En passe de fusionner avec Siemens, le patron d'Alstom regrette le "patriotisme mal placé"

 |   |  512  mots
La fusion Siemens Alstom va donner naissance au numéro deux mondial - en volume - pour le matériel ferroviaire roulant et au numéro un pour la signalisation.
La fusion Siemens Alstom va donner naissance au numéro deux mondial - en volume - pour le matériel ferroviaire roulant et au numéro un pour la signalisation. (Crédits : Stephane Mahe)
Henri Poupart-Lafarge se veut rassurant alors que la fusion annoncée des branches ferroviaires du français Alstom et de Siemens suscite des craintes au niveau de l'emploi et du transfert de compétences, notamment à cause du pays d'origine de Siemens, l'Allemagne.

"STX aux Italiens, Alstom aux Allemands, passent aux mains étrangères !" Qu'elles viennent de Bernard Accoyer; secrétaire générales des "Républicains" ou d'autres, la prise de contrôle du fleuron industriel français, producteur du fameux TGV, par le groupe allemand suscite en France critiques et craintes pour l'emploi. Des craintes infondées voire déplacées pour certaines, a estimé jeudi sur Radio Classique le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge.

"L'opération fait énormément sens. Commencer à lui taper dessus uniquement parce que l'actionnaire [Siemens] est allemand, oui, je trouve que c'est un patriotisme assez mal placé", a-t-il souligné, rappelant que le centre décision restera en France.

Le français Alstom et l'allemand Siemens ont annoncé mardi une fusion "entre égaux"de leurs activités ferroviaires  - dans les faits cela se traduit par une prise de contrôle d'Alstom - pour faire face à une forte concurrence chinoise. "Nous sommes absolument persuadés que ce nouveau groupe plus solide permettra in fine des créations d'emplois", a ajouté le patron d'Alstom, qui prendra la tête du nouveau groupe ferroviaire après la fusion avec Siemens, mettant en avant un marché de la mobilité "en forte croissance".

 Garanties sur l'emploi

Le nouveau groupe s'est engagé au maintien de l'emploi et des sites industriels pour une durée de quatre ans. L'Etat français a assuré avoir obtenu des "garanties solides", selon le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire : maintien de l'emploi et des sites industriels pour une durée de quatre ans, cotation du groupe à Paris, maintien du siège social en France et sa direction par un PDG français.

Mais c'est la trajectoire à moyen terme qui inquiète les syndicats. Soulignant que cette fusion suscite à la fois "espoirs" et "inquiétudes". Laurent Berger, numéro un de la CFDT, a estimé mercredi sur franceinfo que l'Etat devait "obtenir des garanties très précises" sur l'emploi. L'État doit veiller à ce qu'il n'y "ait pas une absorption de la compétence et de la production en Allemagne", en "exigeant de Siemens des choses sur le papier extrêmement claires", a-t-il dit.

Les fonctions supports - les activités hors production comme les ressources humaines, le juridique, le marketing, les finances, la communication - subiront des "optimisations", comme l'a déclaré Henri Poupart-Lafarge mercredi sur BFM TV. "Il est vrai que sur la structure du groupe, il n'y aura qu'un seul directeur financier, qu'un seul directeur des ressources humaines", a-t-il affirmé sans plus de précision. "Mais pour ce qui est de la structure productive" et de l'ingénierie, a-t-il poursuivi, l'alliance "renforcera les deux groupes".

Premier actionnaire avec un peu plus de 50% du capital, Siemens pourra ensuite monter au-delà de 50,5% au bout de quatre ans. Interrogé sur le risque éventuel que le groupe allemand se désintéresse un jour du secteur ferroviaire et cède Alstom à terme, Henri Poupart-Lafarge a répondu : "On verra ce que l'avenir nous réserve mais aujourd'hui nous avons un actionnaire solide qui nous donne une grande visibilité."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2017 à 12:49 :
Quel dommage que la branche énergie ait été vendue (pour des queues de cerises) à GE au lieu de Siemens ! ! !
a écrit le 28/09/2017 à 15:30 :
Nos deux beaux fleurons Arcelor et Alcatel sont de beaux exemples de fusions-acquisitions réussies :).
a écrit le 28/09/2017 à 15:20 :
C'est un rapprochement qui a du sens afin de disposer d’une taille une taille raisonnable pour résister à la concurrence mondiale.

Cette mariée parait mieux lotie que sa sœur Miss énergie qui, à en croire un documentaire diffusé cette semaine sur LCP intitulé : “Alstom : une affaire d’Etat ?” risque de se faire exploiter, (après le turbin, la turbine ? - c’est nul mais mieux vaut en rire). Sinon le qualificatifs qui me venait à l’esprit était « consternant ». Reste à espérer une étroite et indéfectible collaboration avec nos amis américains, quelle que soit leur alternance.
a écrit le 28/09/2017 à 12:45 :
On a un vrai probleme, aucun patriotisme economique chez nos cher patrons du cac a qui a on a laisser les renes d'entreprise francaise et qui ensuite se vendent au plus offrant ou pour faire le meilleur deal. A part le pognon et le pouvoir, reste t il un semblant de valeurs supplementaires ?
a écrit le 28/09/2017 à 9:44 :
Que peut-il dire d'autre ? Il a d'un côté l'État qui l'a nommé à son poste et qui a avalisé la fusion et d'autre part son futur patron allemand. Il est évident qu'il est sur un siège éjectable et ne peut critiquer le gouvernement ou son futur patron, non :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :