Diriger Siemens Alstom  : le chemin de croix de Henri Poupart-Lafarge

 |   |  1115  mots
Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom et futur directeur général de Siemens Alstom
Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom et futur directeur général de Siemens Alstom (Crédits : Philippe Wojazer / Reuters)
Appelé à diriger le nouvel ensemble qui regroupera l'ensemble des activités d'Alstom et de Siemens Mobilités, Henri Poupart Lafarge, le PDG d'Alstom, aura la lourde charge d'éviter les luttes intestines entre Français et Allemands qui ne manqueront pas de voir le jour. Les différences de cultures entre deux entreprises rivales jusqu'ici seront l'un des principaux obstacles à la réussite de ce rapprochement.

Ce sera tout sauf une partie de plaisir qui attend Henri Poupard-Lafarge, le PDG d'Alstom. Nommé pour diriger Siemens Alstom, la nouvelle entité appelée à voir le jour d'ici à fin 2018 si les négociations sur la fusion de l'ensemble des activités d'Alstom et de Siemens Mobilités aboutissent, c'est lui qui va avoir la lourde tâche de défendre les intérêts français dans ce nouvel ensemble aux accents allemands.

Avec 50,67% du capital à la clôture de l'opération - espérée en 2018 - et la possibilité d'aller au-delà d'ici à quatre ans, Siemens sera en effet majoritaire du nouvel ensemble. Certes, ce ne sera pas son rôle puisqu'en tant que directeur général de Siemens Alstom, Henri Poupart-Lafarge devra mener une stratégie pour le bien de l'ensemble du groupe. Et pourtant, ne lui en déplaise, il devra néanmoins s'y employer. A la fois pour calmer les inquiétudes légitimes des salariés d'Alstom et les cris d'orfraie poussés par de nombreux politiques français, mais aussi pour freiner la tentation qui ne manquera pas d'animer Siemens d'asseoir son emprise sur le groupe de manière plus prononcée, une attitude qui apparaîtrait tout aussi légitime côté allemand dans la mesure où c'est bel et bien le groupe allemand qui aura le pouvoir, même si le siège social sera basé en France.

"Une lecture simpliste"

Henri Poupard-Lafarge feint de ne pas comprendre cette problématique quand on lui rappelle la prédominance allemande dans la structure du groupe.

« Je ne comprends pas très bien ces critiques (sur la prise de contrôle, NDLR). Je trouve que c'est une lecture du monde un peu simpliste. Je crois que c'est un accord européen équilibré qui permet de réunir deux groupes qui ont chacun leur histoire, leurs racines, leurs expertises et de faire ensemble un groupe plus fort. C'est je crois le sens de l'histoire », a-t-il déclaré ce mercredi, en marge de la présentation du projet de rapprochement avec Siemens.

Il n'empêche, Henri Poupart-Lafarge doit se préparer à jouer malgré lui les équilibristes, voire les pompiers de service entre les intérêts des deux côtés du Rhin. La composition de son comité exécutif, les nominations aux postes clef, les conséquences des mesures industrielles ..., tout sera, du côté français, scruté analysé, interprété à l'aune du sacro-saint rapprochement « entre égaux » promis par les deux acteurs ce mercredi 27 septembre. C'est inévitable. Chacun va regarder dans l'assiette de l'autre, avec le risque de déclencher des luttes intestines sur fond de rivalités nationales. Parmi tous les exemples de rapprochement capitalistiques transfrontaliers, les cas d'Airbus ou d'Air France-KLM pour ne citer qu'eux l'ont bien montré. Et à ce jeu, les Français n'ont pas vraiment brillé dans la défense de leurs intérêts, même quand ils étaient l'acquéreur dans le cas d'Air France.

| Lire KLM, une forteresse imprenable pour Air France

De telles rivalités constitueront probablement le plus grand obstacle du rapprochement entre Siemens et Alstom.

« Le plus difficile sera de marier deux entreprises aux cultures différentes, dont les équipes en concurrence frontale jusqu'ici ont été animées par un sentiment de défiance réciproque », explique un vieux routier du secteur ferroviaire.

L'Etat français sort d'Alstom

Et dans ce combat, Henri Poupart-Lafarge sera seul, à la merci d'un conseil d'administration présidé et contrôlé par Siemens qui nommera 6 des 11 administrateurs dont le président. Car l'Etat français va sortir d'Alstom. Actionnaire de la société ferroviaire via des actions prêtées par Bouygues au moment de la vente de sa branche « Energie » à General Electric en 2014, l'Etat français va mettre fin à ce prêt qui lui évitera de devoir payer 3 milliards d'euros à Bouygues s'il avait au contraire décidé d'acheter ces actions comme l'accord de 2014 lui en donnait la possibilité.

Aucune fermeture de sites pendant 4 ans

Certes, pour l'instant, les engagements pris de part et d'autre se veulent rassurants.

« Aucun site ne sera fermé en France ni en Allemagne au cours des 4 prochaines années », a indiqué Henri Poupart-Lafarge, ajoutant que l'objectif était de conserver « un niveau d'emploi équivalent » à celui d'aujourd'hui. Dans l'hypothèse où des suppressions de postes devaient néanmoins avoir lieu au cours de cette période, l'engagement est pris de procéder à des départs volontaires et non à des licenciements.

Interrogé sur l'impact social que pourraient avoir l'objectif de 460 millions d'euros de synergies espérées par ce rapprochement, Henri Poupart-Lafarge a répondu que ce montant se ferait essentiellement sur les achats.

« Nous ne sommes pas dans une industrie de produits, donc tout l'enjeu industriel de ce accord sera de dégager des synergies de plateformes. Il faudra combiner les travaux menés par Alstom et Siemens depuis des années pour éviter, à chaque fois qu'un nouveau train nous sera demandé par un client, de devoir le dessiner complètement à partir de rien. En ayant à notre disposition une palette plus large de solutions, de sous-systèmes, de technologies, nous allons être meilleurs pour les combiner entre elles et concevoir des plateformes plus efficaces pour les clients. C'est l'essentiel des synergies. Car cette façon de procéder se traduit ensuite sur les achats dans la mesure où nous pourrons par exemple massifier l'achat de composants standard », a-t-il expliqué.

Outre ce travail extrêmement complexe Henri Poupart-Lafarge entend lancer, sur la base de programmes de Recherche & Développement (R&D) similaires, de nouveaux programmes de R&D qui permettront, « d'aller plus vite au lieu de développer chacun de notre côté les mêmes types de fonctions ». Enfin, ce dernier reconnaît néanmoins qu'il pourra y avoir des redondances dans « certaines fonctions de la structure ».

Henri Poupart-Lafarge devra donc jouer habilement. S'il parvient à déjouer les pièges des guerres intestines, il pourra mettre en place le projet industriel qui a du sens.

« Il va nous permettre d'être plus dynamique sur les marchés européens et les marchés export et de générer de nouveaux emplois », explique-t-il.

Un groupe solide face aux Chinois

En effet, avec la forte concurrence chinoise, la globalisation des marchés et sa digitalisation qui demande des investissements colossaux, le rapprochement avec un groupe aussi solide et innovant est plutôt une bonne chose pour Alstom. D'autant que cette opération évite de facto un rapprochement entre Siemens et Bombardier qui aurait isolé Alstom au point peut-être d'être contraint de pactiser avec l'ogre chinois CRRC comme risque du coup de le faire le Canadien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2017 à 9:31 :
Son travail ne sera pas très compliqué, puisqu'il lui suffira d'appliquer les consignes du Siège. Par contre, il devra apprendre l'allemand, en échange de quoi il est assuré de bénéficier de son salaire de DG pendant quatre ans. Mais quel échec industriel pour Bouygues !
a écrit le 28/09/2017 à 18:22 :
le chemin de croix ?
A vérifier sur l'augmentation du salaire ?
a écrit le 28/09/2017 à 18:16 :
Déjà à 50/50 la France se serait fait arnaquer, alors avec moins de 50% au départ, la messe est déjà écrite !
Airbus est l'exception parce ce que spatial + M51 + SNLE.
Mais les chariots améliorés (très) sur rails n'intéressent pas notre gouvernement qui parallèlement recherche du cash !
a écrit le 28/09/2017 à 17:11 :
Mr Poupart-Lafarge peut effectivement être fier : se faire racheter par son concurrent, voilà une belle réussite !
Il peut nous présenter tous les arguments possibles, au bout seul le résultat compte : Alstom est racheté par Siemens qui détient tous les pouvoirs
Etonnant qu’il devienne le président du nouveau groupe: la partie acheteuse lui aurait-elle promis ce poste pour qu’il pousse au rachat par Siemens ? Cela sonne un peu comme un conflit d’intérêt. Non ?
Craignons que son frère veuille aussi « réussir » ….en vendant Nexans à un concurrent étranger !
Réponse de le 29/09/2017 à 13:36 :
Joseph ou Tina Turner ?
a écrit le 28/09/2017 à 16:47 :
Son travail ne va pas être très compliquer, il doit appliquer ce qui est décidé à Munich. Il a en plus intérêts d'apprendre l'allemand.
a écrit le 28/09/2017 à 16:12 :
pechiney-alcan, alcatel-lucent, arcelor-mittal....cela ne vous dit rien? souvenir, souvenir...
et bien faites vos comptes des années après, que reste-t-il, combien d'usines fermées, d'emplois nets perdus?

et puis CRRC a bon dos, puisqu'il s'agit d'un problème de prix ce mariage n'y changera absolument rien, si il s'agit de faire une concurrence de pots de vins ils sont aussi plus forts...
triste , bien triste
a écrit le 28/09/2017 à 14:31 :
"Synergies", comprenez "transfert de technologie". Dans 4 ans, exit le PDG français, Alstom ne sera plus qu'un lointain souvenir.
Réponse de le 28/09/2017 à 16:40 :
Quel transfert de technologie?
Le TGV date des années 70, les trams des années 90 et Régiolis des années 2000. c'est justement là le problème d'Alstom et la raison pourquoi il n'arrive pas à exporter leurs trains.
Un exemple, le RER de Genève, Leman Express. La Suisse a acheté 23 Stadler Flirt pour CHF 230 mio. (9M EUR par rame) et la France a acheté 17 Régiolis pour EUR 220M, soit EUR 13M; ce qui fait 40 % de plus pour un train moins performant.
a écrit le 28/09/2017 à 14:02 :
Et voilà c'est parti...à peine mariés, les deux jeunes époux se déclarent la guerre...et on sait par avance qui va gagner...Macron le visionnaire, vaste blague! Il fait des cadeaux à Merkel pour lui plaire, mais elle n'en a rien à battre.....risible!
a écrit le 28/09/2017 à 13:35 :
La grande braderie de l'industrie de pointe française continue, avec l'assentiment de nos dirigeants. Plus lourde sera la chute...
a écrit le 28/09/2017 à 13:10 :
Foutaises, un parachute doré pour un dirigeant bien peu capable en dehors de soigner ses copinages d'écoles, sinon Alstom n'en serait pas venu à se brader à son concurrent plus petit que lui. Gonflette et pantoufletes les deux mamelles du pouvoir français. Bien essayé l'article complaisant pour soutenir un fiasco industriel et managérial, mais ce n'est pas crédible.
a écrit le 28/09/2017 à 11:46 :
Les inquiétudes sont légitimes puisque la loi permet désormais de fermer un site non rentable sur la base de la rentabilité locale et que les règles européennes interdise d'obliger à produire dans un pays donné. Il suffit donc d'allouer les commandes à certains sites plutôt qu'à d'autres pour les vider de leur carnet de commandes et ainsi avoir l'argument de la non-rentabilité pour le fermer.

La véritable question est de savoir combien les membres du conseil d'administration et leurs donneurs d'ordre ont touché de la part de Siemens?
Un peu de journalisme d'investigation plutôt que relayer la propagande rendrait un peu de valeur au métier.

Même question pour la vente de la branche énergie à GE.
a écrit le 28/09/2017 à 11:14 :
Pour moi, si il y a un gagnant dans l'affaire c'est bien Alstom. Ils vont prendre 49% de l'ensemble alors qu'ils ne font que 38% de la marge d'exploitation. Regarder uniquement le carnet de commande et le CA sans contextualiser ne veut rien dire...
a écrit le 28/09/2017 à 10:25 :
C'est regrettable peut être mais l'actuel pdg n'est qu'un pape de transition qui va prendre des coups de tous les côtés et finir par être éjecté ....et remplacé par un Allemand , scénario écrit d'avance ( voir le précédent Airbus )
a écrit le 28/09/2017 à 9:40 :
"Aucune fermeture de sites pendant 4 ans"

Cocasse, ça fait penser à tout ces vrp des compagnies privés d’électriquement qui vous promettent qu'il n'y aura pas d'augmentation de prix pendants 3 ans, c'est vrai, mais la 4ème année est systématiquement augmentée allant régulièrement jusqu'à 20%.

Mauvaises surprises à prévoir la 5ème année donc.
a écrit le 28/09/2017 à 9:35 :
Plus grave encore, dans la première phase de dépeçage d' Alstom, la France a perdu grâce à Macron l' ingénierie de ses turbines de centrales nucléaires et sous-marins l' exposant dès à présent étroitement du bon vouloir des usains ..

Nous savions MACRON Young Leader destiné pour faire la politique accommodante d' un unionisme euro atlantisme qui submerge ce pays mais là c' est du très très lourd.
Réponse de le 28/09/2017 à 14:42 :
@Gédéon - le meilleur reste à venir:: céder à l'UE le siège de la France à l'ONU .
a écrit le 28/09/2017 à 9:24 :
Si les Allemands ont la majorité, je doute fort qu'il reste à son poste longtemps. La logique et la nature humaine exigent qu'on mette ses propres gens aux postes clés :-)
a écrit le 28/09/2017 à 9:20 :
Les journaux rêvent de matches de boxe mais, malheureusement pour eux, tout se passe à peu près bien assez souvent.
Et chez Airbus, c'est les politiciens français qui ont essayé un temps de ficher la pagaille. Sans y arriver, bien au contraire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :