande une baisse des cotisations !!
L'état doit faire des efforts, mais c'est valable pour l'ensemble des entreprises! Pour le temps de travail chez AF, ce n'est pas à l'état de changer, mais aux PN de monter aux standards des compagnies européennes majeures, d'autant qu'ils sont comparativement mieux rémunérés...
Réponse de le 06/11/2015 à 15:17 :
@ @latour
Entièrement d'accord avec vous. Les surcharges s'appliquent à toutes les entreprises; à AF-KLM mais aussi aux abattoirs porcins, aux usines métallurgiques, aux raffineries, aux entreprises manufacturières, aux TPE...

Si le syndicat de AF_KLM est pas content de ces boulets, qu'il demande une diminution globale des cotisations et des taxes au lieu de vouloir sauver leur gamelle à eux.
a écrit le 01/11/2015 à 19:59 :
Pour avoir volé sur AF et British Airways récemment, la différence est flagrante en terme de qualité, pour un prix souvent égal ou même inférieur. Chez les 1er prévaut la mentalité typique de la SNCF: surtout ne pas faire plus que le minimum vital, "moins j'en fais mieux je me porte", chez les 2èmes il est question d'en faire le plus possible pour le client. Pas étonnant dès lors qu' AF perde du terrain face aux concurrents, vu qu'ils ne savent pas traiter leur clients correctement. Sans parler de leur hub inutilement complexe qu'est CDG, avec ses terminaux à des kilomètres les uns des autres (8 terminaux différents contre 1 seul pour Amsterdam-Schiphol). Vraisemblablement chez Air France les termes efficacité et productivité ont disparus depuis bien longtemps.
a écrit le 01/11/2015 à 3:20 :
Quelle image vehicule cette compagnie GREVES MEPRI DE LA CLIENTELE cette compagnie se comporte comme la SNCF seule difference elle evolue dans un secteur concurrentiel ou il est important de privilegier la clientele .A AIR FRANCE c est le service minimum.Un conseil ARRETER L ACTIVITEE PASSAGERS ETSE RECONVERTIR DANS LE CARGO.
a écrit le 31/10/2015 à 18:19 :
Je relève deux points :
- si rien évolue dans la productivité AF, la compagnie ne pourra être compétitive, et en économie, ne pas s'améliorer, c'est disparaitre à terme !
- les résultats positifs de ce trimestre sont produits à peu prêt à égalité entre KLM et Air France. Pourtant, le CA de KLM représente environ la moitié de celui d'Air France.
Quelles conclusions en tirent le SNPL ???!
Réponse de le 01/11/2015 à 20:13 :
Le SNPL préfère soutenir les criminels de vol Air Cocaïne ...
a écrit le 31/10/2015 à 17:04 :
Si la direction d'Air France n'avait pas régulièrement cédé devant le chantage syndicaliste à la française, la compagnie n'en serait pas là. Personne n'a besoin d'un pavillon national pour voyager en avion et, en continuant comme cela, c'est le contribuable qui sera amené à payer car Air France suit le chemin d'Alitalia Il n'y a donc qu'une solution viable : vendre cette société à de meilleurs gestionnaires.
Réponse de le 01/11/2015 à 2:09 :
Absolument d'accord avec vous en tous points. Le panier percé d'état Français le plus dépensier du monde, qui emprunte non pour des investissements structurants, et assurer l'avenir, mais pour ses dépenses quotidiennes. Tel un foyer paierait son pain quotidien, habillement, loyer, impots à crédit, chargeant ses enfants de rembourser ensuite toute leur vie, NE POURRA PAS SUBVENTIONNER AIR FRANCE DE QUELQUE ASTUCE QUE CE SOIT : INTERDIT PAR LES AUTORITES DE LA CONCURRENCE A BRUXELLES. Privatiser bien-sùr : cependant le produit en sera immédiatement dilapidé en dépenses, comme les milliers de milliards de privatisations depuis mars 1986. Une fusion avec Lufthansa, serait le meilleur pour sauver Air France, qui décline, et sera de moins en moins en mesure de se financer. Là compte tenu des doublons, et économies générées par la fusion. Il ne s'agira plus de 3000 emplois supprimés, mais 6000, et bien sùr des efforts supplémentaires sur le train de vie du personnel d'Air France. Et plus ils feront grève et plus les efforts seront importants
Réponse de le 01/11/2015 à 12:56 :
Air France est privatisée depuis bien longtemps! Air France est une compagnie privée et n'est pas plus la "compagnie nationale" que Corsair, Air Austral, Air Caraîbes.... Toutes sont nos compagnies nationales internationales....
Air France va mal alors qu'elle est compagnie privée, ne vous en déplaise...
a écrit le 31/10/2015 à 16:56 :
Je viens de faire un Bruxelles-Toronto sur KLM et un Montréal - CDG sur AF et je souhaiterais ajouter mon petit commentaire sur les vols.
Tout d'abord, le vol BRU-Toronto sur KLM: service agréable avec un personnel avenant. Déjeuner très convenable avec glace servie après le repas et un en cas chaud à l'arrivée. Mauvais côté, les sièges de la classe éco sont étroits et le pitch médiocre 23H, côté couloir. Le vol retour fut donc l'AF 347 d'AF.
Tout d'abord, leur système d'embarquement est à revoir car tout le monde embarque en même temps même si les Sky-Priority dispose de 10 minutes en plus...La logique voudrait que les passagers entrent les uns après les autres en commençant par les sièges du fond, non? enfin...
Côté prestations: siège 41J avec beaucoup d'espace pour les jambes. TB. Siège étroit cepedant et pitch compté pour les rangées normales.
Repas servi rapidement après décollage. Plutôt bon mais le poulet bouilli pas terrible. Contrairement à KLM, pas de glace ou de serviette chaude....le petit déjeuner une heure avant est indigent. d'ailleurs les hôtesses conseillent aux passagers de le signaler... ce que j'ai fait. Yaourt et muffin immonde. Au pays de la gastronomie, cela fait tâche. D'ailleurs les hôtesses reconnaissent que les plateaux repas de AF sont très moyens et franchement pas terribles pour le petit déjeuner. Emirates, Turkish, ANA, etc.. sont largement au dessus de AF. Dernier point, l'offre repas de la premium est à peine supérieur et le petit déjeuner identique... alors dépenser 80% plus cher pour manger la même chose et avoir 6 centimètres de pitch en plus....c'est très cher payé. Je crois que je vais à nouveau voyager sur la concurrence....car le petit déj reste vraiment à travers le la gorge. Petit pain, confiture et un fruit ne coûtent pas plus cher....
Réponse de le 31/10/2015 à 18:41 :
j'ai oublié de préciser que les hôtesses femmes étaient très sympas, les hôtesses mâles un peu trop "parisiens"....mais globalement agréables et professionnels. Si AF doit changer en mieux c'est sur l'offre repas car offrir un verre de champagne c'est tout à leur honneur mais quand la cuisine est moyenne, il faut changer. je préfère un bon repas/petit déjeuner. Dernier point, comment se fait il que AF propose du café instantané?????? et du lait soluble!!!!! Une hérésie pour un pays producteur de lait, fromage etc.....
Réponse de le 31/10/2015 à 20:40 :
Les hôtesses mâles..... ca va leur faire plaisir !
Réponse de le 01/11/2015 à 13:27 :
en effet, je voulais dire "stewards"..oops!
Réponse de le 01/11/2015 à 18:02 :
Il ne vous reste plus qu'à faire l'inverse, Europe-Canada sur AF et Canada-Europe sur KLM, et vous comprendrez que tous les repas sont préparés au Canada dans un sens et en Europe dans l'autre sens, indépendemment des compagnies. Que l'on vous serve du poulet bouilli au départ de Montréal n'est pas reservé à AF.
a écrit le 31/10/2015 à 14:35 :
"Le groupe a en fait un plan de retard", le plan Perform quoi ! ;)
Encore un article de propagande soufflé par un rond de cuir du service de com d'Air France et relayé par un journaliste qui du coup n'en a plus que le nom.
Enfin c'est pas étonnant quand on sait qu'Air France n'est pas loin d'être le plus gros client de la presse française...
Réponse de le 31/10/2015 à 18:12 :
Votre commentaire signifie-t-il que les chiffres soient faux, ou simplement que vous auriez préféré ne pas les lire ?
Refuser de voir les problèmes, c'est le meilleur moyen pour ne pas les résoudre, et en subir les conséquences !!
Réponse de le 31/10/2015 à 19:52 :
Ces chiffres sont certainement justes mais en quoi impliquent-ils le licenciement de 2900 personnes et une politique d'attrition dans un secteur où la demande augmente chaque année entre 3 et 5% ?
On parle de bénéfices, 1/2 milliard de bénéfices sur 1 trimestre (!!!) et le fait que des concurrents en fassent davantage ne justifie aucunement de mettre des milliers de famille sur le carreau...
Réponse de le 31/10/2015 à 20:53 :
Et oui toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Ces chiffres sont justes mais ils ne vont pas dans votre sens. En revanche, vous, ça ne vous dérange pas de parler de 2.900 licenciements qui n'ont jamais été annoncés. Il a été dit que SI les syndicats ne voulaient pas signer, il y aurait des suppressions de postes de manière volontaires avec des licenciements qui ne pouvaient être exclus. Jamais qu'il y aurait 2900 licenciements.
Réponse de le 31/10/2015 à 20:56 :
ce que vous dites est un peu dépassé. La Tribune n'est plus un quotidien papier et AF ne peut être son principal client. Donc rien à voir.
Réponse de le 01/11/2015 à 1:09 :
Les 2900 suppressions de poste ont été annoncées comme étant des licenciements par la direction d'Air France le 1er octobre, après intervention du gouvernement les 1000 premières suppressions sur 2016 se sont transformées en PDV, et il est toujours évoqué des licenciements pour la suite du plan B sur 2017 et les années suivantes. Ça c'est la réalité.
Votre réponse concernant la presse papier me fait doucement rigolé étant donné qu'Air France diffuse la Tribune gratuitement à tous ses clients via son application Air France Press, donc un gros client de la Tribune. Collusion quand tu nous tiens...
Réponse de le 02/11/2015 à 12:28 :
2,900 licenciements : ce chiffre là, lui, il est FAUX. la suppression du poste de quelqu'un qui part n'est pas un licenciement : c'est une non-embauche, un non-recrutement !
le 3e trimestre est, en Europe, le plus rentable de l'année. Or, celui d'AirFranceKLM ne compense même pas les pertes des 2 premiers trimestres : le solde reste à -158 millions d'euros, et le 4e trimestre ne devrait pas compenser...
Vous semblez considérer que AirFrance vit en vase clos, et les clients ne sont que des usagers obligés d'en passer par AirFrance... Le fait que les concurrents fassent beaucoup mieux montre clairement le potentiel de progression : Quid du temps de travail des PNT et PNC, sur appareil équivalent, en comparaison avec les autres compagnies européennes concurrentes ? Quid des rémunérations comparées ?
a écrit le 31/10/2015 à 11:55 :
L'article pointe un élément très intéressant dans le traitement, par les trois groupes, de recherches d'amélioration de leurs comptes.
En effet, si Lufthansa travaille sur les économies à rechercher et à mettre en oeuvre, Air France-KLM ne résonne que sur les améliorations de productivité de ses salariés, en postulant une amélioration égalitaire de toutes les catégories de personnels.
On a là deux approches assez opposées et si la première relève réellement d'une logique industrielle, la seconde demontre une approche plus administrative et surtout marquée de ce principe surprenant d'égalité : "tout le monde doit faire les mêmes efforts !", ce qui est une hérésie !
Certes les personnels d'Air France-KLM doivent sûrement améliorer leur productivité mais clairement à des niveaux différents et les réels filons d'économie - surtout dans une néo-administration comme Air France ! - se trouvent vraiment dans les économies de fonctionnement, dans les process industriels, pistes qui sont bien exploitées chez Lufthansa.
Mais ce n'est visiblement pas ce qu'on apprend à l'ENA d'où est malheureusement issue la plupart des dirigeants d'Air France, après être passé par des corps administratifs. Pas sûr que ce soit un gage de compétences dans ce milieu... et leurs analyses ne me donnent pas réellement tort.
a écrit le 31/10/2015 à 10:39 :
Avec des portiques aériens.
Ensuite, augmenter les taxes sur le kérosène et créer un malus s'il y a des bénéfices.
Malus reversé aux syndicats.
Il n'y a pas d'autres choix pour réformer cette entreprise.
Réponse de le 01/11/2015 à 6:49 :
commentaire de très haut niveau.
a écrit le 31/10/2015 à 9:16 :
Heureusement que les résultats d'AF KLM ne sont pas aussi bons que ceux de LH, sinon le cours de ses actions baisserait encore plus.
A première vue, les "marchés" ne font pas la même analyse que la Tribune puisque LH baisse de près de 10% tandis qu'AF ne dévissait "que" de près de 5% !!!
Je serais curieux de connaître l'analyse de M. Gliszczynski à ce sujet....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :