Easyjet s'allie à Virgin Atlantic sur les correspondances

 |   |  346  mots
(Crédits : DR)
La compagnie à bas coûts britannique a signé un partenariat avec sa compatriote Virgin Atlantic (dans laquelle Air France-KLM attend le feu vert pour entrer au capital), permettant de connecter à l'aéroport de Londres Gatwick les vols long-courriers de Virgin à ceux d'Easyjet au départ de l'Europe.

Après Singapore Airlines, EasyJet s'allie aujourd'hui à un autre transporteur de poids.. La compagnie à bas coûts britannique a signé un partenariat avec sa compatriote Virgin Atlantic permettant de connecter à l'aéroport de Londres Gatwick les vols long-courriers de Virgin à ceux d'Easyjet, au départ de l'Europe. Baptisé Woldwide Connect by Easyjet, ce système permet donc à un passager de réserver un vol court-courrier sur Easyjet et un billet long-courrier sur Virgin Atlantic, comme le fait déjà Easyjet avec Norwegian et Westjet. Air France-KLM attend le feu vert des autorités américaines pour racheter 31% du capital de Virgin au milliardaire Richard Branson. Le groupe français deviendra donc le deuxième actionnaire après Delta (49%).

L'aéroport de Gatwick au coeur du dispositif

Ce partenariat intègre le système de transit "Gatwick Connect" de l'aéroport londonien. C'est lui qui assurera la logistique du transfert des bagages entre les vols des deux compagnies et se fait rémunérer pour cela. Le passager d'EasyJet arrivant à Gatwick pour transiter doit déposer son bagage dans un endroit dédié de l'aéroport (un « drop-off ») et les services aéroportuaires se chargeront de l'amener dans le bon avion.

Ce service et le prix de Gatwick Connect sont clairement affichés au moment de la réservation des billets sur le site internet de la compagnie. Easyjet a ainsi conçu un système permettant de réserver son vol court-courrier, le Gatwick Connect et le billet long-courrier de la compagnie partenaire, le tout avec une seule transaction.

Pour éviter de la complexité, le système ne fonctionne qu'avec des correspondances d'au moins 2h30.

Avec ce système, Virgin Atlantic est peut-être en train de régler des décennies d'indécision sur la façon d'alimenter ses vols long-courriers, la quasi-totalité de son activité. La compagnie a plusieurs fois hésité à développer un réseau court et moyen-courrier en propre ou à fusionner avec des compagnies moyen-courriers comme BMI (ex British Midland) vendue par Lufthansa à British Airways il y a quelques années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :