Atterrissage meurtrier à Moscou : des passagers évoquent l'avion frappé par la foudre

 |   |  914  mots
(Crédits : Handout .)
La Russie s'interrogeait lundi sur les causes de l'atterrissage en catastrophe la veille au soir d'un avion de la compagnie Aeroflot, qui a causé la mort de 41 personnes et le spectaculaire embrasement de l'appareil à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.

L'atterrissage d'urgence d'un avion en feu de la compagnie russe Aeroflot à l'aéroport Cheremetievo de Moscou a fait au moins 41 morts. Selon l'agence publique TASS, qui cite le Comité d'enquête russe, "les informations font état à l'heure actuelle d'un mort et de quatre personnes ayant besoin d'aide médicale" dans cet accident d'un Sukhoï Superjet-100 qui avait décollé peu auparavant pour Mourmansk (nord), et d'où se dégageaient d'impressionnantes flammes lorsqu'il a atterri en urgence.

Si les circonstances exactes de la tragédie ne sont pas encore connues, des passagers ont rapporté aux médias russes que le Soukhoï Superjet 100 a été touché par la foudre peu après son décollage.

Il y avait à bord 73 passagers et 6 membres d'équipage, selon les médias russes.

Les vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent l'appareil en train d'atterrir, d'immenses flammes s'échappant des flans de l'appareil. D'autres vidéos montrent ensuite les passagers descendant les toboggans situés à l'avant de l'appareil, puis s'éloignant en courant de l'appareil qui s'embrasait à grande vitesse.

"L'avion a émis un signal de détresse après le décollage. Il a tenté un atterrissage d'urgence, n'a pas réussi la première fois et, à la deuxième tentative, le train d'atterrissage a frappé (le sol), puis le nez, et il s'est enflammé", a déclaré une source à l'agence de presse Interfax.

L'avion de la compagnie Aeroflot, la première compagnie russe, effectuait un vol Moscou-Mourmansk.

Un modèle décrié

L'appareil est un Superjet-100, le premier avion civil conçu dans la Russie post-soviétique. Source de fierté à l'époque de son lancement, il est depuis décrié et peine à convaincre en dehors du marché russe.

Plusieurs compagnies étrangères qui l'exploitaient ont préféré réduire ou arrêter son utilisation, évoquant des problèmes de fiabilité.

Selon le site spécialisé Flightradar, l'appareil a décollé à 18h03 (15h03 GMT) et un incident de vol a été signalé par le pilote à 18h11, puis le signal de détresse a été déclenché à 18h25.

"Une enquête criminelle pour violation des règles de sécurité" a été ouverte, a indiqué dans un communiqué le Comité d'enquête russe, chargé des enquêtes dans ce genre d'affaires.

La cause de l'incendie est encore indéterminée: l'agence de presse Ria Novosti a indiqué qu'un dysfonctionnement électrique pourrait en être la cause.

Une longue suite d'accidents aériens

La Russie a connu plusieurs accidents d'avion meurtriers au cours des dix dernières années.

- 11 février 2017 : Un biréacteur An-148 de la compagnie Saratov Airlines s'écrase près de Moscou peu après son décollage: 71 morts. Le crash a été causé par les "actions erronées de l'équipage", selon l'enquête.

- 25 décembre 2016 : Un avion militaire transportant 92 personnes s'abîme en mer Noire peu après son décollage d'Adler (sud de Sotchi). Parmi les victimes, figuraient plus de 60 membres des choeurs de l'Armée Rouge, qui allaient célébrer le Nouvel An avec les troupes russes en Syrie. L'appareil transportait également neuf journalistes de la télévision russe.

- 19 mars 2016 2016 : Un Boeing 737 de la compagnie aérienne émiratie à bas coûts FlyDubai s'écrase à l'aéroport de Rostov-sur-le-Don (sud), faisant 62 morts. L'appareil effectuait une deuxième tentative d'atterrissage en raison de mauvaises conditions météorologiques.

- 17 novembre 2012 : Un Boeing 737-500 de la compagnie russe Tatarstan s'écrase en tentant d'atterrir à l'aéroport de Kazan: 50 morts.

- 02 avril 2012 : Un ATR 72 de la compagnie russe Utair s'écrase au cours d'une tentative d'atterrissage d'urgence en Sibérie, peu après son décollage: 33 morts et une dizaine de blessés graves.

- 07 septembre 2011 : Un tri-réacteur Yak-42 s'écrase au décollage à Iaroslavl (300 km au nord-est de Moscou), tuant 44 des 45 personnes à bord dont les membres de l'équipe de hockey sur glace du Locomotiv, trois fois championne de Russie et comptant plusieurs vedettes internationales. Une erreur de pilotage est à l'origine de l'accident.

- 09 août 2011 : Un avion cargo Antonov 12 s'écrase avec 11 personnes à bord, dans l'Extrême-Orient russe. Aucun survivant dans l'appareil qui transportait 16 tonnes de produits alimentaires.

- 20 juin 2011 : 47 personnes sont tuées et cinq survivent dans l'accident d'un Tupolev 134 de la compagnie RusAir, en provenance de Moscou, qui s'écrase sur une route de Carélie (nord-ouest de la Russie) en tentant d'atterrir par mauvais temps et faible visibilité, sur l'aéroport de Petrozavodsk, mal équipé pour ces conditions. Le navigateur était ivre.

- 29 décembre 2010 : Un avion cargo militaire Antonov s'écrase dans la région de Toula (sud de Moscou) où sévissait une tempête de neige, tuant ses 12 occupants, des pilotes de l'armée de l'air.

- 02 août 2010 : 11 morts et 4 survivants dans l'accident d'un avion de la compagnie aérienne russe Katekavia, un Antonov-24, qui s'est écrasé à l'atterrissage, près de la ville d'Igarka (Sibérie orientale).

- 10 avril 2010 : Un Tupolev 154 transportant 96 personnes dont le président polonais Lech Kaczynski s'écrase en tentant d'atterrir par fort brouillard sur un aéroport près de Smolensk (ouest de la Russie), tuant tous ses occupants. La délégation polonaise se rendait aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de 22.000 officiers polonais, exécutés sommairement sur ordre de Staline à Katyn. Les chefs des quatre grands états-majors de l'armée polonaise (terre, air, mer, forces spéciales), plusieurs vice-ministres, le gouverneur de la banque centrale ont également péri.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2019 à 18:10 :
Ce n'est pas normal, car un avion est prévu comme une cage de Faraday et toutes les pièces sont mécniquement liées. Il doit y avoir autre chose.
a écrit le 06/05/2019 à 16:25 :
On parle de la foudre, mais normalement les avions résistent bien aux foudres. Le dysfonctionnement électrique est probable, mais le bilan lourd de la catastrophe est aussi expliqué par une lente intervention des pompiers au sol: plus de 2 minutes. Vu qu'il état connu d'avance que c'était un atterrissage d'urgence avec les réservoirs pleins, c'est beaucoup. Donc, l'organisation des secours est à revoir.
a écrit le 06/05/2019 à 12:48 :
Vu que c'est en russie il serait déjà intéressant de savoir en détail qui était à bord...
Réponse de le 06/05/2019 à 16:11 :
Rien d'intéressant de ce point de vue. De plus les circonstances ne permettent pas de spéculer sur l'hypothèse malveillante.
Réponse de le 06/05/2019 à 17:21 :
Ok et merci pour la précision, dans ce cas en effet on peut retirer cette hypothèse...

A l'auteur par contre, une idée en appelant une autre, vous avez oublié dans votre liste celui qui a couté la vie au patron de total: "Crash de l'avion du patron de Total: deux accusés plaident coupable "https://www.ladepeche.fr/article/2016/07/28/2392492-crash-avion-patron-total-deux-accuses-plaident-coupable.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :