Alstom : Le Maire assure qu'aucun site ne fermera

 |   |  525  mots
Le site Alstom de Belfort dans l'Est de la France, menacé de fermeture en 2016.
Le site Alstom de Belfort dans l'Est de la France, menacé de fermeture en 2016. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le ministre de l'Economie a assuré à l'Assemblée nationale puis à la télévision qu'aucun site Alstom ne mettrait la clé sous la porte et que les effectifs du groupe français, qui vient de fusionner avec Siemens, ne seraient pas réduits.

Le ministre de l'Economie Bruno le Maire a assuré mardi qu'"aucun site d'Alstom ne fermera en France", tentant de nouveau de rassurer face aux craintes pour l'emploi que suscite la fusion de l'industriel français avec l'allemand Siemens. "Oui il y a des inquiétudes, elles sont légitimes", a-t-il souligné, interrogé à l'Assemblée nationale par la députée (Les Constructifs-LR-UDI) Béatrice Descamps.

| Lire aussi : Alstom/Siemens : vers la naissance d'un Airbus du rail

Siemens s'est engagé, lors de l'annonce de la prise de contrôle d'Alstom, au maintien de l'emploi et des sites industriels en France pour une durée de quatre ans. "Nous avons mis en place un comité de suivi que je présiderai moi-même, avec mon homologue allemand (...) pour garantir le respect des engagements de Siemens vis-à-vis d'Alstom et vis-à-vis de l'Etat français", a rappelé le ministre.

"Pas de réduction d'effectifs"

Pour lui, cette fusion est "une bonne nouvelle pour l'industrie française, c'est une bonne nouvelle pour les salariés français, c'est une bonne nouvelle pour les sites, et c'est une bonne nouvelle pour les savoir-faire."

"Nous nous assurerons que cette fusion de Siemens et d'Alstom (garantisse) la création d'un géant industriel ferroviaire européen capable de rivaliser avec les meilleurs géants industriels au monde", a encore assuré Bruno Le Maire.

Plus tard, sur la chaîne CNews, le ministre a martelé qu'il n'y aurait pas "de réduction d'effectifs" en France. "C'est l'engagement qu'a pris Siemens vis-à-vis d'Alstom et vis-à-vis de l'Etat français: pas de fermeture de site, pas de réduction du nombre d'emplois en France."

| Lire aussi : Diriger Siemens Alstom : le chemin de croix de Henri Poupart-Lafarge

La SNCF satisfaite

De son côté, Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a indiqué mardi à la presse que le groupe public "a toujours été en faveur d'un rapprochement, Alstom-Bombardier, Alstom-Siemens, on n'avait pas fait de différence".

"Côté SNCF, on a toujours dit qu'il fallait avoir comme fournisseurs des fournisseurs de très grande taille, d'abord parce qu'il faut qu'ils aient toute la gamme, (...) et tout le monde sait qu'Alstom n'a pas tous les produits. Le fait de se rapprocher d'un autre grand acteur élargit la gamme."

Concernant gestion d'infrastructures, SNCF Réseau travaille avec Alstom et Siemens, dans les domaines de la signalisation, des automatismes, des systèmes de contrôle commandes. "Ce qui est important pour nous c'est la pérennité à long terme de ces sujets-là, parce que quand on investit, on n'investit pas pour un an", a souligné lors de cette même conférence de presse le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet.

"Avoir un groupe industriel solide en face de nous, qui est le nouveau groupe, est de mon point de vue extrêmement intéressant de ce côté là, parce que ce nouveau groupe va être un des grands acteurs mondiaux, et à ce titre-là il va nous donner une visibilité, une solidité, sur ces produits", a-t-il détaillé, ajoutant que cela "ne diminue pas de manière drastique les concurrents".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2017 à 18:27 :
Une fois de plus, ce ministre raconte n'importe quoi, l'histoire passée ou récente montre ce qu'il est advenu des entreprises et de leurs salariés ayant fait une "bonne affaire" en étant achetée, absorbée, digérée.....😁
a écrit le 04/10/2017 à 18:01 :
C'est un peu le serpent du livre de la jungle, impayable ce Lemaire, ayez confiance.....
a écrit le 04/10/2017 à 15:01 :
Lemaire ne sait donc pas que personne ne croit à ce type d'engagement . Ou est-il vraiment naïf ?
a écrit le 04/10/2017 à 14:35 :
En parlant d'Alstom :

Bouygues, principal actionnaire d'Alstom, touchera jusqu'à 500 millions d'euros environ en prime de contrôle et dividende exceptionnel à la clôture de la fusion entre Alstom et le pôle ferroviaire de Siemens, a appris mercredi Reuters d'une source proche des discussions.Les deux groupes de transport ont officialisé le rapprochement de leurs activités ferroviaires afin de rivaliser avec le géant chinois CRRC dans les appels d'offres internationaux, marginalisant au passage le canadien Bombardier. L'accord prévoit que les actionnaires existants d'Alstom à la clôture du jour précédent la date du closing, envisagée fin 2018, recevront une prime de contrôle de 4 euros par action et un dividende exceptionnel d'un montant maximum de 4 euros par action.
a écrit le 04/10/2017 à 14:11 :
mais apres le départ du vol des étourneaux ? comme S T X garantie 4 années !
a écrit le 04/10/2017 à 12:06 :
Je pense pas qu'il se préoccupe de son cas personnel comme le dit mon prédécesseur mais plutôt qu'il n'assume pas un langage de vérité ! Ça sert à rien de mentir , les français ne sont pas aveugles... ils savent ce qu'ils se passent ...
a écrit le 04/10/2017 à 10:33 :
Les affaires industrielles du passé démontrent que les promesses futures n’engagent que les imbéciles. Le Maire énarque de formation opportuniste n'est qu'un bonimenteur. Qui peut dire aujourd'hui ce qui se passera sur le plan industriel dans 3 ou 4 ans... Encore un incompétent au gouvernement qui se préoccupe surtout de son nombril !!!
Réponse de le 04/10/2017 à 15:03 :
avis partagé
a écrit le 04/10/2017 à 9:22 :
Soyez conscient que Bruno Lemaire n'a jamais travaille dans le prive,
n'a donc jamais cree d'emplois.
"Les engagements politiques n'engagent que ceux qui les ecoutent"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :