L'Etat a restitué les actions Alstom prêtées par Bouygues

 |   |  365  mots
Le gouvernement n'a pas souhaité exercer l'option d'achat, Bruno Le Maire, (ici, le 29 septembre 2017, sur le site d'Alstom de Petite-Forêt près de Valenciennes) considérant d'une part que cela menacerait l'opération de fusion engagée avec le champion allemand Siemens et, d'autre part, qu'entrer au capital sans pouvoir peser sur les décisions stratégiques ne servait à rien.
Le gouvernement n'a pas souhaité exercer l'option d'achat, Bruno Le Maire, (ici, le 29 septembre 2017, sur le site d'Alstom de Petite-Forêt près de Valenciennes) considérant d'une part que cela menacerait l'opération de fusion engagée avec le champion allemand Siemens et, d'autre part, qu'entrer au capital sans pouvoir peser sur les décisions stratégiques ne servait à rien. (Crédits : Pascal Rossignol)
Non, malgré les pressions du PS et du Parti communiste notamment, l'Etat n'exercera pas son option d'achat sur les actions Alstom qu'il détient via un prêt de Bouygues, et donc n'entrera pas au capital de l'entreprise ferroviaire française à la veille de fusionner avec le géant allemand Siemens.

L'Agence des participations de l'Etat (APE) a indiqué mercredi avoir restitué au groupe Bouygues les actions du constructeur ferroviaire Alstom qui faisaient l'objet d'un prêt depuis juin 2014 et dont le gouvernement n'a pas souhaité exercer l'option d'achat.

"Conformément aux annonces faites le 26 septembre" par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, "l'Etat n'a pas exercé les options d'achat qu'il détenait sur les titres Alstom détenus par Bouygues", explique l'APE dans un communiqué.

L'Etat "a donc restitué les 43.825.360 actions Alstom concernées à Bouygues (le) 17 octobre, à l'expiration de la durée de prêt prévue contractuellement", poursuit l'APE.

Être présent au capital ne sert à rien, soutient Le Maire

Si l'Etat avait racheté les titres Bouygues, l'accord avec Siemens aurait capoté, expliquait le 11 octobre le ministre des Finances, Bruno Le Maire. Cette décision est donc un préalable au rachat d'Alstom par le conglomérat allemand Siemens, annoncé en septembre.

Au moment de sa confrontation avec Arnaud Montebourg, le 3 octobre, le ministre des Finances avait déjà clairement écarté l'idée que l'État entre au capital d'Alstom :

« Faire monter l'État au capital d'Alstom pour, mettons 15 %, c'est donner à l'État un strapontin pour observer des décisions auxquelles il ne participera pas.

Bouygues contrôle ainsi 28,2% du capital d'Alstom et s'est engagé à rester actionnaire jusqu'à l'assemblée générale extraordinaire qui entérinera le rapprochement avec Alstom, au plus tard fin juillet 2018.

Ce que Bouygues ferait de ses 2,2 milliards (s'il vendait...)

On se souvient que le 28 septembre, Philippe Marien, le directeur financier du groupe de BTP, de médias et de télécoms, avait déclaré, avec moult précautions oratoires, que, si le groupe sortait du capital, il utiliserait cette manne financière (quelque 2,2 milliards d'euros) pour développer ses trois secteurs porteurs : BTP, avec les besoins croissants en urbanisation et en infrastructures de transport ou d'énergie à travers le monde; télécoms, avec le boom de la data dans la téléphonie mobile; et médias, avec la demande en nouveaux contenus.

« Si nous étions vendeurs, je dis bien 'si', nous utiliserions en priorité les ressources pour soutenir nos trois secteurs d'activité. »

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2017 à 18:37 :
M. Le Maire n'a les moyens de payer 2,2ME,pour Alstom ,mais il en a assez pour donner a la Tunisie 1;2 ME pour les aider renforcer leur économie,la Tunisie serait elle plus importante que la France aux yeux de M.Le Maire?
a écrit le 18/10/2017 à 13:18 :
La grande duperie de Macron, pour les chantiers STX comme pour Alstom, c'est d'avoir fait croire un temps que l'Etat défendrait les intérêts stratégiques de la France.
Pour Macron le Libéral , la France n'est qu'un espace, et les échanges commerciaux qui s'y déroulent ne doivent jamais être contrariés par d'autres considérations.
Les allemands, eux, raisonnent différemment.
Pauvre France, qui s'est choisi un tel capitaine !
a écrit le 18/10/2017 à 12:16 :
le dépeçage continu, nous devenons une colonie de puissances étrangères qui eux renforcent leur puissance,bientôt nous ne seront plus qu'un musée et nous battrons les records de visiteur.
Réponse de le 18/10/2017 à 13:09 :
Ils ont tout vendus, y'a plus rien à part nous, merci
Réponse de le 18/10/2017 à 16:56 :
Libre à vous d'acheter des actions Alstom.... Et de voter contre en AG si vous en avez.

Sinon, le mieux est de vous taire. Parce que si l'on peut dire pauvre France c'est surement plus à cause de gens comme vous qui passent leur temps à critiquer qu'a M. MACRON

AMF : actionnaire Alstom.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :