Commandes, chiffre d'affaires et fusion : l'année commence bien pour Alstom

 |   |  365  mots
Côté prises de commandes, Alstom constate un bond de 1,023 à 1,683 milliard d'euros au troisième trimestre, grâce à des trains de banlieue en Afrique du Sud, des trains pendulaires en Italie et des trains régionaux en France.
Côté prises de commandes, Alstom constate un bond de 1,023 à 1,683 milliard d'euros au troisième trimestre, grâce à des trains de banlieue en Afrique du Sud, des trains pendulaires en Italie et des trains régionaux en France. (Crédits : Pascal Rossignol)
Les voyants sont au vert pour Alstom qui affiche un chiffre d'affaires en hausse de 6% pour son troisième trimestre décalé 2017/2018. Le constructeur ferroviaire a confirmé ses objectifs pour 2020 et sa fusion avec les activités de mobilité de l'allemand Siemens prévue fin 2018.

Alstom, qui compte boucler fin 2018 son rapprochement avec l'activité ferroviaire de l'allemand Siemens, a annoncé mercredi un bond plus net que prévu de ses commandes au troisième trimestre de son exercice, grâce notamment aux 100 derniers trains du projet Prasa en Afrique du Sud.

Le groupe recentré sur le ferroviaire précise dans un communiqué qu'il prévoit d'organiser en juillet l'assemblée générale destinée à approuver le projet de rapprochement avec l'activité ferroviaire de Siemens annoncé en septembre pour mieux lutter contre le géant chinois CRRC.

Une bonne performance commerciale ce trimestre

Au troisième trimestre 2017-18 (octobre-décembre, Alstom a engrangé un bond de 75% de ses commandes à 1,677 milliard d'euros en données organiques, parmi lesquelles des trains Pendolino avec la maintenance associée pour NTV en Italie et des trains régionaux en France.

"Alstom a réalisé une bonne performance commerciale ce trimestre. Par ailleurs, la croissance du chiffre d'affaires pour les neuf premiers mois a été en ligne avec nos objectifs 2020 qui sont confirmés", a commenté le PDG Henri Poupart-Lafarge, cité dans le communiqué.

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,762 milliard d'euros en croissance organique de 8%, grâce à l'avancement du projet du système du métro de Riyad en Arabie Saoudite, à la livraison de TGV et régionaux en France et à l'exécution d'un contrat de maintenance au Royaume-Uni.

Les analystes attendaient en moyenne un chiffre d'affaires de 1,733 milliard d'euros au troisième trimestre et des prises de commandes de 1,103 milliard, selon le consensus réalisé pour Reuters par Inquiry Financial.

Recul des prises de commandes

Côté prises de commandes, Alstom constate un bond de 1,023 à 1,683 milliard d'euros au troisième trimestre, grâce à des trains de banlieue en Afrique du Sud, des trains pendulaires en Italie et des trains régionaux en France.

Sur les neuf premiers mois de l'exercice en revanche, les prises de commandes sont en recul de 33% à 4,853 milliards d'euros.

"A 32,8 milliards d'euros au 31 décembre 2017, le carnet de commandes offre une bonne visibilité sur le chiffre d'affaires à venir", a brièvement commenté le groupe. Il était de 33,8 milliards un an plus tôt.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2018 à 20:11 :
C'est au moment ou on refile Alstom à Siemens que la société esy pleinement relancée. On vend une pépite aux allemands
a écrit le 17/01/2018 à 16:11 :
Forcément, vu que la France -via la SNCF- a acheté des trains régionaux -dont elle n'a pas besoin- pour éviter la fermeture d'une usine, Alstom a le droit de bien se porter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :