Choix du futur Pdg d'Air France-KLM  : les têtes de série tombent

 |   |  482  mots
(Crédits : Reuters)
Après Thierry Antinori, le numéro 2 d'Emirates, Fabrice Brégier, le Pdg d'Airbus et Olivier Piou, l'ex-directeur général de Gemalto, les deux autres personnalités jugées prioritaires par Air France-KLM pour remplacer son Pdg Alexandre de Juniac, ont décliné la proposition. Jean-François Cirelli et Jean-Marc Janaillac semblent avoir une longueur d'avance parmi les opportunités externes. En interne, seuls Frédéric Gagey, le Pdg d'Air France, et Lionel Guérin, le président de Hop, sont cités.

Les têtes de série tombent. Toutes les figures prioritaires approchées pour remplacer Alexandre de Juniac à la tête d'Air France-KLM rejettent tour à tour la proposition

Après Thierry Antinori, cet ancien d'Air France, aujourd'hui numéro deux d'Emirates, Fabrice Brégier, le Pdg d'Airbus, a répondu par la négative, selon plusieurs sources.

Olivier Piou, une cible de choix

Egalement placé en haut de la liste, Olivier Piou, le directeur général de Gemalto qui a annoncé le 5 avril son départ surprise du leader des cartes à puces, n'a pas donné suite non plus. Au regard de sa réussite à la tête de Gemalto, cet homme discret de 57 ans, constituait une cible de choix pour le comité de nomination d'Air France-KLM.

Son nom avait déjà été brièvement évoqué sans que cela fuite dans la presse à l'époque, en 2011 lors de la campagne de recrutement du directeur général d'Air France à la place de Pierre-Henri Gourgeon qui combinait cette fonction avec celle de DG d'Air France-KLM.

Deux candidatures sortent du lot

Du coup, deux possibilités externes sortent du lot. Comme nous le dévoilions la semaine dernière, Jean-François Cirelli, l'ancien vice-président et directeur général de GDF Suez, aujourd'hui président France, Belgique et Luxembourg du poids lourd de la gestion d'actifs BlackRock, et Jean-Marc Janaillac, Pdg de Transdev, font office de favoris.

Selon certains observateurs, le nom de Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF ne peut toujours pas être écarté, alors que celui de Florence Parly, directrice générale de la SNCF, s'éloigne. Enfin, celui de Véronique Bedague, la directrice de cabinet de Manuel Valls circule depuis une dizaine de jours. Elle serait poussée par un conseiller externe d'Alexandre de Juniac et proche de Jean-François Dehecq, le président du comité de nomination d'Air France-KLM.

Si Jean-François Cirelli semble avoir une longueur d'avance, aucun choix externe ne semble néanmoins faire l'unanimité.

Ce qui constitue une bonne chose pour le Pdg d'Air France, Frédéric Gagey et le directeur général délégué en charge de Hop, Lionel Guérin.

Décision rapide

Le groupe veut aller vite. L'objectif est d'être en mesure de présenter le nouveau Pdg lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires, le 19 mai prochain.

Ce qui suppose qu'il soit présenté au conseil d'administration du 3 mai pour que les administrateurs n'aient pas à le découvrir la veille de l'AG. Autrement dit, il ne reste plus qu'une bonne dizaine de jours pour trancher, sachant que le prochain Pdg devra convenir à l'Etat français, actionnaire à près de 16% mais aussi aux Hollandais de KLM qui, après les tensions observées l'an dernier avec leur collègues d'Air France, surveillent de très près cette nomination.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2016 à 20:07 :
Honte a tout ces patrons, un seul mot revolution......
a écrit le 19/04/2016 à 22:50 :
"TURBULENCES" à "Air Fonce"
la BD préférée des hôtesses de l'air.
http://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/sociorama/sociorama-turbulences
a écrit le 19/04/2016 à 9:27 :
Les syndicats de pilotes fascinent les futurs directeurs et devant leur dézingage du précédent, laissent la Société se gérer toute seule vers une faillite que ces pilotes méritent, pauvres autres employés, mais ça c'est le syndicalisme à la Française type Nuit Debout : L'Économie on s'en fout, seul nous on compte
a écrit le 18/04/2016 à 15:31 :
Fabrice Gliszczynski aurait-il des infos sur les vues éventuelles de AF-KLM sur AirEuropa ? (autres que celles qu'on peut lire sur le site Air info ou sur El Confidencial -en VO-). ?
a écrit le 18/04/2016 à 14:26 :
Autant Lionel Guérin a fait ses preuves chez Hop en menant sans encombre la fusion de Régional, Britair et Airlinair en une seule entité, sans la moindre grève... autant Frédéric Gagey n'a pas (su ou pu) faire évoluer le SNPL Air France, avec toutes ses conséquences sur la non-compétitivité de la compagnie nationale face à la concurrence!
En interne, pour moi, Lionel Guérin me semble plus efficace...
A chaque candidat de présenter ses objectifs en terme de compétitivité, de développement externe,...
Réponse de le 18/04/2016 à 19:30 :
Peut-être que Lionel Guerin pourrait faire le job à la tete d'AF ... pour cela, il faudrait que Frédéric Gagey libère le poste: pourquoi pas en passant à la tete de AF-KLM ? Après tout, le holding doit négocier aussi avec les Hollandais, et Frédéric Gagey a des qualités pour cela...
Dans l'article, il est dit que (selon certaines sources) les 2 hommes ne pourraient pas travailler ensemble : pourquoi ???
a écrit le 18/04/2016 à 14:24 :
Est ce que l'objectif de cette nomination reste de plaire aux partenaires/actionnaires, de trouver une porte de sortie à des copains ou de nommer une personne compétente ?
a écrit le 18/04/2016 à 12:47 :
Plus qu'un nom, c'est d'un projet dont la compagnie à besoin ...
Quel est l'homme de la situation pour faire (enfin!) aboutir une mise en compétitivité du personnel, comparé à leur équivalent concurrent :
Pour Air France, il faut partir des conditions de travail chez LH, Iberia et British Airways : temps de travail, conditions d'organisation (les PN peuvent-ils, le jour même du départ, annoncer leur refus d'aller en Iran, au risque de désorganiser les plans de vol, voire faire annuler le décollage, par exemple ?), et cout global de rémunération (rémunérations brutes + avantages + charges patronales, ces dernières étant des rémunérations indirectes!) A partir des conditions appliquées chez les principaux concurrents européens et non des statuts actuels, il faut aligner les conditions vers plus de compétitivité...
prendre en référence LH, Iberia et BA pour AirFrance, Vueling et Easyjet pour Transavia et Hop.
Il faut sortir le SNPL AF de toutes les décisions chez Hop et Transavia.
par ailleurs, il faudrait s'atteler au développement externe... on entend parler d'AirEuropa, on a entendu parler de Wizzair... il faudra aussi que l'intégration de telles nouvelles compagnies n'entrainent pas des disparités de rémunérations, d'où l'importance d'un alignement de chaque compagnie du groupe avec leurs équivalents européens.
Ensuite, un statut de navigant aligné sur celui des marins pourra etre négocié avec l'état.
Je souhaite bien du courage au nouveau PDG !!
Réponse de le 19/04/2016 à 18:46 :
J'applaudis des deux mains
C'est bien d'un projet dont af a besoin et pas de nomination fanfreluche!!!!!
Les conditions LH ou BA pour le personnel navigant mais je ne demande que ça je gagnerai plus pour le même nombre d'heure effectuée et non heure comptabilisée.
Le personnel de transavia bénira celui qui lui obtient les mêmes que easyjet

Voyez on est pas difficiles on prend tout.
Mais il faut savoir que ce n'est qu'un rêve et le père noel n'existe pas.
Le prochain fera comme le précédent s'en mettre plein les poches, dire tout et son contraire pour promettre des choses qu'iĺ sait irréalisables
Et pour le Téhéran on peut déjà de déclarer a l'avance non volontaire quand on est une femme pour aller porter le voile en escale
Mais si cela vous tente n'hésitez pas
a écrit le 18/04/2016 à 12:33 :
Pourquoi ne pas nommer tout simplement, Lionel Guérin qui connaît l'aviation à différents niveaux, qui est passé par divers postes et qui actuellement, en tant que PDG de Hop a montré ses connaissances et compétences dans ce domaine.

De plus, il est connu et reconnu comme compétent dans ce secteur d'activité et donc, audible.

Alors que les autres noms sont des parachutés d'autres secteurs, qui ne connaissent pas grand chose à l'aviation et qui sont donc, pas vraiment crédibles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :