Choix du futur Pdg d'Air France-KLM : la liste s'allonge

 |   |  781  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le comité de nomination du groupe s'active pour être en mesure de présenter son choix lors du prochain conseil d'administration, le 3 mai. Sont évoqués les noms de Guillaume Faury, Pdg d'Airbus Helicopters, de François Auque, vice-président exécutif jusqu'au 1er juillet de Space Systems chez Airbus Group, mais aussi celui de Philippe Mellier, Pdg du diamantaire De Beers.

Alors que le comité de nomination d'Air France-KLM est entré dans la dernière ligne droite pour parvenir à présenter au conseil d'administration du 3 mai prochain le nom de la personne qu'ils auront retenue, la liste des nominés s'allonge. Sont ainsi évoqués, selon nos informations, Guillaume Faury, Pdg d'Airbus Helicopters, François Auque, vice-président exécutif de Space Systems d'Airbus Group (il doit quitter ses fonctions le 1er juillet), ainsi que, comme l'a indiqué le JDD, Philippe Mellier, ancien président d'Alstom Transport aujourd'hui patron de la première compagnie diamantaire au monde, De Beers, qu'il a redressée.

Ces noms s'ajoutent à ceux de Jean-François Cirelli, président France, Belgique et Luxembourg du poids lourd de la gestion d'actifs BlackRock, de Jean-Marc Janaillac, Pdg du groupe de transports public Transdev, lesquels sont toujours dans la course.

En interne, les noms de Frédéric Gagey, l'actuel Pdg d'Air France, et celui de Lionel Guérin, directeur général délégué de HOP! France, sont également cités.

Faury présente meilleur profil

Selon les mêmes sources, Guillaume Faury, 47 ans, présenterait, aux yeux de certains membres du comité de nomination le meilleur profil pour le poste. Polytechnicien et ingénieur de l'Ecole nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (SupAero), Guillaume Faury a rejoint Eurocopter en 1998. Onze ans plus tard, il quitte le constructeur d'hélicoptères pour Segula Technologies (janvier 2009) puis, très vite, pour PSA (mars 2009) avant de revenir en avril 2013 à la tête de l'entreprise rebaptisée entretemps Airbus Helicopter. Mais, assure-t-on au sein du constructeur d'hélicoptères, "il n'est pas, candidat".

Tout sera-t-il bouclé pour le conseil du 3 mai?

Vu la complexité du dossier, certains observateurs estiment qu'il sera difficile pour les différentes parties prenantes (le comité de nomination, l'Etat français qui risque d'avoir son propre choix, les Hollandais de KLM et d'Air France-KLM...) de s'accorder sur un nom pour le conseil du 3 mai. S'il est possible de convoquer un conseil extraordinaire les 4 et 5 mai, choisir une date ultérieure serait plus compliqué pour être en mesure de donner un nom lors de l'assemblée générale du groupe le 19 mai. D'autres, au contraire, assurent que tout sera bouclé d'ici au 3 mai.

Choix externe ou interne?

Le processus est effectivement extrêmement complexe. Alors que l'une des questions clés sera de trancher entre un choix externe et un choix interne, les Hollandais de KLM et d'Air France-KLM - mais aussi une grande partie du management, de l'encadrement et une bonne partie des syndicats d'Air France - militent pour une candidature interne.

"Vu les enjeux sociaux et stratégiques, il ne faut pas quelqu'un qui mette six mois à comprendre les enjeux de ce groupe d'une rare complexité", explique un observateur.

Craignant le bombardement d'un technocrate ignorant le secteur diligenté par le gouvernement français, les Hollandais soutiendraient Frédéric Gagey, l'actuel candidat d'Air France, mais la position de ce dernier est affaiblie par l'échec des négociations avec le SNPL qu'il a menées. Sur le plan syndical, la CFE-CGC s'est ouvertement déclarée en faveur de Frédéric Gagey.

Les Hollandais ont par ailleurs fait passer le message au comité de nomination qu'ils ne seraient pas contre un changement dans la structure de la gouvernance, avec un président non exécutif qui pourrait venir de l'externe, et un directeur général exécutif nommé en interne. Ce schéma aurait été écarté.

"Trop long, un tel changement se prépare" [bien en amont], explique un connaisseur du dossier.

Quant à Lionel Guérin, il compte de son côté un certain nombre de soutiens parmi les pilotes. Ancien pilote, certains le croient capable de trouver une issue avec les syndicats.

Enfin, en interne, plusieurs voix citent également Pierre-François Riolacci, l'actuel directeur financier d'Air France-KLM.

Air France bloquée

Aujourd'hui, Air France-KLM et Air France sont bloqués. Surtout la compagnie française, en raison de l'échec des négociations sur de nouvelles mesures de productivité avec les pilotes et demain avec les personnels navigants commerciaux. Ce lundi, l'un des trois syndicats de PNC représentatifs, le SNPNC a, dans une vidéo satirique publiée sur You Tube, déclaré haut et fort qu'il "ne lâcherait rien".

Par ailleurs, de nombreuses voix s'élèvent contre ce processus de nomination organisé par un comité dont deux des trois membres (Jean-François Dehecq et Cornelis Van Lede) vont quitter le conseil d'administration dans les prochaines semaines. Au total, avec Alexandre de Juniac, 3 administrateurs (sur 15) vont quitter le conseil. Ce qui est en effet plutôt rare.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2016 à 10:36 :
trop de femmes shortlistees, ca fait peur!!!!!!! oh he, on est en 2016...c fini le temps de l' aeropostale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :